CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Sam 7 Déc - 13:01

Groupe G :
1 - Allemagne

2 - Portugal

3 - Ghana

4 - Etats-Unis


Les horaires des coups d'envoi des matches ne sont pas officiellement confirmés et pourraient changer
Les coups d'envois sont indiqués en heure locale

13 16/06 13:00 Salvador Allemagne Portugal
14 16/06 19:00 Natal Ghana USA
29 21/06 16:00 Fortaleza Allemagne Ghana
30 22/06 15:00 Manaus USA Portugal
45 26/06 13:00 Recife USA Allemagne
46 26/06 13:00 Brasília Portugal Ghana

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Sam 7 Déc - 16:26

Groupe G : Retrouvailles entre vieilles connaissances



Les Allemands sont les favoris du Groupe G. Les triples champions du monde comptent parmi les plus sérieux prétendants au titre. Sur les quatre derniers grands tournois internationaux (les éditions 2006 et 2010 de la Coupe du Monde de la FIFA™ ainsi que les Euros 2008 et 2012), la Mannschaft a toujours atteint au moins les demi-finales.

Les équipes
Le Portugal a prouvé lors de l'UEFA EURO 2012 qu'il pouvait tenir tête à l'Allemagne, même s'il s'est finalement incliné de peu (0:1). Le grand rendez-vous mondial 2014 sera par ailleurs l'occasion de la toute première confrontation entre le Portugal et le Ghana. Les Black Stars rêvent de prendre leur revanche après leur courte défaite (0:1) contre l'Allemagne en 2010. À l'époque, les Africains n'avaient réussi à devancer l'Australie et à se qualifier pour le tour suivant qu'à la faveur d'une meilleure différence de buts. Les Américains, eux, espèrent atteindre les huitièmes de finale, comme en 2010. Ils comptent pour cela sur leur entraîneur Jürgen Klinsmann.

Les joueurs à suivre

Cristiano Ronaldo (POR), Pepe (POR), Mesut Özil (GER), Bastian Schweinsteiger (GER), Landon Donovan (USA), Kevin-Prince Boateng (GHA), Asamoah Gyan (GHA).

L'affiche
États-Unis - Allemagne, 26 juin 2014 (18h00)
Ce match constitue l'affiche du groupe, en raison de la position des deux formations au Classement mondial FIFA/Coca-Cola et du point commun qui les unit. Le sélectionneur des États-Unis, Klinsmann, est en effet l'homme qui a tenu les rênes de l'Allemagne entre 2004 et 2006 et l'a menée jusqu'à la troisième place de l'épreuve suprême organisée sur ses terres. Après son départ, c'est son ancien adjoint Joachim Löw qui a pris la tête de la Mannschaft et l'a encore fait progresser.

Dans le rétro
États-Unis - Ghana 1:2 a.p., 26 juin 2010 (huitièmes de finale de la Coupe du Monde)
C'est un duel palpitant que se sont livré ce jour-là les deux équipes au Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg. Kevin-Prince Boateng a ouvert le score pour les Africains dès la cinquième minute et Landon Donovan a égalisé sur penalty à la 62ème minute. En prolongation, Asamoah Gyan a finalement signé le but de la victoire pour le Ghana. Les Black Stars sont devenues la dernières équipe africaine encore en lice, en se qualifiant pour les quarts de finale.

Le saviez-vous ?
Le Portugal a affronté l'Allemagne au cours de trois des quatre derniers grands rendez-vous internationaux... et s'est incliné à chaque fois. En 2006, il a enregistré une défaite 1:3 dans la petite finale. Deux ans plus tard, l'Allemagne l'a éliminé en quart de finale de l'Euro. Lors de l'édition 2012 de l'épreuve européenne, la Mannschaft s'est imposée 1:0. "J'espère que nous ne tomberons pas dans le groupe de l'Allemagne", déclarait Ronaldo avant le Tirage au sort final. Malheureusement pour lui, son souhait n'a pas été exaucé.

La stat
4 - Les quatre équipes du Groupe G ont atteint au moins les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™. Grâce à sa victoire sur les Stars and Stripes, le Ghana s'est ensuite hissé en quarts de finale, avant de s'incliner aux tirs au but contre l'Uruguay (3:5). L'Espagne, future championne du monde, a barré la route du Portugal et de l'Allemagne. La Selecção das Quinas (en huitième de finale) et la Mannschaft (en demi-finale) se sont toutes les deux inclinées sur le même score (0:1) face à la Roja.

Fifa.com (06/12/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Ven 13 Déc - 14:15

Un camp de base sur mesure pour l'Allemagne



La Fédération allemande de football (DFB) fait actuellement construire un camp de base sur mesure pour la Mannschaft en vue du Mondial-2014 au Brésil, à Santo André, dans l'Etat de Bahia, rapporte vendredi le quotidien allemand Bild.

Selon le journal, "Camp Bahia", nom donné à ce quartier général situé sur le littoral, proposerait un complexe clos de 13 maisons avec un terrain de football et un centre de presse situé dans un rayon d'un kilomètre.

Le groupe de Joachim Löw pourrait utiliser l'aéroport de Porto Seguro, situé à une trentaine de kilomètres au sud, pour ses déplacements à Salvador, Recife et Fortaleza où sont prévus ses matches du premier tour.

La DFB aurait reçu le soutien de parraineurs pour la construction de ce complexe confiée à une entreprise munichoise. "Les sponsors de la DFB aident au financement. Je sais qu'il y a Mercedes", a indiqué au quotidien Siegfried Michler, un manageur d'hôtel d'origine allemande.

L'Allemagne figure dans le groupe G avec le Portugal, le Ghana et les Etats-Unis.

Fifa.com (13/12/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Ven 13 Déc - 20:40

Trois nouveaux amicaux pour l'Allemagne



L'équipe d'Allemagne effectuera trois sorties supplémentaires devant son public avant le départ pour le Mondial-2014 au Brésil, dont un match contre la Pologne le 15 mai à Hambourg, a annoncé vendredi la Fédération nationale de football (DFB).

Après Hambourg, le groupe de Joachim Löw jouera le 1er juin à Mönchengladbach et le 5 à Mayence. Les adversaires ne sont pas encore désignés mais, selon l'adjoint Hans-Dieter Flick, la DFB souhaiterait une équipe africaine et une européenne.

Ces trois matches amicaux viennent s'ajouter à la réception du Chili déjà prévue le 5 mars à Stuttgart.

La sélection effectuera également un stage dans le Tyrol du sud entre le 21 et le 31 mai. En revanche, l'idée d'un second camp d'entraînement en Floride a été rejetée "pour que les joueurs passent du temps avec leurs familles et évitent le stress lié aux voyages", a indiqué Flick.

La sélection allemande s'envolera le 7 juin pour le Brésil et s'installera à Santo André, dans l'Etat de Bahia, où son camp de base est actuellement en construction.

L'Allemagne fera son entrée dans le Mondial face au Portugal, l'un de ses trois adversaires du groupe G avec le Ghana et les Etats-Unis.

Fifa.com (13/12/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Sam 11 Jan - 10:04

Allemagne : L'Arménie avant le Brésil pour la Mannschaft



L'Allemagne accueillera l'Arménie le 6 juin à Mayence, match de bienfaisance qui constituera une répétition générale à la veille du départ pour le Mondial au Brésil, a annoncé vendredi la Fédération allemande de football (DFB).

La sélection de Joachim Löw affrontera l'Arménie, 35e au classement Fifa, pour son 4e et dernier match amical, cinq jours après un match amical contre le Cameroun à Mönchengladbach.

L'Allemagne a remporté ses deux précédentes confrontations avec l'Arménie lors des qualifications au Mondial-1998 en France, 5-1 à Erevan et 4-0 à Dortmund.

Auparavant, la Mannschaft se testera contre le Chili le 5 mars à Stuttgart puis la Pologne le 13 mai à Hambourg, avant d'effectuer un stage dans le Tyrol du sud du 21 mai au 1er juin.

La sélection allemande s'envolera le 7 juin de Francfort pour le Brésil et s'installera à Santo André, dans l'Etat de Bahia, où son camp de base est actuellement en construction.

L'Allemagne fera son entrée dans le Mondial face au Portugal, l'un de ses trois adversaires du groupe G avec le Ghana et les Etats-Unis.

Fifa.com (10/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Sam 11 Jan - 10:11

Portugal, Paulo Bento : "Le sentiment d'unité est vital"



Le sélectionneur du Portugal Paulo Bento est évidemment impatient de vivre sa première Coupe du Monde de la FIFA™ sur le banc. Après avoir emmené la Selecção das Quinas dans le dernier carré à l'UEFA EURO 2012, l'ancien entraîneur du Sporting Portugal s'est fait peur lors des qualifications pour Brésil 2014. Le Portugal s'est ouvert les portes du Mondial in extremis, à la faveur d'un récital gagnant de Cristiano Ronaldo contre la Suède en barrage.

À quelques mois du coup d'envoi de la compétition, Bento évoque avec FIFA.com la question de savoir comment utiliser au mieux le talent de Ronaldo, dans une équipe au sein de laquelle c'est le travail collectif qui prime.


M. Bento, quand on est entraîneur du Portugal, à quoi peut-on s'attendre, en termes de passion et d'excitation, pour une Coupe du Monde de la FIFA qui se déroule au Brésil ?
Avant toute chose, je m'attends à prendre du plaisir dans cette Coupe du Monde, car c'est une compétition formidable, à laquelle nous voulions absolument participer. Après ça, dans la limite du talent et des qualités dont nous disposons, nous allons essayer d'aller le plus loin possible. Cela signifie d'abord sortir de notre groupe et atteindre les huitièmes de finale. Ensuite il faudra se battre pour aller aussi loin que possible.

Le Portugal s'est classé deuxième de son groupe derrière la Russie dans les qualifications européennes et a donc dû passer par les barrages. Quel regard portez-vous sur votre campagne qualificative ?
Ce n'est pas seulement à cause de la Russie que nous ne nous sommes pas qualifiés directement en tant que vainqueur du groupe. C'est aussi en raison de nos faux pas contre d'autres équipes comme Israël et l'Irlande du Nord. Ces erreurs nous ont obligés à disputer les barrages. Mais nous avons retrouvé un très bon niveau, qui nous a permis de décrocher la qualification. Dans l'ensemble, nous avons manqué de régularité. Même si nous avons perdu l'un des deux matches contre la Russie, nous avons très bien joué dans chacune de ces deux rencontres. Mais il y a eu trois autres matches où nous n'avons pas bien joué.

Comment avez-vous abordé le barrage contre la Suède, étant donné l'enjeu ?
Nous étions confiants et convaincus que nous avions plus de qualité, individuellement et collectivement, que notre adversaire. Cela dit, nous avions aussi à l'esprit que la Suède pouvait nous poser des problèmes. Mes joueurs avaient déjà l'expérience des barrages. Et puis nous avons reçu un soutien énorme de nos fans, qui sont connus pour passer assez facilement du désespoir à la joie délirante et vice-versa. Sur ce coup, ils ont été complètement derrière nous.

Les médias ont largement présenté ce barrage comme un duel entre Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic. Cela a-t-il influencé votre stratégie ?
C'est quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler. Les joueurs et moi-même, en tant qu'entraîneur, devons avant tout penser au collectif, à la manière dont nous voulons évoluer comme équipe. C'est après cela seulement que vous pouvez vous demander comment obtenir le meilleur de chacun de vos joueurs. Évidemment, c'est là que se pose la question de savoir comment utiliser Ronaldo et comment neutraliser les qualités d'un joueur comme Ibrahimovic. Mais le plus important est toujours la dynamique de l'équipe.

Ronaldo a été décisif en marquant les quatre buts portugais sur les deux matches. Comment jugez-vous son apport ?
Chaque entraîneur et chaque fan, quel que soit son degré d'intérêt dans le football, apprécie ce que Ronaldo sait faire. Tout le monde est conscient de ses qualités, de son talent et de son efficacité. Nous, en tant que Portugais, nous sommes extrêmement fiers et heureux d'avoir dans nos rangs un joueur aussi talentueux et aussi efficace, en club comme en équipe nationale. Son talent individuel peut aider à résoudre pas mal des problèmes que toute équipe peut rencontrer.

Quelles sont ses plus grandes forces, sur le terrain et en dehors ?
Son professionnalisme avant tout. Il s'impose en montrant l'exemple et cela déteint sur tous ses coéquipiers et même sur tout l'encadrement technique. Il est très accessible, très ouvert à la conversation. C'est un coéquipier modèle. Ses qualités rejaillissent sur ses collègues, qui voient bien qu'il a les qualités requises pour être capitaine de l'équipe nationale.

Comment le Portugal va-t-il aborder cette Coupe du Monde de la FIFA ?
Ma philosophie du football est simplement d'essayer de bien jouer et de gagner les matches. L'équipe qui joue le mieux a le plus de chances de remporter une rencontre. Mon principal objectif en tant qu'entraîneur est d'essayer d'obtenir que mon équipe soit le mieux organisé possible sur le plan tactique, et de trouver un équilibre entre le personnel et le professionnel pour construire un groupe capable de gérer les bons moments et les moins bons. Ce sentiment d'unité est vital dans les mauvaises passes.

Lors de Brésil 2014, des individualités vont-elles briller ou le collectif prendra-t-il le dessus ?
Chaque équipe possède des individualités capables de trouver des solutions dans certaines situations, mais toujours dans le cadre de la dynamique collective. Ce fut le cas pour nous à l'EURO 2012 : nous avons vraiment bien joué collectivement et avons su conserver une bonne organisation en permanence. Chacun connaît les individualités dont nous disposons, mais l'équipe est toujours plus importante. Sans elle, même les plus grands talents ne peuvent pas briller. C'est ce que nous rechercherons lors de cette Coupe du Monde : former une équipe forte et unie d'abord, et ensuite laisser le talent s'exprimer.

Il y aura trois sélectionneurs portugais à cette Coupe du Monde de la FIFA : vous-même, Fernando Santos (Grèce) et Carlos Queiroz (Iran). Quel enseignement peut-on en tirer par rapport à l'école portugaise des entraîneurs ?
Cela montre avant tout que les entraîneurs portugais sont bons. Au Brésil, nous serons l'un des pays les mieux représentés au niveau des sélectionneurs. Nous avons aussi des entraîneurs à la tête des plus grands clubs européens. Il est évident que les techniciens portugais ont des capacités et sont bien préparés.

Fifa.com (10/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Jeu 16 Jan - 19:37

Ghana, Appiah : "Nous allons surprendre le monde"



Le Ghana avait emballé l'Afrique et le reste du monde en atteignant les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2010™ à la faveur d'un football léché et de buts fêtés avec exubérance. Le coup d'arrêt de cette campagne des Black Stars a eu lieu au terme d'une soirée qui restera dans les mémoires. Asamoah Gyan a éclaté en sanglots lorsque, dans les ultimes secondes de la prolongation, son penalty a rebondi sur la barre, forçant Ghanéens et Uruguayens à disputer l'épreuve des tirs au but. Une "Panenka" de Sebastian Abreu fera pencher la balance en faveur de la Celeste tandis que dans le camp africain, Gyan n'était pas le seul à pleurer.

James Kwesi Appiah était aux premières loges pour assister à ce dénouement cruel, comme entraîneur adjoint du Serbe Milovan Rajevac. En 2012, il a été promu sélectionneur, non sans susciter quelques critiques liées à son manque d'expérience. L'ancien défenseur international a fait taire ses détracteurs en ouvrant les portes de Brésil 2014 aux quadruples champions d'Afrique, de manière convaincante qui plus est. Sur les dix vainqueurs de groupe des qualifications africaines, le Ghana affichait le meilleur bilan après l'Égypte, avant d'écraser les Pharaons (7:3 sur l'ensemble des deux matches) lors du barrage.

FIFA.com a rencontré Appiah pour discuter de l'importance du football dans son pays, de son style en tant qu'entraîneur, et des raisons pour lesquelles le Ghana pourrait surprendre le monde entier au Brésil.


James Kwesi Appiah, vous étiez entraîneur adjoint en 2010. Quelle était l'atmosphère après la défaite aux tirs au but ?
C'est un épisode sur lequel la plupart des Ghanéens préfèrent ne pas revenir, car ce fut déchirant. Pas seulement pour les Ghanéens, mais pour toute l'Afrique, car je crois que tout le continent était derrière notre équipe à ce moment précis. Mais il faut rebondir. Manquer un penalty fait partie du football, cela peut arriver à n'importe quel joueur. Si nous avions gagné cette série de tirs au but, nous aurions pu gagner la Coupe du Monde cette année-là. Mais nous essayons d'effacer ça et d'avancer.

Quels éléments positifs retirez-vous d'Afrique du Sud 2010 ?
Après la Coupe du Monde 2010, j'ai compris que si vous arrivez à donner à vos joueurs la confiance et les encouragements nécessaires, ils se hissent automatiquement au niveau requis. Le football a changé. Ce n'est plus comme avant.  Quand on regarde la qualité des joueurs que nous avons en ce moment, le plus important est de travailler sur l'aspect psychologique, de voir comment nous pouvons les pousser à se battre pour défendre le drapeau du Ghana.

Le Ghana a eu des entraîneurs étrangers pour les Coupes du Monde 2006 et 2010. Quel est l'avantage d'avoir un sélectionneur ghanéen ?
L'un des avantages est que les joueurs dont je dispose en ce moment ont un respect total pour moi et de mon côté, je les respecte à 200 %. Ils sont très compétitifs, très disciplinés et la motivation à défendre les couleurs de notre pays est très élevée si je compare à 2010, lorsque j'étais entraîneur adjoint.

Comment vous décririez-vous comme sélectionneur ?
Je suis un entraîneur qui ne parle pas tant que ça. Les joueurs disent que je suis un tueur silencieux ! C'est parce que j'ai un respect total pour eux mais qu'en même temps, j'essaie toujours d'obtenir que chaque joueur fasse son devoir à un moment donné.

Michael Essien, Sulley Muntari et John Paintsil étaient pressentis pour le capitanat du Ghana fin 2012. Vous avez finalement confié le brassard à Asamoah Gyan. Pourquoi ?
Au moment où j'ai pris la décision pour le capitanat, cela faisait trois ans que j'étais avec l'équipe. Je connaissais très bien tous les joueurs. J'ai réalisé que Gyan était quelqu'un que tous les joueurs appréciaient, et écoutaient. Quand l'équipe ne va pas bien, il encourage tout le monde et essaie de remonter le moral des troupes. J'ai donc décidé de lui donner sa chance. C'était une façon pour moi de lui montrer que j'avais confiance en sa capacité d'assumer des responsabilités. Il fait vraiment très, très bien son travail.

Où placez-vous Gyan par rapport aux meilleurs buteurs de la planète ?
Je sais que Gyan ne joue pas dans ce que l'on a coutume d'appeler l'un des "grands championnats", mais là où il évolue, il est très fort et marque beaucoup de buts. Il a énormément progressé. Son niveau de confiance est encore plus haut. Quand il a une occasion, en général il la met au fond. Pour moi, il est réellement l'un des meilleurs buteurs au monde.

Et comment jugez-vous l'apport d'André Ayew?
Dédé est un joueur de classe mondiale. Ce que tous les Ghanéens aiment en lui, c'est que lorsque l'équipe est en difficulté, il pousse tous ses coéquipiers à se battre et à ne pas baisser les bras.

Vous avez laissé de côté quelques grands noms et emmené une équipe jeune et assez inexpérimentée à la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2013. Cela a-t-il aidé le Ghana se qualifier pour la Coupe du Monde et cela vous servira-t-il au Brésil ?
J'ai emmené à la dernière CAN une dizaine de joueurs qui n'avaient jamais participé à une compétition auparavant. Ils ont énormément gagné en confiance. Depuis, nous avons gagné quasiment tous nos matches. Nous sommes parfaitement conscients que la Coupe du Monde n'est pas une épreuve facile. Mais tous mes joueurs sont dans des clubs de très haut niveau. Il n'y a donc aucune raison de paniquer. Nous avons confiance et en plus, je dispose d'un très bon banc.

Jusqu'où le Ghana peut-il aller à Brésil 2014 ?

Je crois que nous avons de très bons joueurs et comme je l'ai dit, pour avoir une équipe de qualité, il faut avoir un excellent banc. Je crois que nous allons surprendre le monde.

Quelle importance a le football au Ghana ?
Le football est quelque chose que tous les Ghanéens, tous les enfants, adorent. C'est d'ailleurs ce qui rend le poste de sélectionneur du Ghana si difficile car chaque enfant, chaque homme et chaque femme est entraîneur (rires). Et puis, le football est la seule chose qui unisse réellement le pays, car il se passe tellement de choses au niveau politique. Mais dès qu'il s'agit du football, toutes les ambitions politiques sont mises de côté. Les Ghanéens adorent tellement le football qu'ils sont prêts à tout pour obtenir ce qu'ils veulent quand il s'agit de ballon rond.

Fifa.com (16/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Jeu 16 Jan - 21:36

Les Etats-Unis se prépareront contre l'Ukraine



Les Etats-Unis affronteront l'Ukraine le 5 mars à Kiev dans le cadre de la préparation du Mondial-2014 au Brésil, a annoncé jeudi la Fédération américaine de football.

Il s'agira du premier déplacement d'une sélection américaine en Ukraine et surtout le dernier match amical avant que le sélectionneur Jürgen Klinsmann ne dévoile en mai le groupe de 23 joueurs retenus pour la Coupe du monde.

"L'Ukraine est une équipe très talentueuse qui a fait preuve de beaucoup de malchance dans sa quête d'un billet pour le Mondial-2014", a expliqué Klinsmann en référence à l'échec des Ukrainiens en barrages face aux Français qu'ils avaient battus 2-0 avant de s'incliner 3-0 au match retour.

"Nous voulons continuer à montrer que nous sommes capables d'obtenir des résultats dans ce genre de match", a poursuivi l'ancien international allemand. Les Etats-Unis ont déjà affronté l'Ukraine à trois reprises, à chaque fois sur le sol américain, pour un bilan de deux nuls et une défaite.

La sélection américaine est actuellement en stage de repérage au Brésil avec un groupe de joueurs évoluant presque exclusivement en MLS, le championnat professionnel nord-américain.

Durant le Mondial-2014, les Etats-Unis seront opposés à l'Allemagne, au Portugal et au Ghana dans le groupe G.

Fifa.com (16/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Sam 18 Jan - 8:51

États-Unis : Klinsmann croit en la qualification pour les huitièmes



Le sélectionneur allemand des Etats-Unis Jürgen Klinsmann a confié vendredi au site internet de la chaîne de télévision ESPN qu'il voyait son équipe atteindre les 8e de finale du Mondial-2014 et donc finir à l'une des deux premières places du groupe G qui comprend l'Allemagne, le Portugal et le Ghana.

"Je suis plutôt sûr du fait que nous allons atteindre la phase d'élimination directe", a confié Klinsmann à ESPN. "Nous savons que nous pouvons battre le jour J les grandes nations, il faut juste faire en sorte que ce jour J coïncide avec juin 2014 et c'est pourquoi je n'ai pas peur de l'Allemagne, du Portugal et du Ghana", a poursuivi l'ancien international allemand.

"Je pense que nous pouvons évoluer au niveau des grandes nations et leur rendre la tâche difficile, même si le contexte et le climat peuvent être difficiles (...) Ce que nous devons faire, c'est nous adapter plus vite que les autres à ces facteurs difficiles", a expliqué Klinsmann qui était sélectionneur de l'Allemagne lors du Mondial-2006.

Klinsmann, sélectionneur des Etats-Unis depuis juillet 2011, a organisé un stage de reconnaissance de dix jours au Brésil avec un groupe de 26 joueurs évoluant en MLS, le championnat nord-américain. L'ancien joueur du Bayern Munich, Monaco et l'Inter Milan table sur l'état d'esprit de son équipe, dont le meilleur résultat en Coupe du monde est d'avoir atteint les quarts de finale en 2002.

"Lors d'une Coupe du monde, il faut être prêt à vivre pendant deux mois dans un contexte de stress extrême, de tension et avec des problèmes à régler. Il faut être une équipe capable de tout bousculer, peu importe votre cote", a-t-il conclu.

Fifa.com (17/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Dim 19 Jan - 18:52

Allemagne : Löw laisse la porte ouverte pour Khedira



"Aucune date limite" n'a été fixée pour le retour de blessure de Sami Khedira en vue d'une sélection pour le Mondial au Brésil (12 juin-13 juillet), a assuré le sélectionneur allemand Joachim Löw, dimanche dans les colonnes du quotidien Bild.

"J'ai eu Sami au téléphone il y a trois jours. Il se sent bien, travaille un peu sur le tapis roulant et n'a souffert aucun contretemps", a déclaré Löw qui ne veut pas mettre de pression sur le milieu défensif du Real Madrid qui se remet d'une opération au genou droit.

"Il n'y a aucune date limite, a assuré le sélectionneur. Mais il faudra évidemment voir en avril dans quel état de forme seront les joueurs, a-t-il poursuivi, précisant qu'il "serait difficile de sélectionner un joueur pour le Mondial qui n'aurait pas disputé un match compétitif".

Khedira, milieu défensif de la Mannschaft et du Real Madrid âgé de 26 ans, a souffert d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit lors d'un match amical contre l'Italie le 15 novembre.

La sélection allemande a programmé quatre matches amicaux, le dernier contre l'Arménie le 6 juin à la veille du départ pour son camp de base de Santo André, dans l'Etat de Bahia, actuellement en construction.

L'Allemagne fera son entrée dans le Mondial face au Portugal, l'un de ses trois adversaires du groupe G avec le Ghana et les Etats-Unis.

Fifa.com (19/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Mer 22 Jan - 13:34

Matthäus : "Les échecs ont renforcé l'Allemagne"



Longtemps, Lothar Matthäus a incarné à la perfection les valeurs traditionnelles du football allemand : dynamisme, puissance et rage de vaincre. Il restera en outre comme l'homme du troisième sacre mondial de la RFA. Il y a 24 ans, l'ancien milieu de terrain brandissait le trophée mondial à Rome.  

Beaucoup de choses ont changé depuis, à commencer par le jeu de l'Allemagne. Aujourd'hui âgé de 52 ans, l'international le plus capé de l'histoire de la Mannschaft (150 sélections) en reste son premier supporter. Selon lui, les Allemands peuvent s'imposer au Brésil, à condition de conjuguer habilement le passé, le présent et l'avenir.

Le premier Joueur Mondial de la FIFA de l'histoire, sacré en 1991, évoque avec FIFA.com la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, ses souvenirs d'Italie 1990, la nécessité de posséder de vrais meneurs sur le terrain et l'importance d'un état d'esprit conquérant. 


Lothar Matthäus, qu'est-ce qui vous vient à l'esprit lorsque vous entendez prononcer le mot "Brésil" ? 
La joie de vivre, la samba, Copacabana et les churrascarias (restaurants à viande) ! Les Brésiliens respirent la joie de vivre. Je me suis rendu là-bas à de nombreuses reprises, pour des matches internationaux mais aussi en tant qu'entraîneur. J'ai travaillé deux mois et demi à Curitiba. Ce pays tient une place à part dans mon cœur.

L'édition 2014 s'annonce-t-elle comme un grand cru ?
C'est ce que nous souhaitons tous, car les Brésiliens adorent le football. Le beau jeu est une religion pour eux. Quoi qu'il arrive, ils accueilleront chaleureusement les visiteurs du monde entier.

Parlons un peu de l'Allemagne. Quel regard portez-vous sur les performances des hommes de Joachim Löw pendant les qualifications ?
Je leur mettrais dix sur dix, malgré le nul 4:4 contre la Suède. C'était un match haut en couleurs, dont on n'a pas fini de parler aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, l'Allemagne s'est aisément qualifiée. Nous disposons d'une excellente équipe. Nous avons dû faire face à de nombreuses blessures, sans pour autant que les résultats s'en ressentent. Le groupe est étoffé et équilibré. La Mannschaft fait donc logiquement partie des favoris.

Sur le plan offensif, tout va bien. En revanche, on note quelques lacunes en défense. Comment l'expliquez-vous ?
Effectivement, il nous reste quelques progrès à accomplir dans ce domaine. Cela dit, il y a beaucoup de points positifs à retirer du match face aux Suédois. Nous avons clairement pris les choses en main et nous avons mené 4:0. À partir de ce moment-là, nous avons cessé de jouer. Ce sont des choses qui arrivent. C'est aussi ce qui fait la beauté du football. C'est d'autant plus surprenant que l'Allemagne n'est pas coutumière de tels écarts. Cela prouve que personne n'est parfait. Nous encaissons beaucoup de buts, ce qui fait dire que nous avons des problèmes en défense. Mais les premiers défenseurs, ce sont les attaquants. Le replacement des joueurs à vocation offensive laisse parfois à désirer. C'est la raison pour laquelle notre défense se retrouve parfois en difficulté.

Pour autant, l'Allemagne a-t-elle le potentiel pour remporter la Coupe du Monde ?
Sans aucun doute, c'est le moment ou jamais ! Nous avons obtenu de bons résultats ces dernières années : deux demi-finales de Coupe du Monde, une finale et une demi-finale de l'Euro. À chaque fois, nous sommes passés tout près de l'exploit. Ces échecs ont contribué à renforcer l'équipe, qui me semble plus compacte que jamais.

Vous avez joué un rôle important dans le dernier sacre mondial de l'Allemagne. Qu'avez-vous ressenti en soulevant le trophée,en 1990 ?
C'était fabuleux ! Un titre de champion du monde, ça ne s'oublie jamais. Tout le monde s'en souvient. On peut remporter beaucoup de titres au cours de sa carrière, mais celui-ci n'a rien à voir avec les autres. Tous les footballeurs rêvent de vivre un moment pareil. Moi, j'ai eu la chance de gagner une Coupe du Monde en tant que capitaine.

Quel souvenir gardez-vous de cette édition italienne ?
À l'époque, je vivais en Italie, à 15 kilomètres à peine du camp de base que nous avions choisi. J'avais donc l'impression d'être chez moi, ce qui était un sentiment très intense. Nous avons joué cinq matches à San Siro, dans mon jardin. Je jouais là-bas une semaine sur deux avec l'Inter Milan en Serie A. J'ai pu compter sur le soutien des supporters allemands et italiens. C'était quelque chose ! Tous les fans de l'Inter étaient derrière nous, car Andreas Brehme et Jürgen Klinsmann portaient aussi le maillot nerazzurro. Il y avait un lien très fort entre ce club et notre équipe. 

Considérez-vous cette Coupe du Monde comme l'apogée de votre carrière ?
Oui. J'ai connu d'autres grands moments, mais ce tournoi surpasse tout le reste. Ce succès est d'autant plus magnifique qu'il a eu lieu dans le pays qui possédait à l'époque le championnat le plus relevé de la planète. Diego Maradona, Careca, Ruud Gullit et Frank Rijkaard… ils jouaient tous en Serie A. Nos matches ont contribué à rendre cette épopée mémorable. Nous n'avons vraiment pas eu la partie facile. Nous avons affronté les Pays-Bas. Pour notre première sortie, nous avons rencontré la Yougoslavie, qui comptait parmi les outsiders. Les Yougoslaves ne sont inclinés qu'en quart de finale contre l'Argentine aux tirs au but. Nous avons eu droit à l'Angleterre en demi-finale et à l'Argentine en finale. Cette Coupe du Monde était vraiment très disputée. Je sais que ça ne fera pas plaisir à tout le monde, mais je crois néanmoins que nous méritions ce titre car notre équipe était la plus forte.  

Que représente une victoire en Coupe du Monde pour un pays ?
Pour l'Allemagne, le titre de 1954 a revêtu une grande importance. Après la Deuxième Guerre mondiale, le pays était à terre. Personne ne croyait plus en nous. Grâce au football, les Allemands ont pu retrouver le sourire et renouer avec le succès.

Selon vous, que peut espérer l'Italie en 2014 ?

Lors du dernier Euro, les Italiens nous ont donné une leçon. Il faut toujours compter avec eux. Ils ne pratiquent peut-être pas un football aussi spectaculaire que les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Argentine ou le Brésil, mais ils sont toujours dangereux. Tactiquement, ils sont très forts. L'équilibre entre jeunes et anciens est bon, ce qui n'était pas le cas en 2010. En Afrique du Sud, ils ont misé sur le groupe qui avait gagné la Coupe du Monde quatre ans avant, comme nous l'avions fait en 1994. Ils ont oublié de renouveler leur effectif. Depuis, les choses ont changé. Il faudra donc se méfier de l'Italie. Elle ne fait peut-être pas partie des principaux favoris, mais elle appartient certainement au cercle principaux outsiders.

Justement, qui sont les principaux favoris ?
Le Brésil et l'Allemagne partiront avec un temps d'avance, suivis de près par l'Espagne. Les Brésiliens ont prouvé à l'occasion de la Coupe des Confédérations 2013 qu'ils savaient gérer la pression inhérente aux grands rendez-vous à domicile. Les Allemands sont constants au plus haut niveau depuis plusieurs années. Les Espagnols ont remporté les trois dernières compétitions auxquelles ils ont participé, mais leur jeu est moins chatoyant aujourd'hui. C'est la raison pour laquelle, selon moi, l'Allemagne a de meilleures chances de l'emporter.  

En Allemagne, on vous considère comme l'archétype du meneur d'hommes. En quoi consiste ce rôle à vos yeux ?
Quand des problèmes surviennent sur le terrain ou en dehors ou lorsqu'il faut vivre ensemble pendant six à huit semaines à l'occasion d'un grand tournoi, le meneur est là pour souder l'équipe et encourager ses coéquipiers. Il communique avec ses partenaires et s'efforce de comprendre les problèmes des uns et des autres. Il est en quelque sorte le représentant de l'entraîneur sur le terrain. En 1990, j'essayais de faire passer le message de Franz Beckenbauer mais je n'étais pas le seul : Rudi Völler, Andreas Brehme et Pierre Littbarski étaient aussi très présents.

Qui sont vos successeurs en sélection d'Allemagne ?
Les temps ont changé. Philipp Lahm et Bastian Schweinsteiger sont des meneurs de par leur expérience, leur vécu et leur statut auprès de leurs coéquipiers. Per Mertesacker, qui s'est fait une place à Arsenal, est aussi une valeur sûre, tant par son talent que par sa personnalité. Je pense aussi à Manuel Neuer. De nos jours, il n'y a plus un seul et unique joueur chargé d'aboyer sur le terrain. Les responsabilités sont partagées. Cette évolution va de pair avec l'influence grandissante des médias. 

Le football moderne a-t-il besoin de davantage de joueurs de ce type ?
Oui, même si les comportements ne sont plus les mêmes. Autrefois, on pouvait parler librement en conférence de presse. Aujourd'hui, il faut être très prudent dans ses réponses. À mon époque, les coéquipiers étaient beaucoup moins susceptibles. On n'hésitait pas à dire les choses comme elles étaient. Là encore, les choses ont changé. Les footballeurs préparent mieux les interviews, les conférences de presse et leurs déclarations.

L'Allemagne possède-t-elle cette mentalité de vainqueur qui a fait votre succès ?
Cela fait partie des critiques que j'ai émises lors des derniers tournois. Dans les moments décisifs, il nous a manqué un joueur capable de se surpasser pour gagner. Bien entendu, tout le monde veut la victoire. Chacun donne le meilleur de lui-même. Mais de temps en temps, il faut être capable de repousser ses limites, d'inventer un geste auquel l'adversaire ne s'attend pas. Il nous manque quelqu'un comme ça. Si un joueur avait pris les choses en main contre l'Italie à l'Euro 2012, nous l'aurions peut-être emporté. On dit toujours qu'il faut apprendre de ses erreurs pour progresser. Si cette équipe progresse encore, elle sera championne du monde au Brésil !

Fifa.com (21/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Mer 29 Jan - 17:04

Les Pays-Bas contre Ghana et Pays de Galles



Les Pays-Bas affronteront à domicile le Ghana et le Pays de Galles en matches de préparation pour la Coupe du monde au Brésil (12 juin-13 juillet), a annoncé mardi la fédération néerlandaise de football.

Les vice-champions du monde rencontreront le Ghana le 31 mai à Rotterdam, puis le pays de Galles le 4 juin à Amsterdam.

Comme déjà annoncé, ils débuteront leur cycle de préparation contre l'Equateur, le 17 mai à Amsterdam.

Les Pays-Bas figurent dans le groupe B, avec l'Espagne, le Chili et l'Australie.

Le Ghana évoluera lui dans le groupe G, avec l'Allemagne, le Portugal et les Etats-Unis, et l'Equateur sera dans le groupe E, avec la France, la Suisse et le Honduras.

Fifa.com (28/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Lun 10 Fév - 16:07

Allemagne, Neuer : "L'aboutissement d'un long processus"



Le gardien allemand Manuel Neuer a grandement contribué au quintuplé réalisé par le Bayern Munich. Son club a notamment triomphé en championnat d'Allemagne, en Ligue des champions de l'UEFA et en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Rien d'étonnant donc à ce que le portier ait été retenu dans la composition du FIFA/FIFPro World XI 2013.

Le gardien de la Nationalmannschaft, âgé de 27 ans, n'est cependant pas du genre à se reposer sur ses lauriers. En 2014, il compte bien aider le Bayern à défendre ses titres. Il espère en outre que l'Allemagne décrochera sa quatrième couronne mondiale en juillet prochain.

Peu après la cérémonie du FIFA Ballon d'Or, il s'est entretenu avec FIFA.com. Il évoque Jupp Heynckes, sa formation et la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.


Manuel Neuer, êtes-vous honoré d'être reconnu comme le meilleur à votre poste et de figurer dans la composition du FIFA/FIFPro World XI 2013 ?
Un jeune joueur rêve d'abord de devenir professionnel. Ensuite, on avance petit à petit, on pense surtout à progresser et à jouer le plus possible. Puis, un jour, on est appelé en équipe nationale et les objectifs personnels deviennent alors moins importants. C'est la cerise sur le gâteau quand on reçoit des distinctions comme le fait de figurer dans cette sélection des onze meilleurs joueurs de l'année. Rien que d'avoir été nominé aux côtés d'autres grands gardiens du football mondial est un grand honneur pour moi. J'en suis très heureux.

Le Bayern Munich a remporté l'année dernière tout ce qu'il lui était possible de remporter. Qu'est-ce qui rend ce club si fort ?
Nous avons une formidable équipe, avec de nombreux joueurs de classe mondiale. Ce n'est pas pour rien si trois d'entre nous figurent dans le onze-type mondial. Nous avons réussi à former un vrai collectif, c'est l'aboutissement d'un long processus. Avant, nous ne jouions pas mal, mais nous passions toujours de justesse. La saison dernière, nous avons remporté le triplé championnat-Coupe-Ligue des champions, plus la Supercoupe d'Europe et la Coupe du Monde des Clubs. Les dirigeants ont fait ce qu'il fallait et nous, les joueurs, également.

Appliquerez-vous le secret du succès bavarois en juillet prochain au Brésil avec l'Allemagne ?
Bien sûr ! Nous avons de beaux jours derrière nous et j'espère que nous en avons encore devant nous. Ce n'est pas comme s'il n'y avait que le Bayern qui pratiquait un bon football en Allemagne. Le Borussia Dortmund a également très bien joué la saison dernière. Deux clubs allemands se sont retrouvés en finale de la Ligue des champions, cela montre qu'en Allemagne, on a bien travaillé ces dernières années. Nous sommes capables de tenir tête à de grandes nations du football. Nous pouvons aller au Brésil en confiance.

En phase de groupes, l'Allemagne sera confrontée au Ghana, au Portugal et aux États-Unis. Comment jugez-vous vos adversaires ?
C'est un groupe très difficile, nous le savons. Mais nous savons aussi que nous pouvons battre tous ces adversaires. Ce sont des noms qui ne nous sont pas inconnus. Nous connaissons ces équipes, nous avons déjà joué contre chacune d'entre elles. Nous pouvons bien nous préparer et c'est ce que nous allons faire.

L'Allemagne n'a jamais eu de problème au poste de gardien de but. Comment se fait-il qu'il y ait autant de gardiens talentueux ?
La formation des gardiens est très bonne en Allemagne. Il n'y a pas seulement un bon numéro 1 dans le groupe. Théoriquement, les numéros deux, trois et quatre sont interchangeables. C'est l'avantage que nous avons en Allemagne et j'espère que cela continuera dans ce sens.

Qu'est-ce qui vous a décidé à officier dans le but ?
On m'y a placé. En fait, je voulais devenir joueur de champ. La première fois que j'ai joué en club, j'avais quatre ans et nous nous sommes entraînés sur un terrain stabilisé. Dans ces cas-là, on n'a pas très envie d'aller dans le but...

Qui est le meilleur gardien de tous les temps selon vous ?
Il y a plusieurs gardiens qui ont été le meilleur au monde à un moment donné, sur une certaine période. Le jeu a beaucoup évolué. Quand j'étais adolescent, Edwin van der Sar était mon idole, parce qu'il pratiquait un jeu très moderne à cette époque. Il a joué un rôle précurseur pour les gardiens modernes.

Quel est l'entraîneur qui a le plus marqué votre carrière ?
Dernièrement, c'est Jupp Heynckes. J'ai travaillé avec lui pendant deux ans. Nous avons connu beaucoup de succès ensemble, c'était une belle période. C'était un entraîneur très expérimenté, il a dirigé de nombreuses équipes différentes. J'ai beaucoup appris avec lui, mais aussi avec d'autres. Il y a plusieurs entraîneurs que je devrais citer.

Jupp Heynckes a d'ailleurs reçu le prix d'Entraîneur de l'Année FIFA. Est-ce normal ?
Il l'a mérité. S'il y avait un trophée pour récompenser l'œuvre d'une vie dans le football, Jupp Heynckes le recevrait également. Quoi qu'il en soit, il a arrêté l'été dernier, il a eu beaucoup de succès avec nous et il méritait ce prix.

Quel est le but que vous avez encaissé qui vous énerve le plus ?
Le but de la tête de Didier Drogba, il y a deux ans, en finale de la Ligue des champions à Munich. Si j'avais pu l'éviter, nous aurions remporté la Ligue des champions dès 2012.

L'Allemagne a fini deuxième de la Coupe du Monde 2002, troisième en 2006 et en 2010. Est-elle mûre pour gagner en 2014 ?
Je l'espère. Nous savons en tout cas que nous pouvons jouer pour le titre, que nous comptons parmi les favoris. Nous en sommes clairement conscients. Mais il y aura nos concurrents habituels, ceux qui sont toujours au rendez-vous dans la course au trophée suprême. Je pense aux pays sud-américains, le Brésil en particulier, qui est bien sûr l'un des grands favoris. Il ne faut pas sous-estimer l'Uruguay non plus, il pourrait créer la surprise. Il y a bien sûr aussi l'Argentine. Les Sud-Américains s'y connaissent en football…

Qu'attendez-vous, de manière générale, de cette Coupe du Monde organisée au Brésil, le pays du football ?
Quand on n'est jamais allé dans un pays, il vaut mieux essayer de ne pas avoir trop d'attentes, comme ça on en prend plein les yeux une fois sur place. C'est ce que j'ai fait pour l'Afrique du Sud en 2010. Le Brésil vit pour le football. Ses habitants, hommes ou femmes, se passionnent tous pour ce sport. Je suis impatient d'y être, ce sera certainement l'un des grands moments de ma carrière.

Fifa.com (10/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Mar 11 Fév - 15:38

Etats-Unis, Klinsmann : "Tout ce qui compte, c'est la victoire"



Que Juergen Klinsmann effectue un excellent travail depuis sa désignation à la tête des Etats-Unis il y a trois ans, tout le monde le reconnaît volontiers. Sous ses ordres, les Américains se sont qualifiés sans difficulté pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ et ont obtenu des succès probants à l'extérieur face à des formations comme l'Italie, le Mexique ou la Bosnie-Herzégovine.

Aujourd'hui, l'ancien attaquant et sélectionneur de l'Allemagne va affronter le défi le plus compliqué de son mandat. Versé dans le même groupe que la Nationalmannschaft, le Portugal et le Ghana, il doit forcément créer la surprise pour atteindre le deuxième tour au Brésil. A quelques mois du coup d'envoi de l'épreuve, FIFA.com l'a rencontré.


M. Klinsmann, vous avez marqué votre dernier but en Coupe du Monde face au Mexique, lors de France 98. Vous dirigez aujourd'hui une équipe de la CONCACAF. Quelle a été l'évolution de la confédération au cours de cette période ?
Aujourd'hui, on reconnaît et on respecte beaucoup plus les équipes de la CONCACAF. Je crois que la région a bien évolué. Il suffit de voir ce qu'ont fait le Costa Rica et le Honduras en 2006 et 2010. Et je ne parle pas du Mexique, qui est remarquable de constance, et des Etats-Unis, qui continuent de progresser.

Sur quel point l'amélioration est-elle la plus visible ?
Il y a toujours eu des joueurs techniques dans la CONCACAF, mais ils étaient loin des nations les plus puissantes en termes de rythme et d'intensité. Je crois que c'est sur ce point que les distances ont été réduites. Aujourd'hui, il n'est pas facile de battre une équipe de la CONCACAF. On sait qu'elle va vendre très cher sa peau. En Coupe du Monde, ce qui joue aussi c'est la force mentale. C'est peut-être sur ce point que la région doit encore s'améliorer pour aller chercher les quarts ou les demi-finales.

Comment avez-vous travaillé avec les joueurs américains sur le plan mental ?
Nous avons commencé à travailler là-dessus dès ma prise de fonctions et nous avons atteint l'Hexagonal avec la conviction qu'il fallait savoir arracher des résultats dans les dernières minutes et à l'extérieur. Dans le football, pour obtenir des résultats particuliers, il faut avoir des joueurs particuliers. Et quand on n'a pas de Lionel Messi ou de Cristiano Ronaldo dans l'effectif, il faut trouver ses propres solutions. Le travail et le mental peuvent y aider. Nous sommes allés en Russie et en Bosnie, et nous avons obtenu de bons résultats. Nous avons battu le Panama dans les dernières minutes alors que tout semblait décidé. Bref, nous continuons de progresser sur ce point.

Sentez-vous votre équipe capable de contrer la grande force mentale de l'Allemagne, l'un de vos futurs adversaires ?
Ce genre d'attitude est le résultat de longues années de travail. On n'y parvient pas du jour au lendemain. Cette confiance allemande est nourrie par des décennies de victoires. N'oubliez pas que l'Allemagne a remporté trois Coupes du Monde et trois Euros, et qu'elle a renversé nombre de situations désespérées dans les dernières minutes d'un match. J'insiste : cette confiance, ce n'est pas une coïncidence, mais le produit d'un long travail. Cela ne marche pas à chaque fois, mais le dévouement et l'expérience y contribuent. C'est sur ces points-là que nous travaillons pour y parvenir avec les Etats-Unis.

Êtes-vous près d'y parvenir ?
C'est un processus et on a encore du pain sur la planche. Ce n'est pas facile d'aborder tous les matches en regardant ses adversaires droit dans les yeux. Parfois on se laisse impressionner par les noms ou les palmarès. Pour chaque match, la problématique est la même. On a beau l'avoir préparé à fond sur les plans physique et tactique, on ne sait pas toujours ce qui se passe dans la tête des joueurs. Tantôt ils sont nerveux, tantôt impressionnés. Parfois ils s'inquiètent de ce que vont dire les amis, la famille, la presse… Chaque footballeur gère différemment ces aspects-là et on essaie de les aider à se préparer de la meilleure manière possible.

Dans le sport de façon générale, les Etats-Unis sont habitués à gagner. Pourquoi le football fait-il exception ?
La mentalité américaine est vraiment impressionnante. Ils veulent toujours tout gagner. Ils savent qu'ils n'y sont pas encore parvenus dans le monde du football, mais ils avancent. Aujourd'hui, il y a énormément d'enfants qui se mettent au foot. Les télés américaines diffusent des matches des championnats étrangers et les droits de transmission locaux sont de plus en plus élevés. Le jeu ne cesse de se développer. L'objectif doit être de se qualifier pour les demi-finales d'une Coupe du Monde et nous travaillons aujourd'hui pour créer un environnement propice.

La pression que vous ressentez est-elle similaire à celle qui pèse sur les épaules des grandes équipes ?
Non, pas vraiment. Comme le pays n'a jamais atteint le dernier carré, personne ne s'attend à ce qu'il y parvienne, donc il y a évidemment moins de pression. Cependant, il faut savoir se fixer des objectifs et se demander "Jusqu'où je peux arriver ?". Quand on est le Brésil, l'Argentine ou l'Allemagne, on doit viser la finale et tout autre résultat constitue un échec. Ça a toujours été comme ça. Pour les Etats-Unis, il faudra surtout améliorer les résultats du passé.

Au Brésil, vous allez affronter de très grandes équipes. A quoi peut-on s'attendre de vos protégés lors de ces matches ?
Quel que soit notre adversaire, nous jouons toujours à 1 000 %. Même contre des équipes plus fortes, nous n'avons aucune intention de calculer. Pour nous, tout ce qui compte c'est la victoire.

Fifa.com (11/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Ven 14 Fév - 17:28

Portugal : Le Mexique, l'Eire et un stage à Princeton au programme



Le Portugal de Cristiano Ronaldo affrontera le Mexique et l'Eire en matches de préparation pour le Mondial-2014 au cours d'un stage aux Etats-Unis, a annoncé vendredi la Fédération portugaise de football (FPF).

Dans l'est des Etats-Unis, l'équipe du Portugal aura pour camp de base la prestigieuse université de Princeton, et rencontrera le Mexique le 6 juin à Boston, puis l'Eire le 10 à New Jersey.

La Fédération portugaise avait déjà annoncé que Ronaldo et les siens recevraient le Cameroun le 5 mars à Leiria (centre du Portugal), puis la Grèce le 31 mai en un lieu qui reste à désigner.

Lors de la Coupe du monde, au Brésil du 12 juin au 13 juillet, le Portugal établira son camp de base à Campinas, dans l'Etat de Sao Paulo.

Le Portugal, qui a éliminé la Suède en barrages du Mondial-2014, figure dans le groupe G avec l'Allemagne, le Ghana et les Etats-Unis.

Fifa.com (14/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Mar 18 Fév - 13:13

Etats-Unis : Feilhaber rêve d'un retour aux sources



Benny Feilhaber défie la définition populaire du footballeur américain. Ni sprinter, ni décathlonien, il ne possède pas non plus une capacité de travail hors du commun. En revanche, il se distingue par ses passes efficaces et son aisance technique, percevant des trajectoires invisibles pour d'autres et pratiquant un jeu subtil.

Chez les supporters des Etats-Unis, ces rares attributs font de Feilhaber un sujet de conversation depuis qu'il est adolescent. Néanmoins, son authentique don de meneur à l'ancienne, qui aurait probablement captivé les imaginations dans son Brésil natal, a trop souvent laissé Feilhaber à la porte de son Amérique adoptive, attachée à une approche plus pragmatique. La critique le poursuit également depuis le début de sa carrière : inconstant, pas au point physiquement, lunatique. En sept années sous le maillot national, Feilhaber ne comptabilise que 41 capes et deux buts marqués.

"J'ai eu du mal en termes de constance et de condition physique aussi", avoue le stratège de 29 ans à FIFA.com. "Il a fallu que je travaille vraiment dur sur ces points. J'ai encore des hauts et des bas, mais cette année a vraiment été particulière", ajoute-t-il en se retournant sur une saison qui l'a vu aider le Sporting Kansas City à décrocher le titre en MLS. Pour Feilhaber, c'est le premier accessit remporté en club. "Je suis un meilleur joueur quand je suis bien physiquement. Et comme je ne rajeunis pas, je vais devoir me battre désormais pour garder cette condition."

Talent made in Rio

À l'âge de sept ans, la famille Feilhaber quitte Rio de Janeiro pour les faubourgs de New York. Dix ans plus tard, le jeune Benny rejoint la côte ouest pour poursuivre ses études universitaires en Californie du Sud. Lors d'une rencontre de football improvisée, il attire l'attention d'un observateur influent. Le soir, autour du dîner, Kurt Schmid raconte les formidables prouesses de ce garçon à son père Sigi. Ce dernier, alors entraîneur de la sélection américaine U-20, cherche le petit plus pour doper son milieu de terrain.

Rapidement, Feilhaber enfile le maillot des États-Unis, puis dispute la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pays-Bas 2005. Il produit un style de jeu stupéfiant et rivalise avec les jeunes John Obi Mikel et Lionel Messi. Les dénicheurs de talents le remarquent également. Feilhaber se voit alors offrir un contrat professionnel par le Hambourg SV et rejoint la Bundesliga, effectuant le trajet inverse de son grand-père juif, qui avait fui l'Europe et la persécution nazie à la fin des années 1930.

Après deux années passées en Allemagne, il enchaîne avec deux intermèdes malheureux, d'abord en Angleterre, puis au Danemark sous les couleurs de l'AGF Aarhus. Le jeune joueur se révèle incapable de percer au plus haut niveau européen, ce qui ne l'empêche pas de voir sa cote progresser en équipe nationale. Outre le Tournoi Olympique de Football Masculin, Pékin 2008, il participe à la Gold Cup de la CONCACAF 2007, inscrivant le but qui envoie les États-Unis en Coupe des Confédérations de la FIFA, Afrique du Sud 2009.

Là-bas, il est à l'origine du but qui scelle la victoire historique sur l'Espagne en demi-finale, ce qui constitue "la plus grande émotion" de sa carrière. Le milieu offensif dispute également la finale - la toute première d'un tournoi de la FIFA pour une sélection masculine américaine - contre son Brésil natal. Après de multiples opérations au genou, il rebondit et participe à tous les matches du onze américain, qui atteint les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™. Malgré les obstacles, Feilhaber est aujourd'hui parvenu à trouver son rythme et son équilibre. Déterminé à démontrer toute l'étendue de sa palette, il veut devenir le type de milieu de terrain moderne que Jürgen Klinsmann, le sélectionneur des États-Unis, convoite tant.

Une deuxième chance

Durant les trois derniers mois, Feilhaber a semblé un nouvel homme avec le Sporting Kansas City, à des années-lumière des deux saisons disputées dans les rangs de la modeste équipe de New England Revolution. On l'a vu lutter pour conquérir le ballon au milieu, presser haut et s'acquitter des tâches ingrates. Klinsmann, qui savait parfaitement associer technique et pragmatisme lorsqu'il était joueur, a apprécié. En janvier, il a invité Feilhaber à participer à un camp d'entraînement au Brésil, où la plus grande partie de sa famille vit toujours. "C'est formidable d'être de retour", avoue-t-il. "Faire un repas de viande à la brésilienne, aider mes coéquipiers à parler portugais, voir mes grands-parents, tout cela est vraiment spécial."

Ce retour au pays a clairement décuplé l'envie de Feilhaber de disputer sa deuxième Coupe du Monde d'affilée, et la première au Brésil depuis 64 ans. "J'ai déjà vécu une phase finale au Brésil : le pays tout entier s'arrête quand la Seleção joue", raconte le milieu de terrain, ardent supporter de Botafogo, le mythique club de Rio. "Le fait de me retrouver ici m'a donné envie de jouer une Coupe du Monde devant ma famille et mes amis brésiliens. C'est une énorme motivation."

Les Américains ont hérité d'un tirage cauchemardesque dans le Groupe G, qui comporte l'Allemagne, le Portugal et le Ghana. Pour autant, Feilhaber prend les choses du bon côté. "L'Allemagne est peut-être la meilleure équipe d'Europe, tandis que le Portugal dispose peut-être du meilleur joueur du monde. Quant au Ghana, il nous a éliminés il y a quatre ans et nous pose généralement des problèmes", constate-t-il réaliste. "Mais au moins, nous ne devrons pas affronter une équipe sud-américaine !".

Certes, la place de Feilhaber dans l'équipe définitive de Klinsmann est loin d'être acquise. Compte tenu de ses progrès et de la saison qu'il vient de réaliser, sans oublier le besoin d'un milieu créatif en sélection, Benny devrait néanmoins procurer quelques insomnies à son sélectionneur avant le verdict final. "J'essaie de m'encourager sans cesse, de travailler sur les points à améliorer", conclut-il d'une voix déterminée. "Je veux réussir à compliquer un peu les choses pour Jürgen."

Fifa.com (18/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Mer 26 Fév - 14:50

Ghana : Retour de Boye contre le Monténégro



Le défenseur John Boye (Rennes/FRA) effectuera son retour en sélection du Ghana pour le match amical de préparation au Mondial-2014 contre le Monténégro le 5 mars à Podgorica.

John Boye, en raison d'une blessure, n'avait pas disputé les barrages de qualification au Mondial face à l'Egypte l'année dernière. Pour sa part, le gardien titulaire de la sélection Fatau Dauda, n'a pas été retenu, pour manque de temps de jeu avec son club sud-africain des Orlando Pirates.

Il est remplacé par Stephen Adams, qui s'est révélé lors du Championnat d'Afrique des nations (CHAN-2014), réservé aux joueurs locaux, disputé en Afrique du Sud du 11 janvier au 1er février.

La sélection ghanéenne

Gardiens : Adam Kwarasey (Strogodset/NOR), Stephen Adams (Aduana Stars)

Défenseurs : Harrison Afful (Espérance Tunis/TUN)), Samuel Inkoom (Platanias/GRE), Daniel Opare (Standard Liege/BEL), David Addy (Vitoria Guimaraes/POR), Jerry Akaminko (Eskisehirspor/TUR), John Boye (Rennes/FRA), Jonathan Mensah (Evian Thonon/FRA)

Milieux : Michael Essien (AC Milan/ITA), Sulley Muntari (AC Milan/), Kwadwo Asamoah (Juventus/ITA), Kevin-Prince Boateng (Schalke 04/GER), Emmanuel Agyemang Badu (Udinese/ITA), Albert Adomah (Middlesbrough/ENG), Mubarak Wakaso (Rubin Kazan/RUS), Christian Atsu (Vitesse Arnhem/NED), André Ayew (Marseille/FRA)

Attaquants : Asamoah Gyan (Al Ain, UAE), Abdul Majeed Waris (Valenciennes/FRA), Jordan Ayew (Sochaux/FRA)

Fifa.com (25/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par Bofartato le Mer 26 Fév - 15:24

quel sont les chance du Ghana dans ce que j'appel l groupe de la mort? Wink je pense que la 2eme place et jouable mais queceque sa sera dure
sinon pourquoi vous parlez jamais de l’Algérie?
avatar
Bofartato

Messages : 1090
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 26
Localisation : Ouadhia

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par siberian84 le Mer 26 Fév - 15:28

On parle pas de l'Algérie car on ne les supporte pas  Very Happy Very Happy Smile 
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par Bofartato le Mer 26 Fév - 15:30

siberian84 a écrit:On parle pas de l'Algérie car on ne les supporte pas  Very Happy Very Happy Smile 
ah bon? et pourquoi? :p c'est votre pays
avatar
Bofartato

Messages : 1090
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 26
Localisation : Ouadhia

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Mer 26 Fév - 15:31

Bofartato a écrit:quel sont les chance du Ghana dans ce que j'appel l groupe de la mort? ;)je pense que la 2eme place et jouable mais queceque sa sera dure
sinon pourquoi vous parlez jamais de l’Algérie?

ça va se jouer entre l'Allemagne, le Portugal et le Ghana. Dur de passer devant l'Allemagne, mais il faut battre les USA et négocier son match convenablement contre le Portugal de Ronaldo

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par siberian84 le Mer 26 Fév - 15:37

Le Portugal est une purge comme équipe mis à part Ronaldo c'est très moyen selon moi l'Allemagne gagne ses trois matchs pour la seconde place je vois les USA créer la sensation !
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par Bofartato le Mer 26 Fév - 16:39

toute a fait pour moi les allemand sont intouchable et serons a la 1er place mais le Ghana a vraiment la capacité de passer si il négocie bien les autre match on tout cas il sont capable de ramenez une victoire face au USA et pourquoi pas le Portugal..0

moi en tout cas j'espére que l’Algérie va passer (bien que j'y croie pas trop) je pense que nous avons la capacité de battre la coré du sud et pourquoi pas battre la Russie ou juste un match nul si on décroche 2 nul et une victoire on passe sinon 1 défaite un nul et une victoire avec le max de but et sa passera egalement

alors pourquoi tu supporte pas l'algerie seberian?  Smile 
avatar
Bofartato

Messages : 1090
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 26
Localisation : Ouadhia

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Ven 28 Fév - 18:07

Allemagne : Quatre débutants, retour de Schweinsteiger



Joachim Löw a créé la surprise en annonçant vendredi une sélection allemande où figurent quatre débutants, dont l'attaquant Pierre-Michel Lasogga, et dans laquelle Bastian Schweinsteiger effectue son retour, pour le match amical contre le Chili mercredi à Stuttgart.

Lasogga (Hambourg) est convoqué pour la première fois par Löw tout comme les défenseurs Shkodran Mustafi (Sampdoria Gênes) et Matthias Ginter (Fribourg) ainsi que le milieu André Hahn (Augsbourg).

"On a encore la possibilité de travailler sur des solutions alternatives, c'est pourquoi on a décidé de prendre des nouveaux qui se sont illustrés avec leurs clubs ces derniers mois ou semaines", a expliqué Löw, qui s'attend à une sérieuse réplique du Chili, "une équipe typiquement sud-américaine misant sur la vitesse et la technique".

Le milieu bavarois Schweinsteiger, 29 ans, réintègre la Mannschaft dont il n'avait plus défendu les couleurs depuis mi-octobre en raison d'une série de blessures. Retour également du défenseur Kevin Grosskreutz et des cadres offensifs Miroslav Klose et Lukas Podolski.

Ce match contre le Chili est le premier des quatre tests de l'Allemagne en préparation au Mondial-2014, avant les réceptions de la Pologne (13 mai), du Cameroun (1er juin) et de l'Arménie (6 juin) à la veille de l'envol pour le Brésil.

L'Allemagne fera son entrée dans le Mondial face au Portugal, l'un de ses trois adversaires du groupe G avec le Ghana et les Etats-Unis.

Liste des 21 sélectionnés allemands :

Gardiens : Manuel Neuer (Bayern Munich), Roman Weidenfeller (Dortmund)

Défenseurs : Jérôme Boateng (Bayern Munich), Matthias Ginter (Fribourg), Kevin Grosskreutz (Dortmund), Marcell Jansen (Hambourg), Philipp Lahm (Bayern Munich), Shkodran Mustafi (Sampdoria Gênes/ITA), Per Mertesacker (Arsenal/ENG), Marcel Schmelzer (Dortmund), Philipp Lahm (Bayern Munich).

Milieux de terrain : Lars Bender (Leverkusen), André Hahn (Augsbourg), Mario Götze, Toni Kroos, Bastian Schweinsteiger (tous Bayern Munich), Mesut Özil, Lukas Podolski (Arsenal/ENG), André Schürrle (Chelsea/ENG), Sidney Sam (Leverkusen)

Attaquants : Pierre-Michel Lasogga (Hambourg), Miroslav Klose (Lazio Rome/ITA)

Fifa.com (28/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par rachid_as le Ven 28 Fév - 18:21

Portugal : Bento convoque deux nouveaux



Le sélectionneur de l'équipe du Portugal, Paulo Bento, a convoqué vendredi 23 joueurs parmi lesquels deux nouveaux attaquants, en vue du match amical de préparation au Mondial brésilien, face au Cameroun, qui se jouera mercredi prochain.

Les attaquants Ivan Cavaleiro du Benfica et Rafa du Sporting Braga ont été convoqués pour la première fois par Bento.

"Nous avons suivi leurs parcours au sein de leurs clubs et avons décidé que le moment était venu de les convoquer", a déclaré Bento lors d'une conférence de presse.

La liste de Paulo Bento est également marquée par l'absence de titulaires habituels tels que Rui Patricio, Bruno Alves, Nani et Helder Postiga, ainsi que par le retour de Miguel Lopes, Rolando et Edinho.

La rencontre contre le Cameroun, qui devait avoir lieu à Lille, se jouera dans le stade Magalhaes Pessoa à Leiria, dans le centre du Portugal.

Dans le cadre de sa préparation au Mondial, le Portugal recevra également la Grèce le 31 mai.

Les 23 Portugais :

Gardiens : Beto (Seville/ESP), Eduardo (Sporting Braga), Anthony Lopes (Lyon/FRA).

Défenseurs :
Fabio Coentrao (Real Madrid/ESP), Miguel Lopes (Lyon/FRA), Joao Pereira (Valence/ESP), Pepe (Real Madrid/ESP), Luis Neto (Zenit Saint-Pétersbourg/RUS), Ricardo Costa (Valence/ESP), Rolando (Inter/ITA), Antunes (Malaga/Esp).

Milieux :
Josué (FC Porto/POR), Joao Moutinho (Monaco/FRA), William Carvalho (Sporting Portugal), Raul Meireles (Fenerbahçe/TUR), Ruben Amorim (Benfica/POR), Miguel Veloso (Dynamo Kiev/UKR).

Attaquants : Cristiano Ronaldo (Real Madrid/ESP), Edinho (Kayseri Erciyesspor/TUR), Hugo Almeida (Besiktas/TUR), Ivan Cavaleiro (Benfica/POR), Silvestre Varela (FC Porto/POR), Rafa (Sporting de Braga/POR).

Fifa.com (28/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, Etats-Unis)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum