CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 18 Juin - 19:34

La presse brésilienne fustige le match de la Seleçao



Les médias brésiliens ont fustigé mercredi le match nul de la Seleçao face au Mexique (0-0) et demandent aux favoris du Mondial de se retrousser les manches tout en soulignant l'exceptionnelle partie d'Ochoa.

"Le Brésil a mal joué. C'est leur pire début de Mondial depuis 1978 et laisse planer le doute sur la capacité à tenir tête à de grandes (équipes)", écrit Folha de Sao Paulo en qualifiant de "match d'horreur" la prestation des hommes de Luiz Felipe Scolari.

O Estado de Sao Paulo est un peu moins critique en soulignant la prestation exceptionnelle du gardien mexicain Guillermo Ochoa: "La Seleçao n'était pas si bonne face au Mexique, un adversaire déterminé et discipliné. Mais ils auraient pu quitter le terrain en vainqueurs sans l'excellente partie du gardien et héro du match Ochoa."

Estado et le quotidien de Rio O Dia ont attiré l'attention sur le refus d'un penalty après une faute sur Marcelo dans la surface.

Le Globo leur a indirectement répondu en rapportant une déclaration du capitaine Thiago Silva: "S'il n'y avait pas eu tout ce tapage sur Fred (lors du match contre la Croatie), l'arbitre aurait sifflé aujourd'hui" (mardi).

"Il m'a poussé, alors j'ai pensé +penalty+", a dit Marcelo dans O Dia, le journal précisant que l'arbitre Cuneyt Cakir "n'était pas tombé dans le panneau".

Le quotidien revient lui aussi sur les "arrêts miraculeux d'Ochoa qui ont empêché le Brésil de l'emporter, notamment cet arrêt "fantastique" sur une tête de Neymar. Une séquence que beaucoup ont rapproché du sauvetage de Gordon Banks devant Pele en 1970.

Si Rio O Dia estime que "le nul a laissé le Brésil dans la nasse" à côté d'une photo de Neymar, tête baissée et tenant le dos d'un Mexicain, le Globo se montre plus terre à terre écrivant que "le Brésil poursuit son chemin sans convaincre".

Fifa.com (18/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Jeu 19 Juin - 10:56

Brésil : Tout le monde à l'école de la défense



Si l'on observe les résultats du Brésil depuis l'arrivée aux commandes de Luiz Felipe Scolari et que l'on apprend que le Brésil a concédé le nul 0:0 à domicile face au Mexique, on se dit immédiatement que quelque chose n'a pas tourné rond. Ce qui est sûr, c'est que le ballon n'est pas entré. Dans cette deuxième journée du Groupe A, la Seleção a concédé son deuxième match nul en 24 rencontres sous la houlette de Felipão. L'autre date d'une partie amicale contre la Suisse, juste après le sacre dans la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013.

Mardi 17 juin à Fortaleza, les tirs brésiliens n'ont pas été bien cadrés et les stars du secteur offensif n'ont pas évolué à leur meilleur niveau, contrairement au gardien mexicain Guillermo Ochoa, qui a réalisé le match de sa vie. Tout cela peut arriver, mais dans ce contexte, la différence entre le nul et la défaite tient à ce qui s'affirme comme une caractéristique essentielle de la sélection dirigée par Felipão : la défense.

"Ça fait partie de notre profil", confirmait le défenseur David Luiz au micro de FIFA.com à l'issue d'un match où les Mexicains se sont procuré des occasions, presque toujours sur des tirs lointains. El Tri n'a quasiment jamais réussi à percer des brèches dans la surface brésilienne. "C'est l'une des caractéristiques du football d'aujourd'hui et notre équipe le fait très bien : tout le monde attaque et tout le monde défend. C'est une évolution en cours et des joueurs comme Oscar et Neymar, qui sont en Europe, l'ont très bien intégrée. Il y a des jours où le ballon ne veut pas entrer. Ça peut arriver. Mais si vous ne laissez pas l'adversaire marquer, vous avez déjà fait un grand pas, d'une certaine manière, vers la victoire."

Un mantra, des résultats
Certes, le fait de posséder une charnière centrale constituée de deux des meilleurs défenseurs du monde, Thiago Silva et Luiz, ne peut pas faire de mal. Mais l'énorme solidité défensive brésilienne depuis la prise de fonction de Scolari, qui se traduit par seulement 16 buts encaissés en 24 matches, repose avant tout sur le milieu de terrain.

Quand le Brésil perd le ballon, la tâche de tous les joueurs de l'entrejeu est de faire tous les efforts possibles pour le récupérer. "C'est une caractéristique fondamentale de notre équipe. Nous le faisons depuis la Coupe des Confédérations", expliquait Neymar à FIFA.com après le match contre le Mexique. "Ce n'est pas parce que nous n'arrivons pas à marquer qu'il faut baisser les bras en défense. Pour avoir le plus de chances possibles devant, il faut être sans arrêt à l'affût derrière, pour essayer de récupérer la balle le plus vite possible."

Neymar parle comme un stratège. Et pour cause : le discours - pour ne pas dire le mantra - qui impose à chaque joueur de la Seleção de défendre avec rigueur est ancré si profondément chez les Auriverdes qu'ils continuent de réciter leur partition défensive même quand le match exige des changements et des adaptations, comme ce fut le cas face au Mexique.

Constance dans l'improvisation
Obligé de se passer de Hulk, blessé, Felipão a lancé Ramires sur le côté droit. Le milieu de Chelsea, qui a écopé d'un carton jaune en première période, a été remplacé à la pause par Bernard. Après un bon début de deuxième mi-temps sur le flanc droit, le petit attaquant a permuté pour évoluer sur la gauche. "Felipão voit, pendant le match, des situations qui nous permettent d'introduire un peu de confusion chez l'adversaire. C'est lui qui nous indique le bon moment pour changer de position et tenter de profiter de l'effet de surprise. D'ailleurs, ça a failli marcher", explique Bernard à FIFA. "Le football d'aujourd'hui exige tout cela et c'est pareil pour quelqu'un qui joue sur l'aile, comme moi. Le côté importe peu."

Ce n'est d'ailleurs pas la seule modification tactique effectuée par les Brésiliens au cours du match. Dans les 20 dernières minutes, quand la fatigue a commencé à se faire sentir, Luiz est passé en milieu de terrain, le poste auquel il a commencé sa carrière et auquel il a souvent évolué à Chelsea. Il a été remplacé en défense centrale par Luiz Gustavo, adapté au poste avec son mètre 87. "Nous avons échangé nos positions deux ou trois fois en fin de match, car il me restait un peu plus d'énergie pour continuer de courir dans l'entrejeu", a commenté le futur joueur du Paris Saint-Germain. Tout cela, au final, pour ne pas mettre la défense en danger. Cette partie de leur travail, les 23 Brésiliens la maîtrisent. Toujours.

Fifa.com (18/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Jeu 19 Juin - 10:59

Cameroun 0 - Croatie 4
La Croatie sort les crocs et les Lions




Le Cameroun était venu au Brésil pour effacer le piteux souvenir de 2010, il est en train de faire pire avec deux revers sans le moindre but marqué. Le forfait de Samuel Eto'o n'a pas arrangé les choses, d'autant que le vétéran Ivica Olic, lui, répond rapidement présent dans la boite sur un décalage d'Ivan Perisic (0:1, 11'). L'attaquant retrouve le chemin des filets en Coupe du Monde, 12 ans après son but égalisateur contre l'Italie à Kashima, le 8 juin 2002.

En face, les Africains poursuivent leur traversée du désert. Le Roi Lion sur le banc, Vincent Aboubakar se démène en pointe, mais les maladresses et les malentendus se multiplient. La frustration monte, et Alexandre Song disjoncte et voit rouge. La mi-temps ne suffit pas à ramener la sérénité. Charles Itandje manque son dégagement et trouve directement Perisic, qui renvoie le ballon d'où il vient (0:2, 48').

Débute ensuite le show Mario Mandzukic, d'abord sur corner (0:3, 61') puis à la réception d'une frappe d'Eduardo et d'un renvoi fébrile d'Itandje (0:4, 73'). Ni Benjamin Moukandjo (85'), ni Pierre Webo (89') n'arrivent à sauver l'honneur. Il faudra désormais attendre d'être à Brasilia le 23 juin pour essayer de quitter la compétition la tête haute, et ce sera contre le Brésil… La Croatie, quant à elle, jouera sa qualification contre le Mexique à Recife.

Homme du Match : Mario Mandzukic (CRO)

Fifa.com (19/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Jeu 19 Juin - 16:17

Croatie : Une longue attente et des records pour Olic



Ivica Olic a fait ses premiers pas en équipe de Croatie à la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002™. À cette occasion, il marque contre l'Italie, s'ouvre les portes des grands clubs européens et rédige le premier chapitre d'une histoire qu'il continue d'écrire 12 ans plus tard. À Brésil 2014, Olic n'est évidemment plus le jeune joueur prometteur qui vient d'enfiler le maillot au damier pour la première fois de sa vie. Il s'agit d'un joueur expérimenté de 34 ans, père de deux enfants et qui a connu une carrière pleine de succès à Hambourg, au Bayern Munich et à Wolfsbourg, son club actuel.

Son but contre le Cameroun, lors de la victoire 4:0 de la Croatie à Manaus, est son deuxième en Coupe du Monde. Il offre à son auteur un record : c'est la deuxième fois seulement dans l'histoire qu'un joueur inscrit deux buts dans l'épreuve à autant d'années d'écart, après Michael Laudrup entre Mexique 1986 et France 1998. "C'est une histoire merveilleuse. Égaler le record de quelqu'un comme Laudrup est très gratifiant. C'est la récompense de mon travail pendant toutes ces années", explique Olic au micro de FIFA.com.

L'attaquant croate fait ainsi référence aux sacrifices consentis pour pouvoir rivaliser, sur le plan physique, avec les plus jeunes. Par sa performance contre le Cameroun, où il a été incisif en contre-attaque sur les côtés et fait trembler les filets adverses, on lui aurait plutôt donné les 23 ans qu'il avait en 2002 que les 34 ans qu'il affiche aujourd'hui. "À l'âge de 25 ans, je me suis rendu compte que je devais me dévouer corps et âme à ma carrière et veiller à ma santé au quotidien", confie-t-il. "La vie d'un joueur professionnel est courte et je savais que je devais tout faire pour pouvoir jouer en permanence. C'est pour ça que je n'ai jamais signé dans un club pour l'argent. En Allemagne, les gens aiment ce genre d'attitude", affirme le natif de Davor, sur la frontière croato-bosnienne. Il vient de prolonger son contrat avec Wolfsbourg, ce qui signifie qu'il jouera en Bundesliga jusqu'à l'âge de 36 ans au minimum.

Persistance et superstition
Son état de forme exceptionnelle pour son âge a permis à Olic de repousser une retraite internationale qu'il avait envisagée en 2012, lorsqu'il avait manqué l'UEFA EURO en raison d'une blessure. Bien lui en a pris. En poursuivant en équipe nationale, il a pu non seulement participer à une autre Coupe du Monde, mais également battre un record établi par son ancien coéquipier en sélection Niko Kovac, aujourd'hui entraîneur de la Croatie, celui du buteur croate le plus âgé dans un Mondial était . Face au Cameroun, Olic a amélioré le record de 27 jours. "Ça ne me fait pas vraiment plaisir de savoir qu'il a battu mon record !", sourit le sélectionneur au micro de FIFA.com. "Je plaisante, bien sûr. Il le mérite peut-être plus que d'autres de par les sacrifices qu'il fait sur le terrain. Je suis vraiment content qu'il n'ait pas pris sa retraite et qu'il ait décidé de continuer à jouer."

Suite à son ouverture du score, Olic a couru vers le banc pour dire quelque chose à son entraîneur. Mais dans l'euphorie et la mêlée de ses coéquipiers venus le féliciter, il n'a pas pu se faire comprendre. "Il était euphorique, il criait et disait quelque chose sur les nombres. Mais je n'ai pas bien entendu", explique Kovac. "J'avais dit à l'entraîneur que comme le match se jouait le 18 juin à 18h00, le joueur qui porterait le numéro 18 allait mettre un but !" À quoi on peut ajouter qu'il s'agissait de la 18ème rencontre de cette Coupe du Monde... "Juste après avoir marqué, j'ai couru vers lui pour lui dire que j'avais raison."

Superstition à part, Olic sait mieux que quiconque que sa carrière a été construite sur des fondations faites de travail et d'efforts, deux ingrédients dont la Croatie aura besoin pour sa troisième sortie à Brésil 2014, face au Mexique. Après avoir été battus d'entrée par le pays hôte et relevé la tête contre le Cameroun, les Vatreni n'ont plus le choix : ils devront battre la sélection aztèque pour être présents en huitièmes de finale. "Nous avons bien joué contre le Brésil et aujourd'hui, nous avons montré notre force. Nous avons besoin encore d'une victoire. Nous avons vu le match du Mexique hier et nous savons que nous avons les qualités pour gagner et passer", conclut Olic, qui peut ainsi continuer d'écrire son histoire en Coupe du Monde.

Fifa.com (19/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 0:35

Brésil, Julio Cesar : "C'est bien d'avoir un groupe compliqué"



Le gardien brésilien Julio Cesar a estimé jeudi que le fait d'avoir hérité "d'un groupe compliqué" était une bonne chose pour la suite de la compétition.

"On a un groupe compliqué, c'est bien. On est tout de suite dans le bain du Mondial. On sent la difficulté", a-t-il dit en conférence de presse au surlendemain du match nul (0-0) du Brésil contre le Mexique. "Je préfère avoir des rencontres difficiles et être ainsi concentré dès le début. C'est important dans une compétition courte", a-t-il ajouté.

Agé de 34 ans (82 sélections), le vétéran a reconnu que le groupe devait "s'améliorer" sans vouloir citer un compartiment de jeu: "tout est lié". Julio Cesar a estimé que la défense brésilienne était bonne parce que "tout le monde fait ce qui lui est demandé". Il a notamment rendu hommage à Neymar: "A la Coupe des confédérations c'est lui qui a fait le plus de fautes. Il fait le repli défensif et pourtant c'est notre principal joueur offensif."

Le gardien de Toronto a souligné qu'il était "important de terminer premier du groupe pour la confiance", tout en refusant de se projeter sur l'éventuel adversaire en huitièmes de finale (Pays-Bas ou Chili). "Nous jouons contre le Cameroun pour nous qualifier. Ce serait manqué de respect au Cameroun que d'en parler. Si Dieu le veut on se qualifiera et je vous répondrai". "Le Cameroun, même éliminé, va vouloir gagner", a-t-il rappelé.

Il a aussi souligné le soutien des supporteurs brésiliens: "C'est incroyable, très fort. Seul celui qui est dedans peut ressentir ça. Quand on entre sur le terrain, qu'il y a l'hymne (dont la fin est chantée a cappella par le stade depuis la Coupe des Confédérations), on sent l'énergie. C'est incroyable".

Pour la petite histoire, il a évoqué la chaleur à Fortaleza: "J'ai perdu un kilo pendant le match, imaginez les autres joueurs" de champ.

Fifa.com (19/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 16:30

Brésil : Cesar veut gagner la guerre des Goals



Julio Cesar a choisi d'affronter le destin. De défendre la cage du Brésil lors de son Mondial, 64 ans après Moacyr Barbosa, le portier brésilien du "Maracanazo", la défaite de la seleçao face à l'Uruguay à la Coupe du monde 1950.

On pourrait même dire que Julio Cesar a décidé de le forcer. Car depuis trois ans, il est allé de galère en galère, frôlant la mise à la retraite forcée après avoir été longtemps considéré comme un des meilleurs gardiens du monde.

Poussé vers la sortie par l'Inter Milan avec lequel il a tout gagné, il n'est ensuite même plus titulaire aux  Queens Park Rangers en deuxième division anglaise, qu'il quitte en février 2014 pour jouer... à Toronto, au Canada, où il encaisse plus de buts qu'il ne joue de matchs (9 buts en 7 matchs).

Heureusement pour lui, il fait partie de la "famille Scolari", et le sélectionneur brésilien lui maintient sa confiance depuis qu'il a repris en main la sélection en novembre 2012. Et, depuis le début de ce Mondial, Julio Cesar lui rend cette confiance avec deux excellentes prestations, avec notamment un bel arrêt contre la Croatie sur un tir au ballon flottant et deux arrêts contre le Mexique. Les critiques craignaient qu'ils soient le talon d'Achille. Le vétéran de 34 ans (82 sélections) est pour le moment un des points forts de son équipe.

"J'ai joué très peu. Le rythme de match manque mais quand tu fais des arrêts" comme ceux-là, "ça ramène la confiance dont j'ai besoin. Il y avait des critiques qui mettaient en doute mon choix, je crois que mes prestations ont fait que les critiques disparaissent peu à peu", explique-t-il.

"Neymar est mature"
"Je me suis beaucoup préparé pour ce Mondial, souligne-t-il. J'ai travaillé. Et si tu travailles les choses arrivent naturellement. Si tu travailles et que tu es bien concentré sur ce que tu fais, tout ça (NDLR: le fait de ne plus avoir de club), ça n'a pas d'importance. Je suis bien physiquement, ma concentration est bonne, je me suis préparé pour être bien quand on a besoin de moi".

Julio Cesar sait se comporter en patron: pendant le match contre le Mexique, "ça pouvait aller dans un sens ou l'autre. Quand le Mexique dominait un peu en début de deuxième période, j'ai essayé de donner un peu de repos à mes coéquipiers", en gagnant du temps pour tirer les 6 mètres.

Pour Julio Cesar, la relative inexpérience de la seleçao (NDLR: 17 joueurs disputent leur premier Mondial) n'est pas un problème: "Je ne les vois pas comme des joueurs inexpérimentés. Ce sont des joueurs déjà consacrés, ils jouent dans des grands clubs, ont eu l'expérience de la Coupe des Confédérations, qui ressemble à un Mondial. (...) Neymar est mature".

"Froid au ventre"
Le vétéran affirme bien supporter la pression autour de son poste et de la "Canarinha": "C'est normal, pour un joueur brésilien. On est habitué, c'est ma 3e Coupe du monde (NDLR: remplaçant en 2006, titulaire en 2010), j'ai joué des Coupes des Confédérations, des Copa America. Il y a encore ce petit "froid au ventre" mais on gère".

Le gardien, pas exempt de tout reproche lors de la défaite du Brésil contre les Pays-Bas en 2010, a aujourd'hui une certaine philosophie et soutient par exemple avec humilité Casillas, le gardien espagnol, auteur de plusieurs bourdes dans ce Mondial: "Ca lui arrive, comme ça m'est arrivé à moi. Qui suis-je pour critiquer ? Il a soulevé tous les trophées. Il est capitaine du Real et de la sélection espagnole. Ce n'est pas pour ça qu'il n'est plus ce qu'il est".

Et il trouve en Cauet, 11 ans, le fils qu'il a eu avec Susana Werner, l'ex-compagne de son compatriote et meilleur buteur en Coupe du monde Ronaldo, un soutien sans faille: "Après le match contre le Mexique, il m'a dit! Félicitations papa, t'as fait deux beaux arrêts".

Julio Cesar veut maintenant gagner la campagne brésilienne pour vaincre à la guerre des Goals: "Je veux être champion du monde à la fin. Je veux que le contrat que j'ai passé avec moi-même ait une fin heureuse. Je sais par où je suis passé pour en arriver là".

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 22:53

Brésil, David Luiz : "Celui qui n'a pas d'ambition n'arrive nulle part"



"Celui qui n'a pas d'ambition n'arrive nulle part", explique David Luiz, le défenseur du Brésil, vendredi depuis Teresopolis où la Seleçao a établi son camp de base durant le Mondial-2014.

Après deux premiers matches décevants du Brésil, croyez-vous vraiment que la Seleçao sera championne du monde?
Celui qui n'a pas d'ambition n'arrive nulle part. On est une équipe qui peut grandir. On est une équipe humble, qui aime apprendre. Le niveau est très élevé. Le champion du monde a été sorti dès la première phase. Il faut savoir souffrir mais aussi comprendre le grand match qu'on a fait contre le Mexique. Physiquement, tactiquement... Si on fait les mêmes matches lors des prochaines rencontres, on ira loin. Les matches ont été très bons pour nous rappeler ce qu'est une Coupe du monde. Par exemple, si tu gagnes 3-0, 3-0, 3-0, après en huitièmes (de finale), t'as un match difficile, tu perds et t'es à la maison sans même avoir compris que tu jouais une Coupe du monde.

Quel est le danger d'affronter un Cameroun déjà éliminé?
Ils veulent revenir au pays en ayant gagné un match en Coupe du monde, en disant +on n'a pas réussi à se qualifier mais on a battu le Brésil au Brésil+. Ils vont nous affronter avec un orgueil blessé.

Les supporteurs attendaient mieux de la Seleçao...
On a grandi dans un pays où la passion nationale est le football. On est habitué aux grands matches, aux rencontres où on en prend plein la vue, aux cracks, aux dribbles... que les Brésiliens aiment comme moi. Quand j'étais petit et que je jouais dans la rue, je ne jouais pas pour être au marquage! Mais pour marquer des buts, pour être heureux, faire des dribbles et tout ça! Bien sûr, on pourrait avoir des grands matches, deux grandes victoires, dire que le Brésil vole... Mais on n'aurait pas l'occasion de comprendre la valeur réelle d'une Coupe du monde. Ca va être difficile, il va falloir lutter.

Comment est Scolari?
C'est un grand commandant. Il est près de nous pour nous aider, nous faire des compliments, nous tirer les oreilles. Felipao (son surnom, ndlr) est très présent.

Comment fonctionne votre défense?
Notre premier défenseur c'est Fred (l'attaquant, ndlr). Tous les joueurs défendent.

Qu'avez vous retiré des premiers matches?
C'était bon d'être mené contre la Croatie. C'était la première fois. Je suis content de la réaction. L'équipe est restée cohérente dans son jeu, sachant ce qu'elle devait faire, (connaissant) les minutes qu'elle avait pour renverser le match. Le Mexique nous a donné conscience de ce que sera la Coupe du monde.

Comment est Neymar?
Neymar est grand joueur. C'est un gamin qui joue pour l'équipe, qui veut aider la sélection. Il sait que ça ne dépend pas que de lui. Il sait qu'il n'a pas la responsabilité de décider seul de tous les matches, de jouer bien tous les matches. Mais il doit être heureux de savoir que toute l'équipe prend plaisir à être derrière lui, pour qu'il puisse développer son football. Il y a d'autres joueurs dans l'équipe. Quand on dit qu'on dépose toute la responsabilité sur Neymar, c'est complètement faux.

Est-ce spécial de marquer quand on est défenseur?
Quand tu manges la même nourriture tous les jours, tu finis par en être dégoûté. L'arrière est là pour défendre, détruire le grand moment du football qu'est le but, alors quand c'est lui qui a fait trembler les filets, c'est un truc spécial. Je n'ai pas encore eu le privilège de marquer avec le Brésil mais je sais que Dieu a réservé un moment pour moi.

Les hymnes sont devenus un grand moment, pour le Brésil mais aussi pour les autres pays...
C'est très bien de voir nos supporteurs chanter l'hymne mais aussi de voir que les gens, d'où qu'ils viennent, sont fiers de leurs racines et de leur pays, qu'ils chantent leur hymne. J'avais jamais vu, comme le Mexique, une équipe partager le stade avec la Seleçao à la maison. C'est beau pour le football.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 17:25

Le Brésil à la recherche du jeu perdu



Quasiment assuré de sa qualification, le Brésil veut surtout retrouver son jeu et se rassurer lundi (17h00 locales, 20H00 GMT) à Brasilia sur son niveau face à un Cameroun, une nouvelle fois décevant et déjà éliminé.

"C'est important de terminer premier pour la confiance. Ne pas chercher à savoir si on va affronter A, B ou C. Le Brésil doit toujours donner le meilleur", a affirmé Julio Cesar, le gardien du Brésil. "Le meilleur", justement, on l'attend toujours. Le Brésil est certes en position idéale dans son groupe avec quatre points devant ses deux rivaux Croatie et Mexique qui s'affrontent, mais il a proposé un jeu poussif, se montrant incapable de marquer contre le Mexique (0-0) et forçant la décision avec un penalty controversé contre la Croatie (3-1). Il n'arrive pas à retrouver son jeu de la Coupe des Confédérations.

Offensivement, l'avant-centre Fred a disparu des écrans radars, au point de se demander s'il joue. Mais, ce n'est pas forcément de sa faute. La télévision brésilienne Globo a sorti une statistique parlante: chaque joueur brésilien reçoit en moyenne 37 passes de ses coéquipiers, Fred en a reçu 13 et le joueur qui lui en a donné le plus est... Julio Cesar. En clair, à part les ballons envoyés sur les 6 mètres, il participe peu au jeu. Il y a un problème de transmission du jeu vers l'avant. Autre problème criant, les arrières latéraux Dani Alves et Marcelo, qui ont été douchés par les contre-attaques croates lors du match d'ouverture hésitent désormais à monter privant les attaquants de munition. "Tout est lié", analyse Julio Cesar.

A tel point, que Felipao, qui à l'image de la plupart des entraîneurs brésiliens, n'aime pas beaucoup touché à son 11 titulaire, a désormais des incertitudes. Fred ou Jo en attaque? Mais, surtout, qui à droite. Hulk? Il était le titulaire indiscutable mais touché et à côté de ses crampons lors du premier match, il était au repos lors du deuxième. Il a paru en bonne forme physique lors des entraînements. Son jeu en percussion pourrait permettre d'ouvrir des brèches et enlever tout le poids du jeu à Neymar, le seul à répondre vraiment présent. Hulk devrait avoir la préférence.

Ramires? Défensivement, il fait le boulot et à l'entraînement il est bon à tous les postes mais contre le Mexique, il n'a rien apporté offensivement remplacé par Bernard... Bernard? Il court beaucoup mais n'est pas décisif. Alors Willian qui n'a pas encore eu sa chance (quelques minutes à peine contre le Mexique) sera-t-il l'élu? Beaucoup le croient.

Eto'o, là ou non?
Attention au complexe de supériorité face aux Camerounais. "Ils représentent leur patrie et veulent revenir au pays en disant 'on n'a pas réussi à se qualifier mais on a battu le Brésil au Brésil. On a réagi après les deux premiers matches'. Les deux matches ne représentent pas leur niveau", estime David Luiz, qui souligne "Il vont nous affronter avec un orgueil blessé. On va affronter une équipe aguerrie, de très bonne qualité".

Julio Cesar affirme se méfier aussi: il rappelle qu'il était sur le banc de touche lors de la victoire des Africains en 2003 lors de la Coupe des Confédérations en France (1-0). Le but avait été marqué par un certain Samuel Eto'o. L'attaquant vedette est touché. Il n'a pas fait parler la poudre lors du premier match et n'a pas joué lors du deuxième. Les Lions indomptables ont de plus montré une visage navrant à l'image de leur préparation chaotique avec les sempiternelles discussions d'argent, une annonce de grève et une tension palpable dont le symptôme le plus notoire a été la bagarre sur le terrain entre Ekotto et Moukandjo.

"Je veux que l'on présente un autre visage", a déclaré le sélectionneur allemand Volker Finke. "Il faut regarder vers l'avenir. Il y a de jeunes joueurs, des joueurs d'avenir. Il faut avancer dans la bonne direction. Pour Eto'o, on va attendre, de toutes façons on n'a pas le choix". L'attaquant pourrait jouer son dernier match en Mondial à Brasilia, dans le stade Mané Garrincha où la 'Canarinha' tentera de retrouver le feu sacré de son glorieux ainé.

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 23:59

Brésil : Hulk de retour dans le onze titulaire



Hulk, qui souffrait de la cuisse gauche et était au repos contre le Mexique, figurait dans le onze brésilien qui a battu les remplaçants samedi lors de l'entraînement de la seleçao à Teresopolis avant son match lundi contre le Cameroun.

Luiz Felipe Scolari a fait durer le suspense en distribuant la dernière chasuble à l'attaquant du Zenith Saint-Petersbourg, juste après avoir fait semblant de le donner à Ramires qui l'avait remplacé contre le Mexique.

Ce petit geste est-il un message pour l'attaquant qui était passé à côté de son match contre la Croatie?

En tout cas, les titulaires l'ont emporté 2 à 0 avec des buts de l'inévitable Neymar et de Paulinho.

Le onze titulaire était donc le même que lors du match d'ouverture que contre la Croatie.

Dimanche, pour la première fois, Scolari a décidé d'un entraînement à huis clos au stade Mané Garrincha de Brasilia où le Brésil joue contre le Cameroun lundi à 17h.

Le sélectionneur devrait notamment faire travailler les coups de pieds arrêtés à ses joueurs

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 14:06

Mexique : Marquez revit sa première fois



"C’est comme si c’était la première fois." La réponse est quasi-automatique. Peu importe ses résultats, ses performances ou son temps de jeu, un joueur ne pourra jamais cacher l’émotion suscitée par une nouvelle participation à la Coupe du Monde de la FIFA™. Dans le cas du Mexicain Rafael Márquez, ces mots ont encore plus de poids.

Il n’avait que 23 ans, mais ses trois excellentes saisons à l’AS Monaco avaient convaincu Javier Aguirre de lui confier le brassard à Corée/Japon 2002. Le 3 juin, il a disputé son premier match dans l’épreuve suprême, un match gagné 1:0 par le Mexique face à la Croatie grâce à un but de Cuauhtémoc Blanco. Douze ans et 18 jours se sont écoulés depuis ce baptême du feu, soit deux autres Coupes du Monde pendant lesquelles Rafa a été capitaine du Mexique. Au Brésil, le défenseur du FC León dispute donc sa quatrième édition et le Mexique jouera justement sa qualification pour les huitièmes face à la Croatie, le pays de sa toute première fois.

Difficile de croire que l’équipe qui a pris un point au Brésil chez lui lors de la deuxième journée du Groupe A a été la dernière à décrocher son billet pour la phase finale en passant par les barrages. Après une campagne qualificative pour le moins cahoteuse, le Tri semble avoir trouvé la bonne carburation au meilleur moment. Ce retour au premier plan doit beaucoup au sélectionneur, Miguel Herrera. "L'entraîneur a beaucoup d’influence", confie le Le Kaiser de Michoacán à FIFA.com. "On travaille dur pour réaliser ce qu’il attend de nous. Il a formé un groupe de très bonne qualité pour la Coupe du Monde. Et on a tiré les enseignements de nos erreurs. Du coup, on est bien mieux maintenant que pendant les qualifications."

En bonne position
Après une victoire face au Cameroun et un nul vierge avec le Brésil, l’état d’esprit mexicain n’a plus rien à voir avec la morosité ambiante des derniers mois. "On est heureux", confirme Márquez, seul joueur de l’histoire à avoir disputé quatre Coupes du Monde en tant que capitaine. "Compte tenu de la qualité des équipes en face, on devait relever un défi vraiment compliqué. On n’a encore rien fait, mais on est quand même en bonne position pour franchir une étape importante. On n’a pas pris de but et c’est très important pour nous. On est bien décidés à rester sur cette voie."

Comme le dit le capitaine, le contrat n’est pas encore rempli, malgré les sourires accrochés aux visages mexicains. Pour atteindre les huitièmes, le Tri doit au moins prendre un point face à la Croatie. "C’est le match le plus important", assène-t-il. "On sait qu’on n’a pas le droit de s’arrêter en si bon chemin. On a travaillé très dur lors de nos deux derniers matches et on ne veut pas tout gâcher contre la Croatie", analyse le défenseur, qui a remporté le championnat d’ouverture 2013 et celui de clôture 2014 au Mexique. "On s’attend toujours à affronter de grosses équipes. La Croatie a beaucoup de joueurs talentueux et elle possède un excellent entrejeu. Les joueurs de couloir sont très rapides, ils savent pousser leurs débordements jusqu’au bout pour centrer. Il y a aussi un attaquant redoutable et certains des meilleurs milieux de terrain du monde. C’est une grande équipe, donc ça ne sera pas facile. Il va falloir donner le meilleur de nous-mêmes pour prendre au moins un point et accéder au tour suivant."

Quelque chose de grand
N’allez pas croire pour autant que le Mexique est parti pour jouer petit bras. "On ressent nous aussi la nécessité de gagner. On ne va pas jouer le nul", annonce l’ancien joueur du FC Barcelone et des New York Red Bulls. "Il faut toujours viser la victoire. On va rester fidèles à notre système de jeu. La Croatie va tout donner pour prendre les trois points et nous aussi."

Le 23 juin 2014 à Recife, Márquez va disputer son 15ème match avec le brassard de capitaine en Coupe du Monde. Âgé de 35 ans, le défenseur emblématique du Tri est conscient qu’il vit sa dernière épreuve suprême. Il entrera donc sur le terrain avec l’intention de faire gonfler son record national de matches disputés lors de la compétition reine. "Je ressens la même chose que lors de ma première Coupe du Monde. Je savoure chaque match comme si c’était le dernier", assure-t-il. "On a un groupe exceptionnel. On a l’occasion de faire quelque chose de grand. C’est ce qui me motive à saisir cette dernière opportunité d’offrir un bon résultat avec le Mexique. Ça va être un match très difficile mais qu’on va en sortir vainqueurs".

Exactement comme la première fois...

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 14:08

Cameroun : Mbia, une question de fierté



"C'est une question de fierté, en tant qu'Africain et que Camerounais. Nous devons améliorer notre image et ne pas faire comme en 2010 où nous avons terminé de manière catastrophique avec zéro point", clame Stéphane Mbia au micro de la FIFA. Après une courte défaite contre le Mexique (1:0) et une correction face à la Croatie (0:4), les Lions Indomptables ont déjà validé leur billet retour, et le bilan brésilien est bien parti pour être pire que celui de l'Afrique du Sud.

Contrairement à il y a quatre ans, le Cameroun n'a pas encore marqué le moindre but. L'absence au deuxième match de l'omniprésent Samuel Etoo était sur toutes les lèvres : "Ça n'a pas arrangé les choses, c'est un joueur précieux pour nous. Il peut faire la différence à tout moment et sa blessure a compromis nos chances. Mais nous avons un entraîneur qui a tout fait pour tous nous motiver. Il a essayé de souder le groupe pour nous permettre d'obtenir des bons résultats malgré les absences de joueurs-clés comme Etoo".

L'intégrité du groupe a pourtant été mise à mal face aux Croates dès la 40ème minute après un mauvais geste d'Alexandre Song sur Mario Mandžukic. "Nous étions en train de mettre la Croatie sous pression", regrette Mbia. Le Cameroun n'avait alors encaissé qu'un but, trois autres ont suivi en deuxième mi-temps. L'unité a fini par voler en éclat avec un accrochage entre Benjamin Moukandjo et Benoît Assou-Ekotto. "C'est de la frustration par rapport à la physionomie du match", relativise Mbia. "Ce ne sont pas des mauvais gars, bien au contraire, ils sont amis ! Ils s'amusent tout le temps ensemble".

De Séville à Londres en passant par Brasilia
"En dépit de ce que les gens pensent, nous sommes très unis. Il n'y a pas de conflit, pas de problème", poursuit  le milieu de terrain de 28 ans. "Nous sommes simplement déçus de ne pas obtenir de bons résultats malgré tout notre travail et les très bonnes choses réalisées à l'entraînement". Mbia reconnait tout de même que le retard pris dans la préparation pour un problème de primes n'a pas arrangé les choses : "Il faut être objectif et réaliste, ça a joué un rôle. Dans un grand tournoi, en Coupe du Monde, on doit respecter certaines règles, et, inconsciemment, nous avons payé nos erreurs, parce que sur le terrain nous donnions le meilleur de nous mêmes. Personne ne voulait mal faire".

Et surtout pas Mbia, qui a été jusqu'ici un des rares à surnager dans le naufrage, dans la continuité de sa saison avec le FC Séville avec qui il remporté l'UEFA Europa League. L'ancien Marseillais s'autorise même à évoquer son avenir : "J'ai le plus grand respect pour Seville, mais ça sera difficile de rester car je veux jouer au plus haut niveau et essayer de gagner la Ligue des champions. Je ne sais pas où je vais aller mais je veux accomplir de grandes choses la saison prochaine. Mon rêve est d'être entraîné par José Mourinho parce que je pense que c'est un grand entraîneur".

Avant de rêver de Londres ou d'ailleurs, il faudra faire face à la réalité, ce lundi 23 juin à Brasilia contre le pays hôte. Pour relever la tête avant de s'envoler au pays, les Lions Indomptables devront se battre contre des vents contraires. La Seleçao mettra certainement un point d'honneur à marquer son territoire après son 0:0 contre le Mexique, dans un Estádio Nacional qui avait marqué sa renaissance en ouverture de la Coupe des Confédérations 2013 marquée par un chef d'oeuvre de Neymar après trois minutes.

Mais ça n'effraie pas Mbia, qui conclut sur une note d'optimisme : "J'ai affronté des grands joueurs en Liga. Ce qui compte, c'est le groupe, et s'il fait bien les choses, nos talents individuels pourront s'exprimer. Je pense que ce sera un match référence. Nous devrons montrer ce dont nous sommes capables pour pouvoir retrouver notre fierté".

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 16:19

Brésil : La Seleçao résiste à la pression maison



Carlos Alberto Parreira sort du tunnel du stade Morumbi, regarde autour de lui et respire un grand coup. L'atmosphère est lourde. La Seleção s'apprête à jouer à domicile contre l'Équateur. Ce qui a priori se présente comme un motif d'optimisme s'accompagne également d'une préoccupation : il s'agit non seulement de gagner - le Brésil s'imposera 2:0 ce jour-là - mais de le faire en jouant bien. Et si cela devait arriver, ce ne serait rien de plus qu'une obligation remplie.

Il y a les supporters gâtés, et puis il y a les supporters brésiliens. Le récit fait par Parreira, dans un long entretien accordé à FIFA.com en 2012, de cette journée de 1993, est l'un des nombreux exemples de cet état de fait. La Seleção qu'il dirigeait à l'époque venait de perdre le premier match de son histoire dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™. Vous avez bien lu : le premier match de son histoire ! Du coup, au moment d'aborder ce match face à l'Équateur, l'atmosphère est incroyablement tendue à São Paulo. Si vous cherchez un nuage dans le ciel parfaitement bleu du Brésil en période de Coupe du Monde de la FIFA™, il suffit de consulter un supporter brésilien. Il en trouvera toujours un.

Vingt et un ans plus tard, la Seleção n'est plus triple, mais quintuple championne du monde, et son entraîneur est Luiz Felipe Scolari, assité de Parreira comme coordinateur technique. Le Brésil joue la Coupe du Monde à domicile après avoir surfé sur l'euphorie du triomphe en Coupe des Confédérations de la FIFA 2013. Après une entrée en matière tendue, mais victorieuse, face à la Croatie, les joueurs brésiliens étaient déjà attendus au tournant par leurs supporters. Pour la deuxième sortie du pays hôte, face au Mexique, les fans de la Seleção voulaient voir une victoire, bien sûr, mais avec la manière. Finalement, ce Brésil-Mexique se terminera sur un match nul et vierge. Pour la première fois depuis juin 2011, les Auriverdes ne réussissent pas à faire trembler les filets adverses.

Déception ? Crise ? Trahison ? Cataclysme ? En d'autres temps, il y aurait eu un peu de tout ça. Mais le 17 juin dernier, le public du Castelão n'a donné aucun signe d'agitation et on n'a entendu aucun sifflet descendre les tribunes. "Les supporters sont complètement derrière nous. Cela se vérifie de plus en plus à chaque match. Les gens sont là pour nous aider, maintenant et pour la suite", disait Neymar au micro de FIFA.com après le coup de sifflet final. "Tout le monde vient au stade pour nous soutenir, et nous soutenir jusqu'à la fin. Cela fait pas mal de temps que c'est comme ça. Tout comme le jeu que nous pratiquons sur le terrain, cette atmosphère est devenue l'une des marques de fabrique de cette équipe. C'est pour ça qu'il n'existe rien de meilleur que de jouer une Coupe du Monde à la maison."

Pour le meilleur et pour le pire
"Maintenant et pour la suite." Voilà peut-être le passage le plus important de Neymar. Car c'est une chose de se lever pour chanter magnifiquement l'hymne national a cappella avant chaque match, autre nouvelle marque de fabrique de la Seleção, mais c'est une chose bien différente de maintenir cette bonne volonté lorsque les choses ne fonctionnent pas comme prévu, par exemple quand le Brésil n'arrive pas à prendre à défaut un Guillermo Ochoa en état de grâce. Mais on parle là de la sélection la plus couronnée en Coupe du Monde, celle dont le nom est associé au beau football et qui n'a plus perdu à domicile depuis 2002, en amical contre le Paraguay.

"A un moment donné, on finit par se dire que c'est un mythe monté par la presse brésilienne. De notre côté, nous avons joué dans tout le pays et partout, les gens ont été formidables avec nous", affirme David Luiz au micro de FIFA.com. "Nous avons de la pression, bien évidemment, comme toutes les grandes équipes qui ont de l'ambition. La pression est normale. Mais nos supporters, ils nous ont toujours aidés. Toujours."

C'est vrai. Il existe une pression constante autour du Brésil, David Luiz et tout le groupe en savent quelque chose. Mais à la maison, cette pression augmente encore. On peut donc considérer que les hommes de Scolari ont développé une immunité assez impressionnante par rapport aux réactions négatives, comme on a pu s'en rendre compte quand ils étaient menés au score ou n'arrivaient pas à marquer. Si bien que le 23 juin prochain, en sortant du tunnel de l'Estádio Nacional Mané Garrincha pour le match contre le Cameroun, Carlos Alberto Parreira va pouvoir regarder autour de lui, voir un stade rempli de supporters et respirer tranquillement. En principe, tous ces gens seront acquis à la cause brésilienne. Maintenant et pour la suite.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 19:05

Capital pour le Brésil face à l'inconnue camerounaise



Le Brésil, qui n'a pas été souverain lors de ses deux premiers matches, a deux missions capitales lundi à Brasilia pour son dernier match de poule contre le Cameroun: terminer premier du groupe A et retrouver son jeu face à Samuel Eto'o dont ce sera sans doute la dernière apparition en Coupe du monde.

La première mission, comptable, paraît largement à sa portée. Avec quatre points (+2) contre 4 au Mexique (+1) et 3 à la Croatie (+2), la Seleçao est assurée de la première place en cas de victoire et pourrait l'obtenir avec un nul si Croatie et Mexique se neutralisent.

Petit bémol, et c'est un petit événement au Brésil, l'équipe n'est pas encore qualifiée.

Les Brésiliens ont en tout cas choisi de ne pas jouer avec le feu en essayant de choisir leur adversaire (Pays-Bas ou Chili). "Dans la vie comme au football, si tu choisis le mauvais chemin, tu le paies. On ne peut pas penser que ce serait mieux de terminer 2e pour éviter tel ou tel adversaire. On veut être premiers. Les seconds ne servent qu'à féliciter les premiers", a précisé Dani Alves.

L'arrière droit a toutefois reconnu qu'il fallait que le Brésil "travaille" pour s'améliorer, admettant qu'il n'était pas "satisfait" de ses performances.

C'est la deuxième mission: retrouver le jeu dominateur qui avait permis au Brésil de s'imposer à la Coupe des Confédérations et devenir le grand favori de la compétition. Dix jours après le match d'ouverture, la Canarinha fait moins peur. Les deux matches contre la Croatie et le Mexique ont montré plus de lacunes que de certitudes. Et pourtant, c'est exactement la même équipe qui avait remporté le trophée en 2013.

L'interrogation Fred
David Luiz souligne que les autres équipes ont "travaillé" depuis la Coupe des Confédérations. "Ils ont leur rêve aussi", rappelle-t-il et fait mine d'être satisfait des prestations brésiliennes: "Il faut savoir souffrir mais aussi comprendre le grand match qu'on a fait contre le Mexique. Physiquement, tactiquement... Si on fait les mêmes matches lors des prochaines rencontres, on ira loin. (...) Si tu gagnes 3-0, 3-0, 3-0, après en huitièmes (de finale), t'as un match difficile, tu perds et t'es à la maison sans même avoir compris que tu jouais une Coupe du monde".

Deux compartiments de jeu sont particulièrement déficients: l'attaque avec un Fred aux abonnés absents et une animation offensive faible ainsi que les postes des latéraux.

Si Fred est unanimement soutenu par ses camarades à l'image de Dani Alves qui a qualifié de "débiles" les critiques de l'ancienne star anglaise Alan Shearer envers son coéquipier. Il n'empêche, des millions d'observateurs et de Brésiliens constatent que Fred touche peu de ballons (13 en moyenne contre 37 à ses partenaires) et il ne pèse pas sur le jeu.

Autre, interrogation, Hulk. Passé à travers lors du match d'ouverture, l'attaquant du Zenith, touché à une cuisse, n'a pas joué contre le Mexique mais semble à nouveau apte. Samedi, Luiz Felipe Scolari l'a un peu chambré en lui donnant la dernière chasuble de titulaire. S'il retrouve son niveau il pourrait ouvrir les brèches attendues.

Eto'o, la sortie
Un autre souci concerne les latéraux pris entre l'envie d'attaquer et le risque du contre. Contre la Croatie, ils sont montés laissant des boulevards. Contre le Mexique, ils sont restés chez eux et n'ont pas apporté le danger. Il leur faut trouver le bon ajustement.

Côté camerounais, ce dernier match est plus important qu'il n'y parait après avoir présenté une image indigne lors des premiers matches, s'être bagarrés sur le terrain (Ekotto-Moukandjo), avoir menacé de faire grève et comme d'habitude s'être disputés avec la fédération pour des histoires d'argent.

Le sélectionneur doit choisir entre lancer des jeunes et préparer l'avenir tout en ménageant les susceptibilités dans un groupe au bord de l'implosion. Il faut aussi offrir à Samuel Eto'o, une sortie honorable à 33 ans pour son 4e Mondial.

Il a porté le maillot des Lions Indomptables à 117 reprises, il a été le meilleur buteur des deux CAN (2000-2002) qu'il a remportées, il a été champion olympique 2000, finaliste de la coupe des Confédérations 2003 avec un but contre le Brésil en début de tournoi, mais il n'a jamais réussi à vraiment briller en Coupe du monde...

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 21:02

Croatie : Sammir, le Croate de Bahia



Un bon milieu relayeur peut faire la différence dans n'importe quel groupe, y compris une équipe qui compte déjà en ses rangs deux maîtres en la matière. En Croatie, par exemple, Niko Kovac pourrait très bien se satisfaire du travail de titan fourni par Luka Modric et Ivan Rakitic dans la récupération et la distribution du ballon. Toutefois, pour la rencontre décisive face au Cameroun, il savait que cela ne suffirait pas. Et c'est là que Sammir entre en scène.

Certes, le Brésilien naturalisé n'a pas été la star du match, mais là n'est pas le propos. Cela dit, le tempo qu'il a imposé dans son secteur, aussi bien dans la distribution des ballons récupérés par Modric et Rakitic que dans l'alimentation d'une attaque renforcée par le retour de Mario Mandzukic, a permis à son équipe de retrouver l'équilibre qui lui avait fait défaut lors de la défaite inaugurale concédée face au Brésil et qui s'est avéré déterminant dans le 4:0 infligé aux Africains.

Sans inscrire de but, sans délivrer de passe décisive, c'est par sa simplicité que le milieu de terrain a brillé et marqué la rencontre de son empreinte. "Le sélectionneur m'avait positionné de sorte que l'on ait une plus grande possession, que le ballon circule entre les milieux et que l'on se crée des occasions de but", analyse Sammir au micro de FIFA.com. "Je suis satisfait de ma prestation mais je pense que je peux m'améliorer.D'ailleurs, toute l'équipe peut encore s'améliorer. Nous sommes en pleine évolution."

Dans une équipe de stars, le joueur de 27 ans ne s'est pas laissé intimider par la responsabilité de construire le jeu et ce, une fois encore, pour des raisons très simples. "C'est facile de jouer avec des stars. Chaque jour, j'apprends à leurs côtés, que ce soit à l'entraînement ou en match", explique-t-il. "Je suis content du match que j'ai livré et j'espère qu'ils le sont aussi. Ce sont de grands joueurs, qui évoluent dans les plus grands clubs du monde, et c'est un privilège pour moi de me retrouver parmi eux."

Rien ne semble pouvoir ébranler sa sérénité. Pas même le fait de faire ses premiers pas en Coupe du Monde de la FIFA™ au Brésil, le pays qui l'a vu naître, à l'occasion d'une rencontre qui aurait pu signifier l'élimination de son équipe. "Jouer une Coupe du Monde au Brésil n'est qu'une motivation supplémentaire, pour moi. C'est pourquoi je ne peux que jouer et m'efforcer d'être le plus détendu possible pour aider la Croatie là où elle a besoin de moi."

The show must go on
Et dire que son rêve de rejoindre le Brésil a failli tourner court. Après avoir disputé quelques rencontres de qualification avec la Croatie, Sammir perd sa place en sélection. Les problèmes rencontrés par le Dinamo Zagreb à la fin de l'année 2013 semblent même avoir scellé le sort du Brésilien naturalisé. Néanmoins, Kovac suit avec attention les prestations du joueur à Getafe, en Espagne. Bien qu'il ne l'utilise pas lors des barrages face à l'Islande, il fait de nouveau appel à lui pour les derniers matches de préparation avant de remettre sa liste définitive des 23 joueurs sélectionnés pour Brésil 2014™.

Après toutes ces épreuves, Sammir ne pouvait prouver sa gratitude que d'une façon. "L'entraîneur avait confiance en moi. Il est même venu jusqu'à Madrid pour parler avec moi. Il m'a dit qu'il allait m'accompagner et ça m'a motivé encore plus pour travailler dur. Plus dur que jamais, raconte-t-il. Alors que je me disais que je pourrais rater la Coupe, aujourd'hui, je n'ai qu'une chose à faire : tout donner sur le terrain et faire ce qu'il attend de moi."

Sa convocation en poche, il peut enfin profiter des deux moments qu'il attendait avec impatience. D'abord, le rassemblement avec l'équipe nationale dans son État natal de Bahia, camp de base de l'équipe croate. Ensuite, le fameux match d'ouverture face au Brésil. Même si, pour ce deuxième point, cela se résume finalement à la possibilité de revoir quelques anciens collègues comme Fernandinho, qu'il a côtoyé chez les jeunes de l'Atlético Paranaense, ainsi qu'au moment redouté des hymnes nationaux.

"C'est clair, à ce moment-là, avec tout le public qui chante, l'émotion était très forte. Je suis né ici au Brésil, donc c'était pour moi une situation inhabituelle", confie-t-il. "Mais dès que le match commence, on oublie tout ça. Malheureusement, je ne suis pas entré en jeu, mais je pense que nous avons bien joué et que nous aurions mérité au moins un point."

S'il ne fait aucun doute que Sammir espérait un meilleur résultat pour son pays d'adoption, cela ne l'a pas empêché de soutenir le Brésil pour la deuxième rencontre de la phase de groupes, face au Mexique. À cette occasion, il n'a eu aucun problème à revêtir le maillot auriverde et n'a même jamais dû se justifier à ce sujet. "J'avais de bonnes raisons de les soutenir. D'abord, parce que je suis brésilien et ensuite parce que c'était dans l'intérêt de la Croatie. Malheureusement, ils n'ont pas gagné."

Ce match nul permet aux deux leaders du groupe A de devancer d'un point la Croatie, qui n'aura d'autre choix que de l'emporter face aux Mexicains ce 23 juin pour éviter l'élimination. Une fois de plus, Sammir se montre à la fois calme et déterminé à se mettre au service des stars de son équipe. "Le Mexique va jouer pour ne pas perdre, donc tout ce qu'on aura à faire, c'est attaquer pour gagner. Nous sommes trop bons pour rentrer si tôt à la maison."

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 23:50

Cameroun : Eto'o pas titulaire mais pourrait jouer



La vedette du Cameroun Samuel Eto'o, touché au genou droit, ne devrait pas être titulaire contre le Brésil lundi mais pourrait jouer quelques minutes, a confié le sélectionneur Volker Finke dimanche en conférence de presse à Brasilia.

"Il est incertain. Il peut peut-être aider quelques minutes. Commencer comme titulaire? Il n'y aura pas de miracle dans la nuit. Peut-être qu'il va jouer pour aider l'équipe", a affirmé le sélectionneur Volker Finke.

"Il est dans la même situation qu'avant la Croatie (ndlr: il n'avait pas joué). Il fait un travail individuel, il n'a pas fait l'entraînement avec le groupe. Mais il joue son rôle de capitaine. Il s'occupe des choses. Il pousse pour mobiliser l'esprit et ça c'est bon", a conclu M. Finke.

Eto'o n'a pas participé à l'échauffement des joueurs camerounais dans le stade Mané Garrincha de Brasilia dimanche à la veille du match contre le Brésil.

Toutefois, cela n'exclut pas sa présence sur le terrain lundi: la presse n'a eu le droit d'assister qu'au premier quart d'heure de l'entraînement.

Eto'o était en tenue de sport avec des crampons. Il a salué des policiers camerounais qui accompagnent les Lions indomptables puis s'est assis sur le banc et a envoyé des messages sur son téléphone portable.

Il est possible qu'il ait ensuite fait des exercices une fois les journalistes sortis, comme l'a dit le sélectionneur.

Le match de lundi pourrait être le dernier d'Eto'o, 33 ans, en Coupe du monde ou même avec le Cameroun (117 sélections). Il dispute au Brésil sa quatrième phase finale d'un Mondial. Mais, le coach a déclaré que ce n'était pas "le moment", estimant qu'Eto'o pouvait encore jouer deux-trois-quatre ans".

Avant le début de l'échauffement l'ensemble de la délégation camerounaise s'est réuni dans un cercle se tenant par les bras pour une prière collective de quelques minutes, dont le but était sans doute d'unir l'équipe alors que Moukandjo et Assou-Ekotto se sont bagarrés sur le terrain en plein match contre la Croatie.

Déjà éliminé et très décevant, le Cameroun, qui a encaissé deux défaites en deux matches, veut présenter un autre visage contre le pays hôte.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 14:15

Cameroun, Finke : "Un comportement inacceptable"



Le sélectionneur allemand du Cameroun Volker Finke a reconnu dimanche que ses joueurs avaient eu un "comportement inacceptable" mais promis un "autre visage" contre le Brésil, qu'il affronte lundi avant de quitter le Mondial.

Est-ce bon pour vous que le Brésil ne soit pas encore qualifié?
C'est clair que si le match est difficile pour le Brésil, c'est possible qu'ils ressentent la pression. C'est un petit peu plus difficile pour eux avec la pression. Eux doivent contrôler le match sans prendre de risques. Malheureusement, et je dis bien malheureusement, nous n'avons pas de pression. C'est seulement important de faire un bon match. On est mobilisé après ces deux défaites. Personne ne veut quitter le Brésil en laissant une mauvaise impression. Il faut montrer un autre visage, travailler pour la réputation de l'équipe, de chacun des joueurs et du football camerounais. Les jours après la défaite, c'était difficile de mobiliser les joueurs mais maintenant, c'est passé. On a préparé ce match comme si c'était un match décisif.

Vu les résultats, n'auriez-vous pas dû faire autrement?
C'est toujours comme ça quand on perd. Il faut se demander ça, ça et ça... Peut-être aurais-je dû prendre d'autres décisions dans la composition de l'équipe... Mais on ne s'est pas trompé. Ca dépend de la performance et de la forme des joueurs. Et la forme peut changer. Quelqu'un qui a fait un bon match contre l'Allemagne (en préparation) peut ne pas faire un bon match contre le Mexique. Après, c'est très facile de dire que l'entraîneur se trompe. Je ne veux pas m'excuser. Pas du tout. Je n'ai plus 30 ans alors je sais comment ça se passe. J'ai été un peu déçu par un ou deux ou trois joueurs qui n'ont pas joué à leur niveau. Je dis 'OK on va analyser les choses mais ce n'est pas le moment'.

Avec la bagarre entre Ekotto et Moukandjo, l'image donnée n'a pas été bonne.
Tout le monde a vu un comportement qui est inacceptable. C'est pourquoi on a aussi fait quelque chose pour éviter un tel comportement dans l'avenir. Ce qu'on a fait reste entre l'entraîneur et l'équipe. Peut-être un autre responsable va faire autre chose. En tout cas, c'est inacceptable au niveau du fair-play. Des joueurs professionnels qui gagnent beaucoup d'argent doivent être un exemple pour les jeunes. Je ne fais pas des grands discours avec des sanctions drastiques mais il y aura des conséquences pour les joueurs concernés dans la composition de l'équipe.

Est-ce que vous ne voulez pas aligner Eto'o pour lui rendre hommage pour tout ce qu'il a fait pour la sélection camerounaise? Lui offrir un dernier match de Coupe du monde...
Non, non! Je ne crois pas que ce soit son dernier match, pas le dernier de Coupe du monde. Il a envie de faire deux, trois, peut-être quatre ans... Il a un petit problème avec son genou (...) Il a besoin de quelques semaines pour être en pleine santé. Ce n'est pas un joueur à qui on va dire 'Merci beaucoup'. Il est en pleine forme, il peut aider trois ou quatre ans encore. Ce n'est pas le moment (de faire des hommages).

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 14:27

Brésil : Scolari alignera son équipe-type



Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari alignera son équipe type, celle qui a joué contre la Croatie, avec Fred et Hulk, contre le Cameroun à Brasilia, a-t-il annoncé en conférence de presse.

"Je ne vais pas faire de changements. J'ai confiance en ceux qui ont joué le premier match. Je ferai des changements en cours de match selon les circonstances (...) Nous sommes un groupe, il y a un chef qui doit choisir. Dans mes choix, je dois continuer avec le groupe qui a commencé", a-t-il déclaré.

Fred, qui a été transparent lors des deux premiers matches, et Hulk, qui avait raté son match contre la Croatie et était absent contre le Mexique, seront donc titulaire.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 14:49

Brésil, Scolari : "On doit se qualifier"



Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari a répété à plusieurs reprises que son équipe n'était pas encore qualifiée avant d'affronter le Cameroun, tout en réitérant sa confiance à ses troupes dimanche en conférence de presse à Brasilia.

Quel adversaire préférez-vous en 8ème ?
Premièrement, il faut penser qu'on doit se qualifier. Les gens qui disent qu'on va choisir notre adversaire sont soit idiots soit mal intentionnés. On m'a tourné en ridicule en disant que "le Chili ne valait rien". Maintenant, les gens les voient autrement... Moi, je connaissais déjà le travail de Sampaol, ses joueurs et sa manière de jouer. Moi je n'ai pas à choisir, je dois jouer et gagner demain.

Les deux matches ont fait naître des doutes sur le niveau du Brésil.
J'ai confiance en mon équipe. Elle n'est pas au niveau de la Coupe des Confédérations. Mais, c'est normal, c'est différent. Les équipes sont plus fortes au Mondial. Il n'y a plus d'équipes faciles. Je respecte beaucoup le Cameroun. Quand on dit que le Brésil doit choisir son adversaire, c'est une forme de manque de respect envers le Cameroun. Ca m'énerve. Le Cameroun a perdu deux matches. Un par 1-0 et l'autre 4-0 en jouant à 10 pendant toute une mi-temps et en attaquant pour essayer de renverser le match...

Le Brésil était habitué à se qualifier dès le deuxième match. Ce n'est pas le cas. Qu'est-ce que ça change ?
Si on avait gagné contre le Mexique, si on avait rentré une de nos quatre grosses occasions et si le gardien (Ochoa) n'avait pas fait son match, on serait beaucoup plus tranquilles. Maintenant, nous avons une anxiété en relation avec la qualification. C'est toujours difficile de faire un résultat au Mondial et cette anxiété peut te faire commettre des erreurs. Si on était qualifié je pourrais faire des expériences comme en 2002 mais là je ne ferai pas de changements. Le foot s'est nivelé. Les équipes sont organisées. Elles se mettent parfois à 9 derrière, les espaces sont très réduits. Tu rates tes occasions et tu peux perdre.

Pouvez commenter le niveau de votre équipe ?
Je trouve qu'on s'est amélioré contre le Mexique, on progresse, c'est mon opinion, je ne discute pas celle des autres. Si on continue de travailler, on peut gagner le match de demain et s'améliorer physiquement et tactiquement.

Tactiquement avez-vous des nouveautés depuis le début du Mondial ?
J'ai vu des équipes fermées sortir en contre, des équipes traditionnelles avec des ailiers habiles et rapides, ou sinon 4-2-3-1 ou 4-4-1-1, les systèmes actuels, mais il n'y a pas trop de variation et on n'en verra pas lors de ce Mondial. On va voir des équipes fermées qui jouent le contre ou les ballons arrêtés.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 14:30

Croatie 1 - Mexique 3
El Tri prend trois longueurs d’avance




Le Mexique n’avait besoin que d’un nul pour s’assurer une place en huitièmes de finale. Mais El Tri n’a fait aucun calcul pour écarter la Croatie de la route. Pourtant, les Vatreni ont dominé la première période dans les grandes largeurs, sans réussir à mettre le cuir à la bonne hauteur. En tout cas pas sous les 2m44 du but de Guillermo Ochoa, les tentatives de Danijel Pranjic (27’), Ivan Perisic (29’) et Darijo Srna (40’), filant toutes au-dessus de la transversale.

Imprécis, les Croates laissent le champ libre aux contres nord-américains. Andres Guardado choisit la diagonale sur un enchaînement contrôle-volée, (64’), la courbe du corner de Herrera file droit au but, mais trouve la tête de Vedran Corluka (65’) et Paul Aguilar frappe sans angle sur Stipe Pletikosa (66’). C’est finalement sur une formule simple - une tête sur corner - que Rafael Marquez résout l’équation (0:1, 72’). Dans la foulée, Andres Guardado met fin à tout calcul (0:2, 75'), si ce n’est celui pour déterminer le premier du groupe, que Javier Hernandez entretient sur corner (0:3, 82').

Perisic trouve la solution à un exercice que le Brésil et le Cameroun n’ont pas su résoudre - comment marquer un but à Ochoa ? (1:3, 87') - mais l’arbitre fait une soustraction en sortant Ante Rebic. El Tri, lui, multiplie ses ambitions et additionne une qualification pour le deuxième tour à sa collection, la sixième d’affilée. Ce sera contre les Pays-Bas.

Homme du Match :
Rafael Marquez (MEX)

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 15:01

Cameroun 1 - Brésil 4
Neymar mène le Brésil à bon port




Pour son 100ème match de Coupe du Monde de la FIFA, le Brésil a décroché sa qualification pour les huitièmes de finale face à un Cameroun déjà éliminé, le Brési grâce notamment à un doublé de Neymar, son homme providentiel.

La dernière fois que la Seleção a joué à Brasilia, c'était pour le match d'ouverture de la Coupe des Confédérations 2013 contre le Japon, remporté 3:0 avec un but d'anthologie de son prodige après trois minutes.

Contre les Camerounais, c’est le temps qu’il faut à Paulinho pour signer un première alerte jaune (3’). Il y a le feu. Après son match nul contre le Mexique, la Seleçao veut se rassurer, et vite. Cette fois encore, le peuple auriverde peut compter sur Neymar, qui ne laisse aucune chance à Charles Itandje (0:1, 16’). Les Lions ne se laissent pas abattre et égalisent par Joel Matip (1:1, 26’), mais le Barcelonais est décidément en état de grâce (1:2, 35’).

Les locaux, parfois bousculés par le bonnet d’âne de la poule en première mi-temps, se rassurent en rendant une copie bien plus propre en seconde. Les hommes de Scolari mettent le turbo dès le retour des vestiaires, avec Fred au volant pour ouvrir son compteur personnel (1:3, 49’). La défense africaine s'attache ensuite à ne pas prendre le bouillon, mais craque une dernière fois sur une percée de Fernandinho (1:4, 84').

Au même moment, à Recife, le Mexique a corrigé la Croatie (1:3) et a pris la seconde place qualificative du Groupe A pour le deuxième tour. Prochaine étape pour le pays hôte : le Chili en huitième, le 28 juin à Belo Horizonte.

Homme du Match : Neymar (BRA)

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:10

Brésil, Scolari : "Presque au niveau idéal"



Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari a estimé que son équipe était "presque au niveau idéal" après sa victoire lundi contre le Cameroun (4-1) et la qualification en 8e de finale du Mondial-2014.
Il affirme se méfier du Chili, qu'il affronte samedi à Belo Horizonte, reconnaissant qu'il aurait préféré un autre adversaire.


Votre bilan du match?
On a réussi à se qualifier et c'a été difficile. Le Cameroun aurait pu être une équipe qui jouait la qualification. Quand on voit leur match aujourd'hui (lundi), on se dit ce n'est pas possible que cette équipe ait trois défaites. Nous, on est presque au niveau idéal et c'est important d'arriver à ce niveau au moment des matches à élimination directe. Il faut maintenant qu'on commette moins d'erreurs. En poule, tu peux en commettre. Là tu ne peux plus, un match peut se décider sur un but. C'est ça qu'il faut changer.

Quel est votre programme?
Je vais analyser le match demain (mardi). Quand il n'y aura plus l'adrénaline dans le corps, plus cette émotion... Quand tu regardes la vidéo, tu peux interpréter les choses différemment. On va aussi analyser le Chili. On va changer les horaires d'entraînement pour arriver au match de samedi serein et avec la meilleure équipe possible.

L'accueil à Brasilia a été exceptionnel...
On est bien accueilli dans tout le Brésil. Mieux qu'on pouvait s'y attendre. Pendant le match, ça nous aide à nous corriger et nous améliorer. On se sent bien à Fortaleza, Belo Horizonte, Brasilia. Même aux endroits où nous ne jouons pas, le soutien est là. On est à la maison partout.

Fernandinho a été très bon...
Fernandinho (entré à la place de Paulinho) a fait une entrée providentielle, au niveau défensif et aussi en créant en attaque avec de bonnes passes. Il travaille bien tous les jours à l'entraînement. On regarde le match et on voit des choses et on croit que c'est le meilleur moment (de faire le changement)... mais ca ne réussit pas à tous les coups.

Le Brésil a mis du temps à offrir un bon match.
On dit que "la Nature ne fait pas des sauts". On a planté depuis longtemps ce qu'on veut récolter et ça vient doucement, match après match, jour après jour. On a marqué des buts, on s'est encore amélioré. Au prochain match, il faut s'améliorer encore un peu plus pour battre le Chili qui est très bon. Parfois, on a voulu trop bien faire, montrer plus... Du calme! On n'a pas besoin de ça. Mais j'ai aimé mon équipe avec ses hauts et ses bas. On a bien pressé... On s'est amélioré en général (...) On a corrigé en deuxième période certaines choses. En première, Oscar était collé avec les attaquants et on a corrigé à la pause.

Comment vous sentez-vous alors qu'il y a un an vous avez dit que vous aimeriez éviter le Chili?
Je me sens bien, on s'est qualifié. Je pense à mon équipe. Je sais qu'elle va s'améliorer et remporter une nouvelle victoire. J'ai joué deux fois le Chili et je vois les difficultés. Il y a des gens qui pensent que le Chili c'est facile à écarter, mais il y a la qualité. On va essayer de gagner. Si je pouvais choisir l'adversaire, j'en choisirais un autre. C'est une équipe sud-américaine. La qualité, l'organisation, tout ça, le Chili l'a!

Fred a enfin marqué...
Fred était anxieux. c'est un joueur sur qui on s'appuie dans le jeu, il est physique, il voulait participer plus mais les choses viennent naturellement. L'équipe s'équilibre et il apparaît plus. Il monte en puissance, il a mon entière confiance, on discute. Ce n'est pas encore le Fred de la Coupe des Confédérations mais... Aujourd'hui, il a eu une position tactique différente. Il aide au marquage...

N'êtes-vous pas trop dépendant de Neymar?
On dépend de Neymar comme l'Argentine de Messi. Certains joueurs sont différents! Les cracks et les joueurs de haut niveau font la différence dans toutes les sélections. Et, en plus, Neymar participe dans tous les compartiments du jeu. J'ai déjà rendu hommage à Santos (son club formateur) à plusieurs reprises car Neymar peut laisser la création pour aller au marquage.

On a senti vos défenseurs en danger.
Je n'ai pas une once de doute sur mes défenseurs. Bien sûr, ils peuvent être battus sur une action mais je n'ai pas de doute."

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:25

Brésil : Fred et la moustache du buteur



Retrouve-t-on le sens du but avec la moustache ? A en croire Fred: "Oui". Après deux matchs sans marquer et des prestations transparentes, il a suffi qu'il ne se rase plus sous les narines pour qu'il retrouve son nez et l'odeur du but contre le Cameroun.

Fred veut même faire enregistrer une nouvelle technique: "Sur l'action, David Luiz envoie un missile et je marque du visage. Moi, je dis que c'est un but de la moustache", rigole l'ancien Lyonnais qui a pris conseil auprès d'un expert. Neymar a confié en conférence de presse: "Je lui ai dit: +Ne te la rase pas et tu vas marquer avec la moustache+".

Fred a confirmé l'anecdote. Plaisanterie mise à part, il suffit de voir l'explosion de joie et la rage sur la visage de l'attaquant après son but pour comprendre la pression qui reposait sur ses épaules et la délivrance ressentie en faisant trembler les filets.

Car Fred a été un fantôme lors des matchs contre la Croatie (3-1) et le Mexique (0-0), à tel point qu'on pouvait se demander si le Brésil jouait à 10. Une situation qui n'était pas que de son fait: il a touché très peu de ballons, ses partenaires ne le trouvant pas ou peu.

"Il joue souvent dos au but, les partenaires s'appuient sur lui. Il est au marquage", rappelle Luiz Felipe Scolari, qui apprécie autant son travail défensif que son opportunisme et son jeu sans ballon.

Fred premier défenseur
"Nous avons une bonne défense car notre premier défenseur c'est Fred", souligne David Luiz.

Alors qu'il était plutôt un monolithe avancé contre la Croatie et le Mexique, Fred a souvent laissé Neymar, auteur d'un doublé, lui passer devant sur le terrain, pour le plus grand bénéfice des deux joueurs et du Brésil.

Fidèle à sa philosophie une fois qu'il a adopté un joueur, Felipao a continué à l'aligner.

"J'ai souffert de ne pas marquer pendant ces deux matchs. J'ai été critiqué, ce qui est normal, mais je veux remercier le groupe et le staff pour leur confiance", affirme Fred.

A 31 ans, 34 sélections et 17 buts, il est un des six joueurs à déjà avoir disputé un Mondial, mais le sien remonte à 2006 en Allemagne (1 but). Il était alors un jeune joueur qu'on pensait voir devenir un grand avant-centre. Mais son passage à Lyon a été quelque peu décevant et aucun autre club européen ne l'a recruté.

Buteur sans dribble
Renard des surfaces, il ne dribble presque jamais mais marque souvent de la tête ou des pieds sans contrôle. Loin du brio d'un Ronaldo ou Romario. D'ailleurs, Dunga ne l'avait pas retenu pour le Mondial en Afrique du sud, et il ne faisait pas partie des plans de Mano Menezes. Pourtant, "Felipao" a fait de l'avant-centre de Fluminense son titulaire absolu dans un compartiment de jeu où il est vrai, une fois n'est pas coutume, le Brésil n'a pas légion de choix.

Lors de la Coupe des Confédérations, Fred avait aussi connu des retards à l'allumage, avant de devenir le meilleur buteur du tournoi: "C'était un peu pareil, j'avais passé deux matchs sans marquer. Je pense que j'ai marqué au bon moment (contre le Cameroun) parce que maintenant viennent les grands matchs, et je sais que je vais continuer à marquer", espère-t-il. "C'est maintenant qu'il faut être décisif. Ce premier but m'a donné le moral".

Fred estime que l'équipe, qui a bien pressé contre le Cameroun, "a retrouvé l'esprit de la Coupe des Confédérations, et avec cet esprit on peut conquérir le titre. Nous avons retrouvé notre football collectif".

Fred se méfie du Chili, que le Brésil rencontrera en 8es de finale: "Le Chili a pratiqué un des meilleurs football du Mondial. On les a déjà joués et on est passé par des moments difficiles", dit-il en français, avant de préciser: "On joue chez nous et on va tout faire pour être le plus agressif possible".

Quant à la moustache, Fred compte l'arborer pendant tout le Mondial: "Je ne l'enlève que si mes coéquipiers la rasent!"

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:36

Brésil : Fred, un but qui en appelle d'autres



Un buteur qui enchaîne cinq mi-temps sans faire trembler les filets se pose forcément des questions, surtout s’il est en train de disputer une Coupe du Monde de la FIFA™ devant son public. Autant dire que les 228 premières minutes de Fred à Brésil 2014 n’ont pas été spécialement réjouissantes. Ciblé par une rafale de critiques, l'avant-centre de la Seleção a même été hué par le stade de Brasilia pendant le match contre le Cameroun. Mais tout s’est débloqué à la 229ème minute, sur un centre de David Luiz de la gauche. Esseulé, l'attaquant de Fluminense a trouvé le chemin des cages adverses.

Le but du 3:1 plaçait alors le Brésil tout près de conquérir la première place du Groupe A, synonyme de qualification pour les huitièmes de finale. Au-delà de sa contribution à ce succès, Fred dit avoir engrangé la dose de confiance nécessaire pour accompagner les siens au long des quatre rencontres qu’ils espèrent disputer d’ici à la fin de la compétition.

"C’est bon pour la confiance, oui. La victoire, la prestation, les buts… Et puis les gens sont contents", indique l’attaquant au micro de la FIFA. "Je suis ravi d’avoir marqué. J’ai reçu pas mal de critiques, mais ça ne m’a pas spécialement touché parce que j’ai des gens autour de moi qui me font confiance. Eux ont vu combien je travaille, combien je me donne jour après jour. Aujourd’hui ça a bien marché. Maintenant, il faut continuer de progresser en équipe et de marquer pour donner aux fans des raisons d’être heureux", a-t-il ajouté.

Bons souvenirs
Ce match évoque forcément chez Fred des souvenirs récents. L’année dernière, à la Coupe des Confédérations de la FIFA, l'ancien Lyonnais avait traversé les deux premiers matches sans marquer, contre le Japon et le Mexique, ouvrant finalement son compteur au troisième. Coïncidence ou pas, c’était également le troisième but du Brésil dans ce match, qui s’était soldé par une victoire 4:2 sur l’Italie. Et c’est aussi en seconde mi-temps que cette réalisation était survenue, comme ce 23 juin.

Ensuite, Fred avait marqué à tous les matches, ouvrant le score contre l’Uruguay en demi-finale puis lors de la finale contre l’Espagne. Est-il capable de rééditer sa performance à Brésil 2014 ? "Ces souvenirs me font beaucoup de bien. Je vais tout faire pour continuer de marquer. Et toute l’équipe fera de même. Aujourd’hui, nous avons su jouer collectif, ce qui est très important pour moi. Quand on joue avec cet esprit, tout le monde peut briller", souligne-t-il. "Il faut bien sûr quelques individualités qui font la différence, comme Neymar, mais elles doivent savoir se fondre dans le collectif. Aujourd’hui, tout a bien marché."

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:37

Mexique : Chicharito, un an et un jour plus tard



Lors du match entre le Mexique et la Croatie, le quatrième arbitre annonce l’entrée en jeu de Javier Hernandez à la 62ème, soit 12 minutes plus tôt que lors des deux premières rencontres du Tri. Pénètre alors sur le terrain le troisième meilleur buteur de l’histoire de la sélection aztèque avec 36 réalisations à son actif.

À cet instant, l'attaquant de Manchester United traîne un boulet bien embarrassant pour un joueur de son statut : une stérilité d’un an et un jour en sélection nationale. Son dernier but pour le Mexique, le joueur de 26 ans l’a justement marqué au Brésil, face au Japon, dans le cadre de la Coupe des Confédérations de la FIFA.

Chicharito se plonge alors dans un match cadenassé où le score est encore bloqué à 0:0. Vingt minutes plus tard, dans une Arena Pernambuco de Recife qui a pris des faux airs d’Estadio Azteca, il inscrit le troisième but de la soirée. Après la rencontre, il a évoqué avec FIFA.com cette fin de match ainsi que sa mauvaise série en équipe nationale.

Plus qu’un but

Le retour en grâce de Hernández se produit sur un corner, tout comme l’ouverture du score mexicaine dix minutes plus tôt. Le ballon s’envole et l’attaquant s’élève lui aussi dans les airs pour un saut pas comme les autres. Dans sa tête, il voit défiler beaucoup d’images qu’il rangera définitivement dans le placard des mauvais souvenirs en voyant le brazuca franchir la ligne de but. "Je me suis libéré d’un poids", confirme le goleador. "Je sors d’une année très délicate. Les joueurs marchent à la confiance et j’en ai cruellement manqué. Peu de gens ont cru en moi tout au long de cette année", ajoute-t-il dans un sourire où se lisent à la fois le bonheur et le souvenir de ses 366 jours de vaches maigres.

"Ce but, je le dédie plus particulièrement à mon grand-père, qui va bientôt fêter ses 85 ans et qui a fait l’effort de venir jusqu’ici. Je le dédie aussi à tous ceux qui sont à mes côtés dans les bons et les mauvais moments", ajoute-t-il. "Je pense à ma famille et à mon épouse. Ils savent que c’est dans les moments les plus compliqués que je mets les bouchées doubles", précise l’ancien pensionnaire de Chivas de Guadalajara.

Après avoir donné dans le registre émotionnel, l’attaquant aztèque repose les pieds sur terre, même si ce succès pourrait être interprété comme une douce invitation au rêve. "On est très heureux, mais il faut prendre cette victoire avec sérénité, humilité et simplicité. Même si elle est très importante, il ne faut y voir qu’une étape de plus vers notre objectif. Pour écrire l’histoire, il va falloir battre les Pays-Bas et continuer à grimper les marches que nous nous sommes fixées au début de la compétition", rappelle celui qui tenait le rôle de joker de luxe chez les Red Devils cette saison.

Le modèle Van Persie

Certes, Hernandez est resté muet pendant longtemps, mais ce 23 juin, son entrée en piste a agi comme un déclic pour les siens. Car même quand la réussite le fuit, ses faux appels créent des espaces dont se régalent ses coéquipiers. "J’aime jouer au foot, j’aime prendre plaisir sur le terrain... J’ai souvent été complimenté pour certains matches où je n’ai pas frappé une seule fois au but. C’est ça qui est beau dans le football. Les buts ne font pas tout. Oui, il faut marquer, mais il faut aussi se mettre au service de l’équipe et se sacrifier pour les coéquipiers", explique-t-il.

Maintenant que les Groupes A et B ont livré leur verdict, il est acté que le Mexique affrontera les Pays-Bas en huitième. Depuis le début de la compétition, les Oranjes se distinguent par la puissance de feu de leur attaque, dans laquelle brille un certain Robin van Persie. En tant que coéquipier du capitaine néerlandais à MU, Chicharito est bien placé pour en parler. "C’est un super avant-centre. Il possède une technique remarquable qui fait de lui un attaquant de classe internationale, l’un des plus rapides au monde. Je lui ai appris beaucoup de choses et je me suis beaucoup enrichi à son contact."

Hernandez a mis un terme à une longue traversée du désert et le temps est venu de passer au défi suivant : aider le Mexique à enfin passer le cap des huitièmes de finale.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 19:42

La presse camerounaise sans pitié pour les Lions



"Lamentable", "honte, "déshonneur": la presse camerounaise n'avait pas de mots assez durs mercredi pour qualifier la triste prestation des Lions indomptables, éliminés dès le premier tour du Mondial 2014 au Brésil.

"Trois défaites, neufs buts encaissés, un seul marqué", résumait en Une le quotidien d'Etat Cameroon Tribune, jugeant que la prestation de l'équipe du Cameroun au Brésil, pour sa septième participation à une phase finale, était "pire qu'en 2010" lors de la précédente Coupe du monde en Afrique du Sud, où elle avait été également éliminée dès le premier tour.

"Lions indomptables: de la honte au déshonneur", commentait de son côté le quotidien privé Le Messager. Le journal évoque "une triste fin pour le Cameroun qui n'a visiblement pas tiré les leçons du catastrophique Mondial sud-africain en 2010".

"Les Lions indomptables ont couvert leur nom, leur pays, leur peuple d'opprobre", renchérit l'hebdomadaire privé Repères. "Ils seront sans doute classés dernière équipe de la compétition. C'est triste. C'est lamentable. La dilapidation d'un tel héritage est criminelle", ajoute Repères, selon qui "les défaites étaient à chaque fois humiliantes", avant de qualifier la sélection de "génération maudite".

"Le sélectionneur national (Volker Finke), la Fécafoot (Fédération camerounaise de football), le Minsep (ministère des Sports et de l'Éducation physique) et les joueurs sont chacun responsables de cet échec", tranche l'hebdomadaire.

Selon la radio d'Etat, douze joueurs sur vingt-trois, dont Samuel Eto'o, sont arrivés mercredi à Yaoundé, sans le sélectionneur.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum