CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 2 Fév - 20:18

RC Congo : Mulumbu toujours incertain



Le milieu et capitaine de la RD Congo, Youssuf Mulumbu, reste incertain pour la demi-finale de CAN-2015 face à la Côte d'Ivoire mercredi, selon son sélectionneur Florent Ibenge.

"J'ai plus confiance pour le 2e match (finale ou match pour la 3e place, ndlr) que pour celui-là, a déclaré le technicien à l'AFP. Mais avec la médecine, ça va vite. L'un des premiers éléments pour guérir, c'est le mental, et lui a le mental pour vouloir jouer, donc il guérit plus vite".

Le joueur de West Bromwich formé au PSG avait été victime d'un claquage lors du deuxième match de poule de la RDC, face au Cap-Vert (0-0), le 22 janvier, et avait dû déclarer forfait pour les deux rencontres suivantes, contre la Tunisie (1-1) et le Congo samedi en quart (4-2).

Florent Ibenge a exclu de faire jouer un élément diminué. "Je n'aime pas mettre les joueurs et leur intégrité physique en danger, a-t-il dit. Ca ne servirait à rien de perdre Mulumbu pour six mois. Je préfère avoir un joueur à 100%, sinon ça ne sert à rien d'avoir un groupe de 23 joueurs. C'est notre leader, son rôle est également très important sur le banc de touche. C'est le capitaine, il donne de la voix avec ses coéquipiers".

La RD Congo affronte la Côte d'Ivoire mercredi à Bata.

Fifa.com (02/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 2 Fév - 20:31

RD Congo : Ibenge, les défis d'un Léopard du nord de la France



Lillois de Kinshasa ou inversement, le sélectionneur de la RD Congo Florent Ibenge porte un regard sans concession sur les défis rencontrés par les joueurs en RDC et les entraîneurs africains en France, avant sa demi-finale de CAN-2015 contre la Côte d'Ivoire.

Né dans la capitale congolaise et arrivé dans le Nord-Pas-de-Calais à 12 ans, "je sais vivre comme un Français et comme un Congolais, les deux mélangés sont une richesse", avance lundi dans un entretien à l'AFP cet ancien joueur franco-congolais (53 ans) de clubs semi-professionnels, médiatisé par son expérience baroque auprès de Nicolas Anelka en Chine.

Joueurs de RDC

Pourquoi y a-t-il si peu de Congolais dans les grands clubs au vu du réservoir (67,5 millions d'habitants)? "On n'a pas de formation, les joueurs se forment dans la rue. Les gamins très doués, sans formation, continuent avec leurs défauts et ne découvrent pas le très haut niveau. La volonté politique n'y était pas avant, ça commence à venir. En investissant dans le foot, on investit dans la jeunesse et l'éducation. Ca vaut la peine d'y mettre les moyens".

"Notre pays n'est pas prospecté. C'est curieux parce qu'on est le pays où on joue peut-être le plus au foot. Le club de Lille, par exemple, m'a dit que c'était à cause de l'insécurité. Mais quand on met la RDC sur la carte de l'Europe, ça va du Portugal jusqu'en Pologne. S'il y a des troubles au Portugal, il n'y en a pas en Pologne !"

Entraîneur africain en France
"En France, dans les deux premières divisions, il y a énormément de joueurs noirs, et un seul entraîneur noir, Kombouaré. A quoi est-ce dû ? Est-ce que les postes de direction sont réservés aux blancs ? Je le dis sans que ce soit péjoratif, je ne mène pas du tout une guerre, c'est tout simplement un constat".

Explications: "Quand j'ai passé mon diplôme, on n'était pas beaucoup de candidats d'origine africaine. Ensuite, on ne nous fait pas suffisamment confiance. Pourtant, quand on nous met à l'épreuve, on arrive à avoir de bons résultats. C'est valable pour les entraîneurs comme dans tous les métiers".

A-t-il vu des portes se fermer? "Ah oui, c'est clair! On vous dit partout que vous êtes compétent, mais on ne vous prend jamais. Même pour entraîner une équipe de 4e division, c'est compliqué. Pourtant, j'ai les mêmes diplômes que ceux qui les entraînent d'habitude! On est au XXIe siècle, et on est encore confronté à ces histoires de couleurs, noir, blanc, jaune. Ca dépasse mon entendement".

Adjoint d'Anelka en Chine
Son premier grand défi d'entraîneur, Ibenge l'a connu à Shanghai pendant quelques semaines en 2012 en tant qu'adjoint d'Anelka, éphémère entraîneur-joueur auquel il voue une "reconnaissance éternelle".

"J'ai connu Nicolas quand il avait 9 ans, et j'ai joué contre lui quand je jouais à Boulogne-sur-Mer et lui au PSG à ses débuts à 16 ans. Nos familles ont tissé des liens à Trappes. Mais si je n'avais pas été un entraîneur, il ne m'aurait pas appelé".

"C'était une expérience magnifique. Quand le club s'est séparé de Jean Tigana, ils ont demandé à Nico de prendre la relève. Il a pensé à moi pour le seconder, alors qu'il avait reçu des CV kilométriques. On aurait pu faire beaucoup mieux, mais les dirigeants du foot sont toujours un peu impatients".

"En ratio, on a eu plus de points que le groupe de Jean Tigana, qui n'a pas eu de temps non plus, et que celui qui nous a succédé, Batista (ex-sélectionneur de l'Argentine). J'ai pu rebondir ensuite en Afrique", à la tête de la RDC, donc, et du Vita Club, finaliste de la Ligue des champions africaine en 2014.

Fifa.com (02/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 2 Fév - 20:49

Guinée : Dussuyer démissionne



Le Français Michel Dussuyer a démissionné de son poste de sélectionneur de la Guinée, a-t-on appris lundi de source officielle.

La démission de Michel Dussuyer intervient au lendemain de la défaite (0-3) et de l'élimination de la Guinée par le Ghana en quart de finale de la CAN-2015.

Dussuyer, 55 ans, dirigeait l'encadrement technique du Syli National (surnom de la sélection) depuis 2010.

Fifa.com (02/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mar 3 Fév - 19:23

Côte d'Ivoire, Renard : "Il faut qu'on soit humbles"



Le sélectionneur de Côte d'Ivoire Hervé Renard a appelé ses joueurs à être "humbles", même si les Eléphants sont donnés grands favoris contre la RD Congo en demi-finale de la CAN-2015 mercredi à Bata.

La Côte d'Ivoire a-t-elle plus évolué que la RDC par rapport aux qualifications ?
On a certainement beaucoup plus changé que la RDC, mais elle a aussi changé. Elle a apporté une ou deux touches importantes, notamment Mbokani, qui n'a pas joué contre nous en qualifications. C'est un joueur très important, qui a marqué deux buts en quart et pèse énormément, il est puissant, fort dans le jeu aérien et capable de conserver le ballon. Certains joueurs sont très rapides sur les ailes. Ils ont aussi l'habitude de jouer ensemble depuis longtemps, avec comme base le TP Mazembé. On avait fait un match assez mouvementé à Abidjan (victoire 4-3, ndlr). L'explication est très simple: quand vous êtes entraîneur, vous n'êtes pas magicien. On avait eu deux matches en dix jours de travail ensemble. Ici, c'est la première fois qu'on a pu se préparer, mettre des idées en places, parler.

Qui va faire le jeu ?
Je ne suis pas persuadé que contre le Cameroun (1-0) on n'ait pas fait le jeu. Contre l'Algérie (3-1 en quart)? Quand vous avez un joueur comme Gervinho en face, si jouez à 50 mètres de votre but, c'est votre problème. Si vous le cherchez à 50 mètres du but et manquez l'interception, c'est fini! Il faut s'adapter à l'adversaire. Il y a le même genre de joueur en face en RDC. J'ai vu le match de Crystal Palace contre Manchester City, j'ai vu Bolasie faire certaines choses... Nous, on a retrouvé un certain équilibre, on a changé d'organisation à chaque match. On a un bon équilibre entre des joueurs qui travaillent dur et des joueurs talentueux, c'est la combinaison parfaite pour la Côte d'Ivoire.

Sur quoi se jouera le match ?
Ce sera très serré. Les coups de pied arrêtés seront très importants. Les Congolais sont très dangereux là dessus vu leur potentiel athlétique. Il y aura la question de la fraîcheur, l'équipe qui sera le mieux préparée, celle qui aura le plus de détermination. Si on pense que simplement revêtir le maillot de la Côte d'Ivoire suffira à battre la RDC, on aura tout faux. Il faut qu'on soit humbles, on n'a pas une équipe pour promener tous nos adversaires. On a de la solidité, de la rigueur, il faut rester dans ce registre. La notion athlétique est toujours très importante en Coupe d'Afrique, mais il est important de bien réfléchir tactiquement, sur comment bien contrer l'adversaire.

Fifa.com (03/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mar 3 Fév - 19:28

Côte d'Ivoire attendue, RDC détendue



La Côte d'Ivoire, qui peut compter sur ses individualités et connaît une montée en puissance dans la CAN-2015, se présente en grand favori de sa demi-finale contre une RD Congo inattendue à ce stade, mercredi (20h00) à Bata.

Les Ivoiriens, présents aux trois dernières Coupes du monde, atteignent le dernier carré continental pour la quatrième fois en six éditions, avec deux finales perdues aux tirs au but (2006 et 2012). Ils possèdent, avec leur capitaine Yaya Touré (quadruple meilleur joueur africain) et leurs attaquants Gervinho, Bony et Gradel, des joueurs en forme et de tout premier plan, aptes à suppléer la légende Drogba.

Après des débuts poussifs (1-1 contre Guinée et Mali), ils ont battu le Cameroun (1-0) en poule et surtout l'Algérie (3-1) en quarts, perçue comme la favorite du tournoi.

En face, les Léopards, qui n'avaient plus connu de demi-finale depuis 1998, sont passés au forceps en qualifications (en tant que meilleur 3e) et en quarts après trois nuls au premier tour, puis en remontant un déficit de deux buts face au Congo (4-2).

"L'objectif primordial n'était pas de venir à cette CAN, mais à celle de 2017, confie à l'AFP leur sélectionneur Florent Ibenge. Donc se retrouver ici, c'est déjà un bonus. L'appétit venant en mangeant, il ne faut rien avoir à regretter".

"On sait que l'adversaire sera d'autant plus difficile à manoeuvrer qu'on l'a blessé : la génération de Yaya Touré n'avait jamais perdu à domicile, ils vont être très revanchards", ajoute-t-il en référence à la victoire 4-3 obtenue à Abidjan en qualifications.

Gervinho vs Bolasie
L'ailier Bolasie avait alors délivré trois passes décisives, et son duel à distance avec Gervinho, aux qualités de vitesse et de dribble comparables, se profile comme une clef du match.

Du coup, les équipes pourraient jouer bas, dans un défi tactique entre les deux sélectionneurs, l'expérimenté Hervé Renard, titré en 2012 à la tête de la Zambie, et le novice Florent Ibenge, en train de se faire un nom après sa finale de Ligue des champions africaine en 2014 avec le Vita Club.

"Si vous le (Gervinho) cherchez à 50 mètres du but et manquez l'interception, c'est fini ! Il faut s'adapter à l'adversaire", souligne Renard en établissant un parallèle avec Bolasie Et de noter : "On n'a pas une équipe pour promener tous nos adversaires. On a de la solidité, de la rigueur, il faut rester dans ce registre". "La Côte d'Ivoire est moins glamour et beaucoup plus compétitive", abonde en écho Ibenge.

Autres clefs, le duel des buteurs, entre Bony et Mbokani qui ont débloqué leur compteur avec chacun un doublé en quarts de finale. Mais aussi celui des capitaines : Mulumbu reste très incertain après son claquage au premier tour et a transmis son brassard au gardien Kidiaba, encore décisif à 39 ans, fêtés dimanche, alors que Yaya Touré, dans un rôle plus défensif qu'à Manchester City, monte en régime.

Dernier paramètre : la fraîcheur physique. Les Ivoiriens ont eu un jour de récupération en moins, et un voyage Malabo-Bata en plus. "Ce sera important, on ne sait jamais comment les joueurs récupèrent, avance Renard. Mais physiquement on est prêt, d'ailleurs on arrive à finir correctement, voire très bien les matches".

L'autre demi-finale opposera jeudi le Ghana à la Guinée équatoriale, pays hôte.

Fifa.com (03/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mar 3 Fév - 19:37

Guinée équatoriale : Balboa, le héros venu de loin



Javier Balboa est devenu un héros national en portant la Guinée équatoriale jusqu'en demi-finales de la CAN-2015, un destin inespéré au sein d'une sélection repêchée pour ce pur Madrilène venu au tournoi à court de forme.

"Je me suis toujours senti très aimé dans le pays, grâce à mes passages au Real Madrid et à Benfica", explique le joueur d'Estoril. "Evidemment, en marquant les deux buts (en quart contre la Tunisie, 2-1 a.p., ndlr), puisqu'à la fin ce sont les buts qui comptent, je suis devenu la référence pour le public, mais c'est un travail d'équipe, seul je ne pourrais rien faire."

Avant ses trois buts qui ont propulsé la sélection dans un dernier carré continental jamais atteint, Balboa (29 ans) avait déjà inscrit le premier but du Nzalang nacional dans une CAN, en 2012.

Venu d'Espagne
Ses parents se sont exilés à même pas 18 ans à Madrid, où il est né. Il se dit "espagnol de naissance et "guinéen" de sentiment", et "l'important, pour avoir un bon rendement, c'est de jouer où on t'aime, et ici je me sens très aimé".

Mais son lien avec la Guinée équatoriale est ténu. Il ne parle pas le fang, la langue vernaculaire de ce petit pays hispanophone. "Je le regrette, parce que mes parents m'ont toujours parlé espagnol, mais on a la musique et l'ambiance africaine à la maison", note-t-il.

Et il foule le sol équato-guinéen pour la première fois à l'occasion de ses débuts internationaux, à partir de 2007: "Je n'avais jamais eu la possibilité de venir ici, parce que mes parents sont toujours restés en Espagne." Il vient donc de loin dans le temps, aussi: vice-capitaine derrière Emilio Nsué, Balboa est l'un des plus anciens du groupe. "Au début c'était un peu partir à l'aventure", se souvient-il. "Ca n'a plus rien à voir. Les choses ont beaucoup changé, au niveau des infrastructures, des terrains, de l'équipe."

Venu du diable Vauvert
La CAN-2015 ressemble à un "miracle", comme l'a dit son sélectionneur Esteban Becker, car la Guinée équatoriale ne la dispute qu'en tant que pays hôte en remplacement du Maroc alors qu'elle avait été éliminée sur tapis vert en début de qualifications.

Le milieu vétéran "Juvenal nous avait parlé de cette possibilité, et quand il a appris la nouvelle, il l'a annoncée par un message à tout le groupe. J'étais au Portugal, sur le chemin de l'entraînement le matin, et ç'a été une joie énorme", se remémore Balboa. Alors passer en demies... "Comme l'a dit le chef de l'Etat, on est déjà des héros du pays. C'est incroyable. On a dépassé les attentes, les nôtres et au niveau mondial et médiatique. Déjà en phase de groupes personne ne misait sur nous, et avant le dernier match contre le Gabon (2-0), tout le monde pensait qu'on serait éliminé, et on est passé."

Il n'a fait que six apparitions avec son club d'Estoril au Portugal cette saison. "J'ai eu quelques blessures musculaires, je me suis cassé un doigt, et le nouvel entraîneur a fait confiance à d'autres joueurs."

"Il n'était pas bien au début, mais a progressé de match en match", confie Esteban Becker. "Il a beaucoup de qualités, mais je lui ai demandé de courir plus. Et maintenant il court plus, se bat plus et joue mieux. Avec l'équipe nationale, il s'amuse, et quand le ballon passe dans ses pieds, c'est de la magie."

Fifa.com (03/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mar 3 Fév - 22:19

Côte d'Ivoire : Gbohouo, une forteresse peut en cacher une autre



À l'issue du quart de finale de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF remporté par la Côte d'Ivoire contre l'Algérie (3:1), le premier à se ruer vers le gardien ivoirien Sylvain Gbohouo a été Boubacar Barry. Les félicitations étaient sincères, mais elles revêtent également un aspect symbolique, comme si l'on venait d'assister à un passage de témoin.

Barry était gardien titulaire des Éléphants depuis la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™, où il avait lui-même succédé à Jean-Jacques Tizie pour le dernier match de groupe disputé par la Côte d'Ivoire. Une position qu'il ne lâchera plus au cours des deux Coupes du Monde suivantes ainsi que dans quatre phases finales de la CAN.

Avant le coup d'envoi de la CAN 2015 en Guinée-Équatoriale, la relève ne semblait pas loin pour Barry et ses 34 ans, proche d'atteindre sa centième sélection. Gbohouo avait d'ailleurs déjà officié entre les montants pour les deux derniers matches disputés dans la course à la qualification pour Guinée-Équatoriale 2015.

Pour le sélectionneur Hervé Renard, la décision a été très difficile à prendre, étant donné la réputation de Barry. "Parfois on a raison, parfois non, mais là, j'étais sûr de moi. Il ne faut pas oublier que Gbohouo a joué la finale de la Coupe des Confédérations de la CAF avec son équipe. C'est l'un des meilleurs gardiens d'Afrique. Nous n'allons pas oublier ce qu'a fait Boubacar Barry, mais le moment était venu de changer quelque chose. C'est ce que j'ai fait."

Déjà de l'aventure de Brésil 2014, Gbohouo était considéré pour ses qualités sur sa ligne. Son physique imposant lui permettait de souvent prendre le meilleur sur les attaquants adverses dans les un-contre-un, voire sur penalty. Mais son jeu aérien posait question. Le dernier rempart a pourtant vite fait de rassurer son monde en Guinée-Équatoriale. Dans le premier match de la Côte d'Ivoire, les Éléphants ont d'abord été menés 0:1 par la Guinée, qui a eu plusieurs ballons de break, tous maîtrisés par Gbohouo, avant de voir ses coéquipiers revenir à la marque (1:1). Même scénario lors de la deuxième sortie des Ivoiriens, face au Mali (1:1). Dans la dernière journée de la phase de groupes, Gbohouo et ses coéquipiers ont assuré une victoire 1:0 face au Cameroun, synonyme d'accession en quart de finale contre l'Algérie.

L'hommage à Copa
Face à l'équipe la plus en vue du moment en Afrique Afrique, Wilfried Bony a permis à la Côte d'Ivoire d'ouvrir le score. Peu après la pause, l'Algérie a égalisé par El Arabi Soudani avant de buter systématiquement sur Gbohouo. Soudani doit encore se demander comment, à bout portant, sa tentative a pu être repoussée par le gardien ivoirien, en état de grâce ce jour-là. L'attaque ivoirienne allait ensuite frapper par deux fois.

Les hommes d'Hervé Renard se frotteront à la RD Congo, mercredi 4 févier avec un goût de revanche. "Nous allons devoir travailler encore plus dur pour être prêts contre la RD Congo, qui nous avait battus chez nous en qualification il y a quelques mois", rappelle Gbohouo.

Le courant passe bien entre Gbohouo, Barry et même le troisième gardien ivoirien, Sayouba Mande. "Cette bonne entente entre les trois gardiens est excellente pour l'équipe, mais il faut vraiment féliciter Copa. Quand vous arrivez à une CAN et que vous êtes presque à 100 sélections, ce n'est pas évident d'accepter de céder son poste. En plus, il soutient complètement Sylvain", insiste le sélectionneur ivoirien.

Ces trois dernières années, Gbohouo s'est habitué au succès avec Séwé Sports. Il a fait main basse à trois reprises sur le prix du meilleur gardien de Côte d'Ivoire ainsi que sur le championnat national. En 2013, les Portuaires sont passés tout près d'accéder au dernier carré de la Ligue des champions de la CAF. L'année suivante, le club basé à San Pedro a atteint la finale de la Coupe des Confédérations de la CAF. Les prouesses de Gbohouo n'ont toutefois pas permis aux siens d'éviter la défaite face à Al Ahly, en vertu des buts inscrits à l'extérieur. Dans la finale retour au Caire, Gbohouo a été héroïque, repoussant l'échéance jusque dans les derniers instants du temps additionnel. Rien de mieux pour se faire remarquer à l'échelle continental.

Le président de Séwé Sports, Eugène Diomande, était persuadé que sa perle allait bientôt taper dans l’œil du reste du monde. Après les performances de son poulain en Guinée-Equatoriale, il ne sera plus le seul.

Fifa.com (03/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 4 Fév - 17:21

Ghana, Ayew : "J'ai encore moins le droit à l'erreur que d'autres"



La star du Ghana Andre Ayew ne se dit pas surpris d'avoir atteint le dernier carré avant d'affronter la Guinée Equatoriale en demi-finale de la CAN-2015 jeudi, même si selon le Marseillais, les Black Stars ne partaient pas favoris avant le tournoi.

Etes-vous surpris d'avoir atteint les demi-finales, deux mois à peine après la nomination d'Avram Grant à la tête du Ghana?
Surpris, c'est un grand mot. On ne partait pas favori de la CAN et de notre poule. Il y avait des équipes plus aptes pour arriver dans le dernier carré. Mais le Ghana est une grande équipe d'Afrique, on l'a toujours démontré ces dernières années, que ce soit en Coupe du monde ou en Coupe d'Afrique. Tout n'est pas parfait, mais il y a un bel état d'esprit, un groupe qui a envie de faire quelque chose.

Le Ghana en est à sa 5e demi-finale d'affilée à la CAN. Qu'est-ce qui explique la permanence du Ghana au plus haut niveau africain?
Le Ghana a de très bons joueurs, une stabilité. C'est quand on change souvent de joueurs en sélection que ça devient compliqué. On a l'expérience de la CAN et de bons entraîneurs, une bonne gestion de la Fédération. Mais atteindre le dernier carré c'est une chose, aller plus loin c'en est une autre.

Gagner la CAN trotte-t-il dans votre esprit?
Le titre, on n'y pense pas. On ne pense qu'à la demi-finale. Ce sera un match très compliqué. On joue contre le pays organisateur, qui a montré de belles choses. On doit être très vigilant. En 2012, ils avaient atteint les quarts de finale et avaient fait un beau parcours. Ils sont dans la continuité. Ils ont de bons joueurs mais il y a aussi l'euphorie, tout le monde est derrière eux et ça les transcende. A nous d'être concentrés et d'essayer d'imposer notre jeu.

Quel est votre rôle en tant qu'ancien de cette équipe?
En tant que vice-capitaine, j'ai un rôle particulier. Je suis le plus ancien après Asamoah Gyan. On a une très bonne complicité tous les deux et on essaye d'apporter notre expérience et d'aider le groupe.

Etre le fils d'Abedi Pelé vous confère-t-il encore plus de responsabilités?
Par rapport au non de ma famille et de mon père, j'ai encore moins le droit à l'erreur que d'autres. Ce n'est pas un nom facile à porter, mais c'est ce qui fait que tu dois être prêt à te surpasser. Mais je ne ressens plus ce devoir autant qu'auparavant. Mon devoir est surtout d'aider les plus jeunes et d'essayer de gagner un trophée avec le Ghana.

Comment jugez-vous le travail de la Confédération africaine de football?
La CAF fait un très bon boulot depuis des années. Il y a beaucoup de bi-nationaux qui viennent jouer. Les fédérations africaines font aussi du bon boulot et le football africain progresse. La CAF a fait un boulot extraordinaire pour organiser cette compétition en deux mois, même si ce n'est pas facile pour tout le monde et que tout n'est pas parfait.

Le Ghana est justement candidat pour la CAN 2017...
On la veut. Le Ghana est prêt et on a tout pour faire une bonne CAN. J'ai connu la CAN en 2008 au Ghana et j'aimerai bien en connaître une autre.

Tenez-vous au courant des résultats de Marseille et êtes-vous en contact avec vos coéquipiers?
J'ai des nouvelles de plusieurs joueurs tout le temps. Je sais ce qui se passe tous les jours. J'espère qu'on va gagner ce week-end.

Fifa.com (04/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 5 Fév - 17:08

RD Congo 1 - Côte d'Ivoire 3
La Côte d'Ivoire froidement en finale




La Côte d'Ivoire a décroché sa troisième finale en six Coupes d'Afrique en écartant la RD Congo (3-1) grâce à une efficacité clinique et sa rigueur défensive, mercredi à Bata.

Les Eléphants, en quête d'un second titre après celui de 1992, avaient perdu leurs précédentes finales aux tirs au but (2006 et 2012) et prennent rendez-vous pour dimanche après les buts signés de ses stars Yaya Touré (20e) et Gervinho (41e) et du jeune Kanon (68e), un mélange qui représente bien cette équipe.

La montée en puissance se poursuit: après des débuts poussifs (1-1 contre Guinée et Mali), les Ivoiriens ont battu le Cameroun (1-0) en poule et surtout l'Algérie (3-1) en quarts, perçue comme la favorite du tournoi.

Et ils ont donc surclassé sans surprise la RDC sur le même score, en ne concédant qu'un penalty de Mbokani (24e) qui aura entretenu un espoir, ténu, chez des Congolais dont le parcours inespéré représente déjà en soi une réussite pour leur première demi-finale depuis 1998. "On a de la solidité, de la rigueur, il faut rester dans ce registre", avait avancé Hervé Renard mardi en prenant exemple sur le match réussi face à des Algériens plus joueurs, mais vaincus.

Ils ont refait le coup, en affichant le même réalisme froid dans la chaleur de Bata: en exploitant deux erreurs défensives, puis en enfonçant le clou sur corner grâce au genou de Kanon. Et en concédant un minimum d'occasions franches.

Gervinho et Bolasie

Bony restait sur un doublé face aux Fennecs, il s'est fait altruiste contre les Léopards: sa passe contrée trouvait la frappe de mule de Yaya Touré devant la surface (20e), et il profitait d'un trois contre deux pour décaler Gervinho, seul et précis, pour le but du 2-1 (41e). Yaya Touré, qui était questionné, a remis les pendules à l'heure.

Juste avant, Gervinho, à la réception d'un centre d'Aurier, avait placé une tête tout juste sauvée sur sa ligne par Zakuani (40e). Surtout ne pas s'exposer aux départs fulgurants des flèches Gervinho et Bolasie, c'était le souci des deux sélectionneurs, qui comptaient bien ne pas pécher par naïveté. Le match ne fut pas vraiment la bataille d'observation attendue, il fut plus enlevé. Et les deux ailiers ont effectivement été les éléments les plus incisifs.

Gervinho a multiplié les courses sur les ailes, et s'il était souvent repris in extremis, par Kidiaba par exemple (88e), il demeurait un poison permanent, contrairement à Gradel, peu inspiré mercredi. Bolasie a plusieurs fois fait étalage de sa vitesse et de ses dribbles et signait une frappe excentrée (6e), un beau débordement et un centre gâché par Mbokani (38e), un passage en revue de la défense adverse conclu par une frappe écrasée (54e).

Mbokani, s'il a rejoint avec sa troisième réalisation les meilleurs buteurs du tournoi (Akaichi, Balboa et Bifouma), n'était pas dans un bon jour, et Gbohouo a fait les arrêts qui s'imposaient.

Et la Côte d'Ivoire était, finalement, tout simplement plus forte.

Fifa.com (04/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 5 Fév - 17:10

Côte d'Ivoire, Renard : "Je n'ai pas aimé ce match"



S'il se félicite de la qualification de la Côte d'Ivoire pour la finale de la CAN-2015, Hervé Renard n'a "pas aimé ce match" contre la RD Congo (3-1) parce que ses joueurs ont été "parfois trop faciles".

La Côte d'Ivoire était-elle trop forte ce soir ?
Je n'ai pas aimé ce match. On n'a pas tout fait bien, on a été parfois trop faciles, peut-être qu'on n'a parfois pas respecté l'adversaire. Il faut toujours faire attention quand il y a des joueurs comme ceux de la RDC en face, on aurait pu faire la différence avant. On peut être mené 2-1 en première mi-temps; en deuxième mi-temps, avec les espaces, on pouvait marquer un ou deux buts de plus. On est en finale, c'est le plus important. Après cinq matches, les équipes sont parfois fatiguées, le plus important c'est que les Ivoiriens soient dans les rues ce soir pour préparer la finale. On va essayer de ramener la coupe à Abidjan.

Qu'avez-vous pensé du jeu ?
On savait que le Congo allait très vite en contre, notamment sur ls côtés, avec du jeu long sur Mbokani et Bolasie. C'était difficile de s'adapter à ce style de jeu, peut-être pas ce qui nous convient le mieux. On a tâtonné en première période, on n'était pas dans les duels. J'ai dit à la mi-temps qu'on ne faisait pas un match pour atteindre la finale, on fait un match normal. Le stade n'était pas plein, ce n'était peut-être pas une ambiance de demi-finale, mais le ticket, c'était pour une finale. On n'était pas compétiteur en première mi-temps, on pensait que ça allait être facile à 1-0, puis ils ont égalisé sur penalty, on rentre à la pause à 2-1, c'est bien, c'est généreux. La RDC était peut-être plus fatiguée en deuxième mi-temps, ça s'est joué à quelques détails.

Vous avez désormais l'occasion de remporter une seconde CAN en trois ans (après la Zambie en 2012)...
Seule la seconde Coupe d'Afrique me satisferait. J'ai la chance d'être entraîneur, d'avoir signé en Côte d'Ivoire où, même s'il y a un travail de reconstruction, on a des joueurs comme Gervinho, Bony, Yaya Touré, qui décroche une frappe que peu de joueurs peuvent faire. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent qu'il fait un mauvais tournoi. On voit un Yaya Touré qui se sacrifie pour le collectif, il travaille, oriente le jeu. Il emmène ses coéquipiers avec Kolo, qui est déterminant depuis son retour. On n'oublie pas d'où on vient, notamment un soir où on a perdu 4-3 contre le Congo (à domicile en qualifications, ndlr). Il a fallu resserrer les boulons, mais ce n'était pas très difficile parce que ce sont des garçons fantastiques. Ils sont très faciles à manager, j'espère qu'enfin ils réussiront à gagner un titre au niveau international.

Fifa.com (04/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 5 Fév - 17:19

Côte d'Ivoire : Concert de klaxons à Abidjan pour les Eléphants



Un concert de klaxons a résonné mercredi à Abidjan après la victoire de la Côte d'Ivoire 3-1 face à la RD Congo, qui marque la troisième finale en six Coupes d'Afrique de la sélection ivoirienne.

"Eléphants bravo ! Eléphants oh oh !" Les cris de joie ont retenti au coup de sifflet final dans le quartier commerçant d'Adjamé.

"Découragement n'est pas Ivoirien !", a lancé un supporteur hystérique, en référence aux derniers échecs passés de sa sélection, qui a perdu ses deux dernières finales de CAN (en 2006 et 2012) et dont le parcours raté lors du dernier Mondial au Brésil avait refroidi les esprits.

"A nous la Coupe", s'est enhardi Joël, habillé d'un maillot orange, la couleur des Eléphants.

"Les Eléphants doivent ramener la Coupe, qui sera le titre de la réconciliation", a espéré François, un quadragénaire de Williamsville, une zone populaire, tout en buvant une bière avec sa compagne.

Fifa.com (04/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 5 Fév - 17:44

Une Côte d'Ivoire moins glamour mais plus efficace



Florent Ibenge, le sélectionneur de la RD Congo défaite en demi-finale de la CAN-2015 (3-1), a synthétisé la Côte d'Ivoire version Hervé Renard, "moins glamour" qu'auparavant mais plus rigoureuse et efficace, de quoi s'avancer en grand favori à la finale dominicale.

"La Côte d'Ivoire a changé sa façon de jouer, Hervé Renard est suffisamment intelligent pour remarquer que son équipe était trop glamour, elle jouait au ballon mais elle n'était pas assez efficace, analyse l'entraîneur franco-congolais. Au lieu de jouer la conservation du ballon, ils jouent derrière et la contre-attaque, et sont beaucoup plus efficaces."

Un froid réalisme assumé par Gervinho: "On a su garder notre sang-froid, on a profité des occasions qu'on a eues, on a été efficaces. Ce genre de match, ça se gagne, peu importe la manière, et c'est ce qu'on a fait".

En quart comme en demie (3-1 contre l'Algérie et donc la RDC), la Côte d'Ivoire a trouvé son rythme de croisière en s'appuyant sur une base à dominante défensive (3-4-3 ou 5-2-3): trois arrières centraux dirigés par le revenant Kolo Touré, encadrés par les latéraux Aurier et Tiéné, et protégés par deux sentinelles, le travailleur de l'ombre Serey Die et la star Yaya Touré, quadruple meilleur joueur d'Afrique.

Yaya Touré plus bas
C'est sans doute le symbole de cette Côte d'Ivoire new look: le positionnement du capitaine bien plus bas qu'à Manchester City. "On voit un Yaya Touré qui se sacrifie pour le collectif, il travaille, oriente le jeu", souligne Renard, qui a aussi aimé son ouverture du score, "une frappe que peu de joueurs peuvent faire".

Cette rigueur est née d'une leçon tirée après un revers à domicile face à la... RDC, en qualifications à Abidjan. "On n'oublie pas d'où on vient, notamment un soir d'octobre où on a perdu 4-3 contre le Congo. Il a fallu resserrer les boulons", explique Renard.

Si les Eléphants peuvent se donner le luxe de bétonner derrière, c'est aussi parce que, orphelins pour la première fois depuis des lustres de la légende Drogba et du maître à jouer Zokora, ils possèdent toujours des individualités de premier plan devant.

Il s'agit de la triplette constituée de Gervinho, Bony et Gradel. Quand l'un des trois connaît un coup de moins bien, à l'image de Gradel mercredi, qui avait brillé lors des trois précédents matches, les deux autres restent au niveau.

Avec au premier chef Gervinho: l'ailier a pris une autre dimension à la Roma et se montre toujours dangereux par sa vitesse, mais aussi à la finition, avec les buts du 3-1 qui tuait le quart et du 2-1 en demie, propre à surmonter l'égalisation congolaise, définitivement. Ses fulgurances balle au pied permettent ainsi aux Ivoiriens de jouer le contre à loisir.

Gervinho revanchard
"J'ai manqué deux matches (sur suspension), je reviens avec plus de fraîcheur et d'énergie, remarque-t-il. A moi d'apporter un peu plus à l'équipe, je dois rendre la monnaie". C'est d'ailleurs Gervinho qui avait raté le tir au but décisif contre la Zambie en finale de la CAN-2012; il y a sans doute une revanche personnelle dans l'air...

Renard détient aussi en Bony un avant-centre polyvalent: auteur de deux buts de la tête contre l'Algérie, il a délivré un autre doublé, mais de passes décisives cette fois, contre la RDC. Et l'entraîneur a encore de la ressource sur le banc avec Kalou, Doumbia, Lacina Traoré et Tallo.

Tout équilibre étant fragile, le sélectionneur a choisi de tancer ses joueurs publiquement: "Je n'ai pas aimé ce match. On n'a pas tout fait bien, on a été parfois trop faciles, peut-être qu'on n'a parfois pas respecté l'adversaire".

Pour devenir lauréat, il ne faut pas s'endormir sur ses lauriers: le rusé Renard le sait depuis qu'il a emmené la Zambie au titre en 2012 en battant coup sur coup les favoris... ghanéens et ivoiriens.

Fifa.com (05/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Ven 6 Fév - 10:26

Ghana 3 - Guinée Equatoriale 0
Le Ghana en route pour une cinquième couronne




La demi-finale entre le Ghana et la Guinée Equatoriale (3-0) a été le théâtre de tensions dans les tribunes, jeudi à Malabo. Le Ghana a finalement émergé juste avant la mi-temps après plusieurs poussées offensives.

La rencontre a pris une mauvaise tournure après la sortie imprévue des fans du Ghana de leur tribune à dix minutes du coup de sifflet final pour éviter des affrontements avec les supporteurs locaux. Le match a ensuite repris pour seulement deux petites minutes, scellant la qualification du Ghana. Sur le terrain, la première vague offensive a été locale mais Iban Edu a glissé avant de pouvoir armer sa frappe dans le rectangle. Ivan Esono a ensuite évité aux siens de concéder l'ouverture du score dans la foulée devant André Ayew.

Felipe Ovono, l'une des révélations du tournoi, s'est ensuite à son tour signalé sur une tentative lobée du Marseillais. Les Black Stars étaient plus dans le rythme. Ils allaient encore s'offrir des occasions dangereuses, avant de finalement trouver la parade sur penalty à la 41ème minute, avec Jordan Ayew pour la transformation.

Le deuxième but a été inscrit juste avant la pause par Wakasu Mubarak (45e+2) sur une contre-attaque bien exécutée. Et le but du K.O. par le joueur le plus en vue dans les rangs du Ghana, André Ayew, à l’affût pour reprendre un ballon mal intercepté par Ovono.

La Guinée Equatoriale aura encore une autre partie à disputer dans sa capitale, samedi face à la RD Congo, pour le gain de la troisième place.

Le Ghana a lui gagné le droit de défier en finale la Côte d'Ivoire, dimanche à Bata, et va tenter d'ajouter une cinquième couronne à son prestigieux palmarès, 33 ans après la dernière.

Fifa.com (05/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:20

Il ne pourra en rester que deux...



La dernière finale de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF entre le Ghana et le Côte d'Ivoire remonte à 1992. À l'époque, il avait fallu 120 minutes de jeu et 24 tirs au but pour séparer les deux équipes. Abedi Pelé menait alors les Black Stars en tant que capitaine, et avait dû s'incliner. Le 8 février 2015, deux de ses fils auront l'occasion de redorer le blason familial à l'occasion de la finale de la CAN 2015 face aux Éléphants.

Buteurs en demi-finale contre la Guinée Équatoriale (3:0), André et Jordan Ayew trouveront face à eux deux autres frères tout aussi déterminés à entrer dans l'histoire, Kolo et Yaya Touré. FIFA.com braque ses projecteurs sur deux fratries incontournables du football africain. 

Les frères Ayew

Lorsqu'on les interroge sur la fameuse finale de 1992, les Ayew se refusent à toute comparaison. "Nous sommes heureux d'être là et je suis sûr que nos supporters sont contents eux aussi. Si nous voulons gagner, ce n'est pas parce que nous avons été battus en 1992, mais parce que nous n'avons plus gagné la Coupe d'Afrique depuis 1982", précise Jordan, auteur de l'ouverture du score contre le pays hôte peu avant la mi-temps, sur penalty.

Les deux Ghanéens sont connus pour leur abattage et leur générosité en équipe nationale. Leurs récentes sorties n'ont fait que conforter leur réputation. "Quand je suis en sélection, l'équipe passe avant tout. En club, il faut aussi prendre en compte certains aspects personnels, mais lorsqu'on a la chance de représenter son pays, il faut donner la priorité au collectif", poursuit Jordan. 

Promu capitaine en demi-finale en l'absence d'Asamoah Gyan, André s'attend à un match très indécis, mais affiche sa détermination : "Les deux équipes ont des arguments. Nous aurons une journée de moins que la Côte d'Ivoire pour récupérer. Nous aurions préféré avoir un peu plus de temps pour nous préparer, mais une finale est une finale. Nous serons prêts. Nous allons tout faire pour ramener le trophée à la maison. Il n'y a pas de mot pour exprimer notre détermination. Les gens se demandent si nous sommes prêts à régner sur l'Afrique après toutes ces années. Si nous ne l'étions pas, nous n'aurions pas battu la Guinée Équatoriale en demi-finale."

Les frères Touré
Yaya s'est imposé comme l'un des meilleurs au monde à son poste. En dépit de son expérience, le quadruple Joueur africain de l'année a eu besoin de quelques matches pour trouver ses marques dans ce tournoi. Aujourd'hui, le milieu de terrain de Manchester City semble avoir atteint le sommet de sa forme. À en juger par son but et sa performance inspirée contre la RD Congo en demi-finale (3:1), sa sixième participation à la Coupe d'Afrique pourrait être la bonne…

Depuis le départ de Didier Drogba, il a aussi pris une autre dimension auprès de ses partenaires. "Je suis très fier d'être capitaine. Je dois donner l'exemple. Nous sommes là car nous voulons gagner le tournoi et montrer aux gens que nous sommes un grand pays de football. Une nouvelle génération arrive et mon rôle consiste à encadrer les jeunes. J'espère mener ma mission à bien en finale."

De son côté, le sélectionneur Hervé Renard rejette en bloc toute critique à l'égard de son capitaine. "J'entends dire beaucoup de choses sur Yaya Touré en Afrique, mais c'est un grand joueur. Il nous l'a prouvé en demi-finale. Il peut changer le cours du match sur une action."

Les deux frères ont déjà goûté à la défaite en finale de l'épreuve continentale et, bien évidemment, aucun ne tient à renouveler l'expérience. À 33 ans, Kolo a d'ores et déjà fait savoir qu'il comptait prendre sa retraite internationale à l'issue de la compétition. "Ce serait formidable d'arrêter sur une victoire. Nous attendons depuis trop longtemps. Cette fois, nous allons mettre toutes les chances de notre côté pour ramener le trophée à Abidjan", prévient le défenseur de Liverpool.

Quelle que soit l'issue de la finale à l'Estadio de Bata, les Ayew et les Touré ne seront pas les premiers frères à remporter la plus prestigieuse des compétitions africaines. Cet honneur revient aux Vassalo, Italo et Luciano, qui comptent parmi les plus grands joueurs éthiopiens de tous les temps. Le second a porté le brassard de capitaine, tandis que le premier a signé un but décisif en finale de l'édition 1962. Depuis, d'autres fratries leur ont succédé au palmarès : François Omam-Biyik et André Kana-Biyik, vainqueurs avec le Cameroun en 1988, ou encore Felix et Christopher Katongo, lauréats de l'épreuve en 2012 avec la Zambie.

Fifa.com (06/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:26

Géants africains entre de bonnes mains



À eux deux, le Ghana et la Côte d'Ivoire ont disputé 11 demi-finales de Coupe d'Afrique des Nations de la CAF sur les six dernières éditions. Pourtant, aucune de ces deux nations n'a réussi à remporter le titre continental durant cette période. Le 8 février, une longue attente va prendre fin pour l'un des deux camps qui ont rendez-vous à Bata pour la finale.

Le dernier sacre des Ghanéens remonte à 1982. À l'époque, ils avaient battu la Libye aux tirs au but. Les coéquipiers d'André Ayew ont validé leur billet pour le dernier match du tournoi en s'imposant 3:0 devant la Guinée Équatoriale. Le seul triomphe ivoirien date de 1992, mais le net succès 3:1 sur la RD Congo dans le dernier carré est de nature à susciter l'optimisme. Toutefois, cette incapacité à traduire une indéniable domination en titres n'est pas le seul point commun entre les deux formations. Le Ghana et la Côte d'Ivoire ont réalisé des parcours décevants en Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ et enregistré l'arrivée de nouveaux sélectionneurs avant la phase finale de la Coupe d'Afrique. 

La Fédération ivoirienne a jeté son dévolu sur le Français Hervé Renard, qui avait mené la Zambie au titre continental en 2012 en battant… la Côte d'Ivoire en finale. Les dirigeants ghanéens ont quant à eux maintenu James Kwesi Appiah pendant quelques mois après l'épreuve suprême. Au terme d'une brève période d'intérim, ils ont finalement confié les rênes de la sélection à Avram Grant, l'ancien entraîneur de Chelsea. Le technicien israélien, qui n'avait encore jamais travaillé en Afrique, n'a eu que six semaines pour préparer le tournoi.

Grant a eu le mérite de prendre des décisions courageuses. Il a ainsi relégué le défenseur John Boye sur le banc et fait une place à des joueurs méconnus comme Kwesi Appiah, actuellement prêté à Cambridge United en quatrième division anglaise, par Crystal Palace. Entré en jeu pour le dernier match de groupe du Ghana face à l'Afrique du Sud, le jeune attaquant a livré une performance brillante contre la Guinée en quart de finale. Son sélectionneur lui a donc maintenu sa confiance lors du tour suivant.

À leur arrivée en Guinée Équatoriale, les Black Stars ne comptaient pas parmi les favoris. Leur défaite d'entrée face au Sénégal n'a évidemment pas contribué à redorer leur blason. "Nous avons perdu le premier match et nous avons gagné le deuxième à la dernière minute. Il nous fallait prendre les trois points lors de la dernière journée et c'est ce que nous avons fait, après avoir été menés au score. Nous jouons de mieux en mieux et nous marquons beaucoup de buts. Mes joueurs ont su se relever dans l'adversité pour montrer aux Ghanéens qu'ils pouvaient compter sur eux", estimait Avram Grant après la victoire face au pays hôte.

L'ex-manager des Blues a construit son équipe autour des capitaines Asamoah Gyan et André Ayew, mais aussi de vieux habitués des joutes internationales comme Christian Atsu et Harrison Afful. "Notre place en finale est d'autant plus savoureuse que personne ne nous donnait la moindre chance. À chaque fois que l'on parlait d'une autre équipe, c'était pour dire qu'elle était meilleure que la nôtre. Pourtant, nous sommes bel et bien en finale et maintenant, nous comptons bien ramener le trophée à la maison", annonce l'Israélien.

La révolution de Renard

Pour remporter son premier grand titre international, Grant devra venir à bout d'un redoutable stratège en la personne d'Hervé Renard. Le Français avait pourtant assuré avant le coup d'envoi qu'il ne faudrait pas trop compter sur son équipe, en pleine transition selon lui. Confronté au départ de Didier Drogba, le sélectionneur ivoirien s'est vu contraint de renouveler son groupe et de rappeler qu'il faut souvent du temps pour créer des automatismes. Les nouveaux venus n'ont pourtant pas tardé à s'adapter. La Côte d'Ivoire n'a cessé de progresser au fil des matches, au point d'éliminer le favori algérien en quart de finale avant de passer trois buts à la RD Congo dans le dernier carré. 

Renard a su trouver le bon équilibre entre l'expérience incarnée par les frères Touré, Gervinho ou Wilfried Bony et des débutants en Coupe d'Afrique comme Sylvain Gbohouo ou Eric Bertrand Bailly. Soucieux de ne pas faire de vagues dans un premier temps, il adopte aujourd'hui un discours plus musclé. "Je ne nous vois pas favoris en finale, mais seul un deuxième titre pourra me satisfaire. J'espère que nous allons imposer notre jeu. Nous avons la solidité et la rigueur nécessaires pour ça. Les Éléphants ont déjà perdu deux finales, en 2008 et 2012. Il nous faut absolument rectifier le tir. Cette équipe est différente de ses devancières. Il y a dans nos rangs des joueurs qui étaient méconnus avant le tournoi. Ils ont travaillé très dur et ils méritent leur place sur le terrain. Nous avons trouvé le juste milieu entre sérieux et détermination."

Sur le plan statistique, le Ghana possède un léger avantage dans les confrontations directes en Coupe d'Afrique : les Black Stars ont remporté cinq des neuf derniers duels, dont deux demi-finales en 1968 (4:3) et 1970 (2:1). Les deux formations se sont également affrontées en finale de l'édition 1992, restée dans les mémoires. Après un festival d'occasions manquées, la rencontre s'était soldée par un nul vierge à l'issue de la prolongation. Il a ensuite fallu 24 tirs au but avant que les deux équipes parviennent enfin à se départager. Premier Ghanéen à tirer pour la deuxième fois, Anthony Baffoe a échoué devant Alain Gouaméné. Cette victoire épique reste à ce jour la seule des Éléphants dans cette compétition.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:28

Renard : "Ne pas laisser passer cette chance"



La Côte d'Ivoire ne doit "pas laisser passer cette chance" de remporter une seconde CAN en finale de l'édition 2015 dimanche contre le Ghana, "sinon pour certains joueurs ce sera trop tard", estime son sélectionneur Hervé Renard.

A quel match vous attendez-vous ?
Le premier match dans le tournoi a été très difficile pour les deux équipes. Depuis, elles ont beaucoup progressé, y compris en défense. Ce sera un match très difficile, avec deux très bonnes équipes, deux pays très forts en Afrique depuis longtemps. Ce ne sera pas facile, mais ça fait longtemps qu'il n'y a pas de finale facile. On est sur la même ligne. Les deux équipes ont perdu leurs deux dernières finales. Peut-être qu'on a un avantage psychologique, parce que la CAN remportée par la Côte d'Ivoire en 1992 l'a été contre le Ghana. En 2006 et en 2012, la Côte d'Ivoire n'était pas loin (défaites ivoiriennes en finale aux tirs au buts, ndlr). Maintenant, c'est le bon moment.

Sur quoi le match se jouera-t-il ?

Pour nous, il s'agit de bien fermer leurs joueurs offensivement importants. Leur métronome est André Ayew, en grande forme actuellement. Ils ont aussi Atsu à droite et Mubarak (Wakaso) au milieu, capables de faire la dernière passe et marquer. Ils ont des joueurs très solides, mais on a les mêmes arguments. Ce sera très serré. Peut-être que ça se décidera sur coup de pied arrêté, où on est très performants. On n'a pas de crainte spéciale.

Quid de Yaya Touré ?
J'avais dit avant la demi-finale qu'il serait présent, et on l'a vu: son but fantastique n'est pas venu par hasard. Ce genre de joueurs fantastiques sont toujours prêts pour les matches importants, ils n'ont pas la pression. L'adrénaline de la compétition les rend différents.

Vous connaissez très bien de nombreux joueurs ghanéens...
Entre mes passages au Ghana (comme adjoint du sélectionneur Claude Le Roy en 2007-2008, ndlr) et à Sochaux (octobre 2013-2014), je connais neuf joueurs, notamment deux défenseurs, Boye et Afful, je connais leurs points forts et points faibles. C'est mieux de bien connaître les joueurs. Si vous ignorez le bon jeu de tête de Gyan ou les qualités d'André Ayew, vous rencontrez des problèmes. Au Ghana, c'était mon arrivée en Afrique, c'était un rêve, fantastique. Mais il n'y aura pas de cadeau à faire, il faudra encore une fois battre le Ghana.

A quel moment avez-vous senti le déclic au sein de votre équipe ?
Contre le Cameroun (1-0 lors du 3e match de poule, ndlr): là, on a réussi à se sublimer, à montrer une force collective très importante. Peut-être que cette équipe a moins de qualités que sa devancière, mais dans le foot les qualités esthétiques c'est bien beau mais le plus important c'est de remporter des trophées. Notre heure est venue.

Votre expérience de 2012, titré avec la Zambie, vous sert-elle ?

Mon aventure de 2012 me revient tous les jours. J'ai vécu quelque chose de magique. Je n'ai pas envie de quitter ce stade demain (dimanche) avec une autre issue que celle de 2012, c'est tellement magique de remporter un trophée qu'il ne faut pas laisser passer cette chance, c'est impossible.

Avez-vous des nouvelles de Drogba ?

Non, je n'ai pas de nouvelles de Didier, mais je suis sûr qu'il sera derrière l'équipe, le premier supporter de la Côte d'Ivoire. Si Drogba avait été là, ç'aurait été la même chose. Quand une occasion se présente, il ne faut pas la rater. Quand on subit des échecs, parfois ça vous rend plus fort, et un jour vous atteignez la consécration, il faut que ce soit demain (dimanche) pour certains joueurs, sinon ce sera trop tard.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:30

Côte d'Ivoire : Yaya Touré, le sacrifice du capitaine



Milieu tout-terrain et référence mondiale à son poste, Yaya Touré a accepté sans rechigner d'évoluer dans une position plus reculée, quitte, en bon capitaine, à limiter son rayonnement pour le bien du collectif ivoirien, opposé au Ghana dimanche à Bata (1900 GMT) en finale de la CAN-2015.

Présent aux deux finales perdues aux tirs au but (2006 et 2012), le capitaine est forcément très attendu, et d'abord par son sélectionneur. "J'avais dit avant la demi-finale qu'il serait présent, et on l'a vu: son but fantastique n'est pas venu par hasard, a souligné samedi Hervé Renard. Ce genre de joueurs fantastiques sont toujours prêts pour les matches importants, ils n'ont pas la pression. L'adrénaline de la compétition les rend différents".

Pourtant, la tâche est ingrate pour la star de Manchester City, mais la quête de ce trophée que les Eléphants convoitent en vain depuis 1992 est peut-être à ce prix.

La campagne qualificative délicate de la Côte d'Ivoire a appris une chose essentielle à Hervé Renard: ses vedettes devaient se mettre au garde-à-vous et accepter sa discipline rigoureuse si elles voulaient enfin réussir là où la "génération Drogba" a toujours échoué. Et Yaya Touré a été le premier à parfaitement saisir le message de son sélectionneur.

Pour ceux qui ont l'habitude de le voir avaler les kilomètres sous le maillot de City en Premier League, le choc a d'abord été rude et ses prestations discrètes au début du tournoi cachaient forcément un souci physique ou une grosse fatigue liée à la période des fêtes de fin d'année surchargée en Angleterre. Autre thèse avancée: le poids du brassard récupéré après la retraite du légendaire Didier Drogba.

Hervé Renard avait lui-même donné du sens à cette théorie en expliquant après le premier match contre la Guinée (1-1) qu'"on n'a pas vu le meilleur Yaya Touré."

"C'est à lui de porter l'équipe à bout de bras parce qu'il a une charge sur les épaules et une grande responsabilité, avait également expliqué le Français. Il doit emmener ses coéquipiers avec lui, montrer l'exemple S'il n'est pas capable d'élever son niveau, ce sera très difficile pour nous".

"On lui demande un autre travail"

Renard n'avait pourtant pas tout dit et il a fallu la 2e rencontre face au Mali (1-1) pour comprendre le fond de l'affaire. Si le quadruple meilleur joueur africain de l'année était aussi économe de ses efforts, c'était uniquement en raison des consignes très strictes de son entraîneur.

"La Côte d'Ivoire n'est pas Manchester City. Le potentiel des joueurs n'est pas le même. A City, il y a des joueurs capables de défendre très bien et de créer. Chez nous c'est différent, donc on lui demande un autre travail", a lancé le technicien français.

Oubliées donc les longues chevauchées de ce joueur "box to box", capable de défendre, attaquer, tacler et marquer. L'ancien milieu de Monaco (2006-2007) et du FC Barcelone (2007-2010) s'est transformé en une sorte de vigie devant la défense, chargée de sécuriser l'entre-jeu et d'effectuer la première relance, sans trop se projeter vers l'avant.

Depuis le début des matches à élimination directe, Yaya Touré a toutefois mis un point d'honneur à gonfler des statistiques jusque-là faméliques. Il a d'abord déposé un coup franc sur la tête de Wilfried Bony pour le 2e but ivoirien qui a quasiment achevé l'Algérie en quart de finale (3-1), avant d'ouvrir le score en demi-finale contre la RD Congo d'une magistrale reprise en demi-volée sous la barre (3-1).

"Il a décroché une frappe que peu de joueurs peuvent faire, s'est félicité Renard. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent qu'il fait un mauvais tournoi. On voit un Yaya Touré qui se sacrifie pour le collectif, il travaille, oriente le jeu. Il emmène ses coéquipiers". Jusqu'au titre suprême?

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:32

Ghana : Gyan toujours incertain pour la finale



L'attaquant et capitaine du Ghana Asamoah Gyan, blessé à la hanche, est incertain pour la finale de la CAN-2015 dimanche contre la Côte d'Ivoire, selon son sélectionneur Avram Grant.

"On est venus pour s'entraîner hier (vendredi) mais on ne nous a pas autorisés, et donc, on n'a pas pu voir comment il était, on verra aujourd'hui", a dit l'entraîneur israélien samedi en conférence de presse.

L'équipe du Ghana, qui a atterri vers 16h30 vendredi à Bata en provenance de Malabo où elle avait disputé sa demi-finale contre la Guinée équatoriale (3-0) marquée par de violents incidents venant des tribunes, n'a pu s'entraîner en fin d'après-midi sur le terrain annexe du stade de Bata faute d'éclairage.

Gyan a été blessé à la hanche après un contact avec le gardien de la Guinée en quart de finale (3-0) dimanche dernier et n'a pas participé à la demi-finale. En son absence, l'attaque était menée par Jordan Ayew et Appiah, avec Andre Ayew et Atsu en soutien.

Le Ghana devait s'entraîner samedi à partir de 17h15, avec le premier quart d'heure ouvert à la presse.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:36

Ghana, Andre Ayew : "Personne ne comptait sur nous"



Le Ghana s'avance vers la finale de la CAN-2015 contre la Côte d'Ivoire dimanche sans pression car "personne ne comptait" sur lui avant le tournoi, estime son milieu offensif Andre Ayew.

Le Ghana n'a plus gagné une CAN depuis 1982 et a perdu en finale en 2010, cela vous pèse-t-il ?
Cela ne pèse pas sur nous, parce qu'avant ce tournoi, personne ne comptait sur nous. Et on a eu trois sélectionneurs en six mois. On est là sereinement, tranquillement, on va essayer de gagner pour rendre notre peuple fier. Par rapport à 2010, ce sont des finales différentes. On avait 13 ou 14 joueurs qui avaient gagné le Mondial des moins de 20 ans peu avant. On est entré sur le terrain et on a attaqué, attaqué, et à la fin l'Egypte a marqué. On manquait d'expérience. Cette fois, on a plus d'expérience, on espère que cette finale sera la bonne. Les gens on oublié la finale en Angola. On va faire notre boulot et tout donner. J'espère que les dieux du football seront de notre côté.

En 1992 votre père Abedi Pelé perdait la finale (sans jouer), contre la Côte d'Ivoire: allez-vous jouer pour lui dimanche ?
Pas du tout. On n'en a pas parlé. Mon père était suspendu après deux cartons jaunes. Il est ghanéen, et je veux gagner pour le Ghana. On joue pour notre pays, une finale ça se gagne. Ce n'est pas une histoire de revanche, il s'agit de savoir qui va gagner la coupe. Le Ghana a travaillé dur pour en arriver là. Ce qui nous importe est de ramener la coupe, tout ce qui est autour n'est pas important pour nous.

Que retenez-vous d'Hervé Renard, actuel entraîneur de la Côte d'Ivoire et adjoint du sélectionneur du Ghana Claude Le Roy en 2007-2008 ?
Il m'a beaucoup apporté. On a des relations particulières, c'est quelqu'un pour qui j'ai de l'affection. Demain (dimanche), c'est une finale de Coupe d'Afrique et tout le monde veut être victorieux, mais ça ne changera pas le fait qu'on se respecte et s'apprécie un peu plus que la norme.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:41

Grant : "Le Ghana vient de loin"



Avram Grant, qui a pris ses fonctions de sélectionneur du Ghana début décembre, a estimé que son équipe venait "de loin", à la veille de la finale de la CAN-2015 dimanche contre la Côte d'Ivoire.

"On vient de loin, personne ne misait sur nous, a dit le technicien israélien en conférence de presse. Je travaille avec l'équipe depuis le 1er décembre, j'ai eu très peu de temps. Ce n'était pas facile en si peu de temps, j'ai dormi deux heures par nuit, à regarder des vidéos. On peut toujours faire mieux, mais je pense qu'on a bien fait".

Dans cette CAN, "on a progressé de match en match, j'espère qu'on continuera comme ça, a-t-il poursuivi. On est sorti du 'groupe de la vie', pas 'de la mort', avec l'Algérie mieux placée que nous au classement Fifa et le Sénégal dont beaucoup de joueurs évoluent en Angleterre".

"Demain (dimanche), c'est un nouveau défi, le dernier défi du tournoi, a-t-il relevé. Ce groupe a montré qu'il sait se battre et jouer au foot, on peut être fiers de ce groupe".

Avram Grant a loué un "tournoi de qualité". "En finale, on peut s'attendre même à plus, parce que la Côte d'Ivoire et le Ghana sont de bonnes équipes avec de bons joueurs, a-t-il avancé. On peut s'attendre à une belle finale mais on ne sait jamais".

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 8 Fév - 14:20

RD Congo 0 - Guinée Equatoriale 0 (p.4-2)
Kidiaba offre le podium à la RD Congo




La RD Congo a décroché la troisième place de la CAN-2015 face à la Guinée équatoriale (0-0, 4 t.a.b à 2), grâce à son gardien de 39 ans, Robert Kidiaba.

La RDC, titrée deux fois (1968, 1974), retrouve le podium comme en 1998, grâce à son portier, qui tire sa révérence internationale sur un ultime fait d'armes: il a arrêté le tir au but de Fabiani Bosio, alors que le spécialiste équato-guinéen des coups de pieds arrêtés, Balboa, avait déjà raté le sien, dans la séance fatidique disputée après le temps réglementaire, sans prolongation.

Le gardien à la queue de cheval caractéristique, titulaire du brassard de capitaine en l'absence de Mulumbu (blessé), et qui avait fait auparavant quelques arrêts (notamment face à Nsue à la 58e), a fêté sa victoire à sa manière: par sa célèbre danse "tape-cul" au sol.

Le Nzalang Nacional d'Esteban Becker, de son côté, a de toutes façons largement réussi son tournoi, en atteignant le top-4 continental pour la première fois et pour sa deuxième participation seulement après 2012 (quart de finaliste dans une CAN déjà organisée à domicile, alors conjointement avec le Gabon).

Pendant 90 minutes plutôt équilibrée, les Léopards de Florent Ibengé, se sont procurés les occasions les plus nettes, mais Bolasie manquait de précision (40) et Mbokani manquait de force dans sa frappe (53). Mabwati a fait quelques percées, sans la finition.

Le gardien adverse Ovono s'est aussi interposé sur quelques frappes dangereuses et ressort comme la révélation de l'équipe locale. Il ne jouera sans doute plus longtemps dans le championnat domestique, au Deportivo Mongomo.

Dimanche, la finale de la CAN-2015 opposera la Côte d'Ivoire au Ghana (19H00 GMT), à Bata.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:00

Côte d'Ivoire 0 - Ghana 0 (tab : 9-Cool
La Côte d'Ivoire au sommet de l'Afrique




Les Eléphants tiennent leur revanche ! Après deux finales perdues aux tirs au but (2006 et 2012), la Côte d'Ivoire a remporté sa deuxième Coupe d'Afrique des nations en battant le Ghana dans ce cruel exercice (0-0 a.p., 9-8 t.a.b.) en finale de l'édition 2015, dimanche à Bata.

Ironie du sort, c'est sans leur légende Drogba, absente d'une CAN pour la première fois depuis des lustres, que les Eléphants ont enfin décroché le titre continental, leur second seulement après celui de 1992 glané déjà aux tirs au but face au... Ghana.

Leur sélectionneur Hervé Renard, premier Français à signer cet exploit, entre dans l'histoire en gagnant sa deuxième Coupe d'Afrique, après 2012 avec la Zambie, et déjà aux tirs au but. Son homologue Avram Grant, novice en CAN, peut en revanche maudire les tirs au but après son échec en finale de la Ligue des champions avec Chelsea en 2008.

Et c'est cruel pour les Black Stars, monstrueux de régularité en étant présents dans le dernier carré des cinq dernières éditions, et qui repartent donc encore une fois sans leur cinquième trophée convoité (après 1963, 1965, 1978 et 1982). Andre Ayew, sans doute le meilleur Ghanéen du tournoi, ne pouvait réprimer ses pleurs au terme de la séance fatidique, inconsolable.

Si le match a été terne, la séance de penalties finaux (la 5e sur les 9 dernières CAN) fut spectaculaire: les deux premiers tireurs ivoiriens ont échoué (Bony et Tallo), le Ghana menait 2-0 grâce à Wakaso et Jordan Ayew, puis les Eléphants ont égalisé par Aurier et Doumbia alors que les Ghanéens Acquah et Acheampong rataient !

Revanche de Barry
Puis, bluff ou pas, le gardien ivoirien Barry se disait victime de crampes avant le 5e tir ! Les capitaines Andre Ayew et Yaya Touré marquaient et on allait à la mort subite.

Et c'est le duel entre gardiens qui a tranché, quand l'Ivoirien Barry a arrêté le tir de son homologue Razak Braimah, et réussissait le sien. Une belle revanche, un clin d'oeil du destin pour le portier des Eléphants qui avait dû s'incliner en 2006 et 2012, et qui n'a joué la finale dominical que parce que le titulaire habituel Gbohouo s'est blessé !

Il fallait cette séance pour donner du piment à une finale qui en fut singulièrement dépourvue. La peur de se livrer: sous une pluie fine ininterrompue, le match a patiné, avec des joueurs manifestement crispés par l'enjeu. Les défenseurs ont pris le pas sur les attaquants, à tacler proprement, à tout intercepter et dégager, plus saignants.

Cet attentisme offensif a du coup débouché sur un nombre minimal d'occasion. Il y eut les poteaux trouvés par la frappe puissante d'Atsu (26e) et le centre-tir d'Andre Ayew (36e), et c'est tout! Les attaquants ivoiriens étaient méconnaissables: Gradel inexistant, et remplacé par Doumbia (67e), Gervinho auteur d'une poignée de chevauchées rapidement avortées, et rarement bien servi; Bony remiseur, dos au but, jamais en face, jamais dangereux.

Stars transparentes
Côté ghanéen, pas mieux. Andre Ayew, s'il a beaucoup défendu, n'a pas apporté offensivement, et Gyan ne s'est illustré que par deux ratés (53e, 72e). Un seul joueur au-dessus, Atsu: par ses débordements et ses bons centres, le rapide ailier a semé quelques frissons dans la morne plaine du rectangle vert.

Yaya Touré était loin de son niveau habituel, discret, et même imprécis. Le préposé aux tâches obscures à ses côtés, Serey Die, a été bien plus précieux, malgré son avertissement précoce.

Les Black Stars ont tenté leur chance de loin en seconde période, sans attraper le cadre, et les Ivoiriens auraient pu faire le coup parfait si Doumbia avait été plus prompt que Mensah sur un renvoi du gardien ghanéen (90e).

Les tirs au but allaient décider du sort. Et les Eléphants y auront été meilleurs.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:04

Côte d'Ivoire, Renard : "On a toujours gardé le cap"



La Côte d'Ivoire a "toujours gardé le cap", tendue vers la victoire finale dans la CAN-2015 acquise dimanche au détriment du Ghana (0-0 a.p., 9-8 t.a.b.), estime son sélectionneur Hervé Renard, qui décroche son 2e titre personnel (après celui de 2012 avec la Zambie).

Quelle est votre première réaction ?
Je suis très content pour tous les Ivoiriens, qui attendaient ça depuis 23 ans. Mon message depuis qu'on a commencé le stade de préparation le 5 janvier a toujours été le même, même quand on a mal débuté la première mi-temps contre la Guinée, on a toujours gardé le cap, il a fallu dire certaines vérités. Les joueurs ont fait beaucoup d'efforts, aujourd'hui ils sont récompensés. Dans la vie on peut perdre, mais l'important c'est de toujours rebondir, ne jamais lâcher. On dédie cette victoire à tout le peuple ivoirien. Le foot a cela de magique qu'il réunit toutes les ethnies, toutes les personnes qui ne pensent peut-être pas de la même façon. La Côte d'Ivoire est plus qu'heureuse aujourd'hui, c'est le plus important.

A quel moment avez-vous cru en la victoire, et qu'avez-vous pensé à 2-0 pour le Ghana dans les tirs au but ?
J'y ai cru contre le Cameroun (1-0), le troisième match de groupe. L'équipe a montré un état d'esprit fantastique ce jour là contre un très bon Cameroun. Il a fallu sortir un grand match et les joueurs ont réussi à faire ce qu'on n'imaginait pas d'eux, c'est-à-dire se sacrifier pour le collectif. Chacun jouait l'un pour l'autre, et à partir de là on a tous compris par quelle voie il fallait aller. A 2-0, c'est toujours difficile, mais comme je m'étais dit que l'histoire allait se répéter, on y a cru. C'est aussi une superbe image: avant que Copa (Barry) ne frappe le penalty, j'ai dit qu'un gardien qui a travaillé avec Jean-Marc Guillou est capable de bien tirer, parce qu'il travaille techniquement.

Qu'avez-vous pensé de cette CAN ?
C'était une très belle édition, organisée deux mois avant le début de la compétition, donc une tâche extrêmement difficile. Les organisateurs ont été à la hauteur. J'aimerais qu'en Europe on ne retienne pas que ce qui s'est passé dans la demi-finale à Malabo avec la Guinée équatoriale (face au Ghana, 0-3, lorsque des incidents avaient fait 36 blessés, ndlr). Ce serait dommage de ne montrer que ces débordements du foot africain, parce qu'il y a eu plein de belles choses. Il y avait par exemple deux matches consécutifs dans le même stade et les supporteurs des quatre équipes. Jeudi, ce qui est arrivé est dommage mais ça peut arriver n'importe où. C'était un tournoi très difficile, avec des équipes comme le Cameroun et l'Algérie, des prétendants à la victoire, qu'on a réussi à éliminer.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:06

Côte d'Ivoire : Nuit de folie après la victoire des Éléphants



Klaxons, cris, danses... la Côte d'Ivoire a vécu une nuit de folie après la victoire dimanche de ses Eléphants en finale de la Coupe d'Afrique des Nations, 23 ans après leur dernier sacre continental.

A Abidjan, des grappes de supporteurs, ivres de joie hurlaient à chaque coin de rue au passage des voitures, dont beaucoup étaient ornées du drapeau national.

"La malédiction est enfin terminée ! Les rois de l'Afrique, ce soir, ce sont les Ivoiriens", s'enthousiasmait Alexandre, un étudiant venu comme plus d'un millier d'Abidjanais suivre le match sur les écrans géants du campus de l'université de Cocody (nord).

"L'histoire s'est répétée. Comme en 1992, nous avons battu le Ghana aux tirs au but. Maintenant nous avons une deuxième étoile sur le maillot. C'est l'un des plus beaux jours de ma vie", se réjouissait Moussa, aux joues peintes en orange, vert et blanc, les couleurs ivoiriennes.

Embrassades, courses furieuses, danses frénétiques : l'ambiance a viré à l'hystérie quand Coppa Barry, le gardien des Eléphants, a marqué au terme d'une séance de tirs au but interminable, offrant le sacre à la Côte d'Ivoire (0-0, 9 à 8 aux tirs au but).

"Coppa ! Coppa !", scandait la foule quelques minutes plus tard, pendant que le gardien soulevait le trophée, rendant hommage à son héros.

"On a gagné la Coupe du monde", observait mystérieusement la petite Adi, 11 ans, sourires jusqu'aux oreilles et pieds nus devant un maquis (bar extérieur) de la capitale économique ivoirienne. "On a pleuré pendant des années mais on mérite cette Coupe. Aujourd'hui on est tous derrière cette équipe : c'est l'union nationale", souriait Ahmed.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:08

Renard change l'Ivoire en or



La Guinée équatoriale avait fait bonne impression avant même le coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2015 en s'offrant comme solution de remplacement in extremis pour organiser le tournoi. Le pays hôte a également fait bonne figure sur le terrain, même si au final, le haut de l'affiche est occupé par la Côte d'Ivoire. Les Éléphants gagnent un deuxième trophée continental qui leur échappait depuis de nombreuses années, malgré leur statut d'éternels favoris sur la scène africaine.

Les champions
La Côte d'Ivoire a eu du mal à mettre la machine en route. En phase de groupes, les Éléphants se sont même retrouvés dans l'obligation de gagner leur dernier match pour rester en course dans la compétition. Ils ont dûment passé la vitesse supérieure contre le Cameroun, pour ne plus rétrograder jusqu'à la ligne d'arrivée. Après avoir facilement négocié leur quart et leur demi-finale, les hommes dirigés par Hervé Renard ont éprouvé plus de difficultés en finale, où ils ont été sauvés par Boubacar Barry. Le gardien, dont c'était le premier match dans cette Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, a repoussé le penalty de Razak Braihmah, avant de convertir le sien, offrant ainsi à la Côte d'Ivoire une victoire 9:8 dans l'épreuve des tirs au but.

Les favoris
À l'image de la Côte d'Ivoire, le Ghana est monté en puissance tout au long de la compétition. Au terme de ce qui constituait leur neuvième finale continentale, les Black Stars étaient on ne peut mieux partis dans la série de tirs au but, menant 2:0 après les deux premières tentatives de part et d'autre. Assez incroyablement, les Éléphants ont réussi à renverser la vapeur. La meilleure équipe africaine au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, l'Algérie, a redoublé de malchance. Les deux buts tardifs inscrits par le Ghana contre l'Afrique du Sud ont relégué les Fennecs à la deuxième place du groupe, les forçant à disputer un quart de finale contre la Côte d'Ivoire, avec à la clé une défaite 1:3. L'autre équipe du Maghreb, la Tunisie, a également chuté au stade des quarts de finale, face à la Guinée équatoriale (1:2).

Les surprises
Même si sa campagne s'est terminée sur une note décevante, le pays hôte a dépassé les attentes en atteignant les demi-finales. Jusqu'à son accession dans le dernier carré, le Nzalang Nacional a pratiqué un football offensif et attrayant. Le Congo a surpris en enregistrant sa première victoire dans la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF depuis 1974. La RD Congo monte sur la troisième marche du podium, et la Guinée et le Mali ont impressionné en tenant en échec la Côte d'Ivoire et le Cameroun respectivement.

Les déceptions

Placée dans le groupe considéré comme le plus difficile, l'Afrique du Sud a déçu en ne parvenant pas à préserver l'avantage acquis dans chacune de ses rencontres du premier tour. Toujours rattrapés après avoir ouvert le score, les Bafana Bafana n'ont au final marqué qu'un seul point. Prestation décevante également pour le Burkina Faso, finaliste en 2013 mais bon dernier du Groupe A cette année. Le Cap-Vert, grande révélation de la dernière édition du tournoi, a réalisé un parcours étrange en Guinée équatoriale, avec trois matches nuls en autant de sorties. Insuffisant pour aller en quarts de finale.

Les stars
Hervé Renard l'a dit : André Ayew a probablement été le meilleur Ghanéen de cette CAN 2015. Utilisé alternativement comme ailier et attaquant, le joueur de l'Olympique de Marseille a porté le brassard de capitaine chaque fois qu'Asamoah Gyan a été absent. Lorsqu'il a pu jouer, Gyan a montré qu'il n'avait rien perdu de ses qualités, en marquant par exemple un but crucial contre le Sénégal. Christian Atsu a de son côté été élu meilleur joueur du tournoi. Dans une Côte d'Ivoire constellée de talents, Gervinho a redoublé d'efficacité à son retour de suspension, tandis que Kolo Touré s'est montré impérial en défense.

Le Guinéen Ibrahima Traoré et le Congolais Thievy Bifouma ont eu quatre matches pour briller, ce qu'ils l'ont fait, tout comme Pierre-Emerick Aubameyang au sein d'un Gabon au demeurant décevant. Rainford Kalaba a été élu à deux reprises homme du match, mais cela n'a pas suffi à la Zambie, vainqueur de l'épreuve en 2012, pour dépasser la phase de groupes. Côté algérien, Sofiane Feghouli a été impressionnant sur l'aile droite.

Les néophytes
Les gardiens Felipe Ovono (Guinée équatoriale) et Fabrice Ondoa (Cameroun), ainsi que les défenseurs Éric Bertrand Bailly (Côte d'Ivoire) et Baba Rahman (Ghana), dont c'était la première participation au tournoi, sont à mettre au rang des révélations. Des joueurs plus âgés ont également fait leurs premiers pas dans la compétition, à l'image d'Emilio Nsue (Guinée équatoriale), de Yannick Bolasie (RD Congo) et de Kwesi Appiah (Ghana).

Le saviez-vous ?
La Côte d'Ivoire aura dû attendre 23 ans entre son premier et son deuxième titre continental. Aucune autre équipe ayant remporté le tournoi au moins deux fois n'a dû patienter aussi longtemps entre ses deux premières couronnes. L'Égypte avait attendu 27 ans entre deux titres, son deuxième (1959) et son troisième (1986).

La stat
480 - C'est le nombre de minutes disputées par les Ivoiriens en finale de la CAN sans marquer ni concéder de but. Les quatre dernières finales jouées par la Côte d'Ivoire se sont soldées par un nul 0:0, suivi d'une série de tirs au but.

Entendu…

"On dédie cette victoire à tout le peuple ivoirien. Le foot a cela de magique qu'il réunit toutes les ethnies, toutes les personnes qui ne pensent peut-être pas de la même façon. La Côte d'Ivoire est plus qu'heureuse aujourd'hui, c'est le plus important." - Hervé Renard, sélectionneur de la Côte d'Ivoire.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum