CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 14 Jan - 15:43

Sénégal 5 - Guinée 2
Le Sénégal bat la Guinée




Le Sénégal a battu la Guinée 5 à 2 (mi-temps: 2-0), en match amical disputé mardi à Casablanca.

Les deux sélections sont en préparation au Maroc pour la CAN-2015, prévue en Guinée Equatotriale (17 janvier-8 février)

Fifa.com (13/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 14 Jan - 16:20

Burkina Faso 2 - Botswana 0
Le Burkina Faso bat le Botswana




Le Burkina Faso a battu le Botswana 2 à 0 en match de préparation à la CAN-2015, mardi à Nelspruit (Afrique du Sud).

Les Burkinabè qui se préparent en Afrique du Sud, avaient largement battu le Swaziland 5 à 1 samedi, toujours à Nelspruit.

Fifa.com (13/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 14 Jan - 16:42

Groupe C : L'Algérie favorite d'un groupe relevé



L'Algérie de Christian Gourcuff, un des prétendants au titre à la CAN-2015, se présente comme le favori d'une poule C aux airs de "groupe de la mort" avec le Ghana, le Sénégal et l'Afrique du Sud, à Mongomo.

Si le foot algérien n'en a pas fini avec certains démons comme la violence, avec le drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé en août dans le cadre d'un match du championnat national, il décolle sur le plan sportif, en témoigne la Ligue des champions africaine 2014 remportée par Sétif. L'Algérie est l'équipe africaine qui a fait la plus forte impression en bousculant jusqu'en prolongation l'Allemagne sur son parcours de championne du monde, en 8e de finale (1-2 a.p.).

Et si elle a changé de sélectionneur, Vahid Halilhodzic ayant laissé sa place à Christian Gourcuff après le Brésil, elle n'a pas molli: elle s'est qualifiée pour la CAN au gré de cinq victoires, et ne s'est inclinée que lors d'un dernier match sans enjeu. Les Fennecs, dont le statut de favori est aussi signifié par leur 18e rang au classement Fifa (équipe africaine la mieux classée), disposent désormais de deux leaders techniques avec Sofiane Feghouli (Valence) et Yacine Brahimi, qui explose cette saison à Porto.

Ils semblent désormais plus mûrs qu'à la dernière CAN, lorsqu'ils s'étaient fait éliminer dès le premier tour malgré des efforts de beau jeu, et paraissent armés pour remporter la compétition pour la deuxième fois (après 1990 à domicile).

Le Ghana, enfin ?
Le Ghana ne présente pas cette progression mais une constance: il a figuré dans le dernier carré des quatre dernières Coupes d'Afrique... sans aucun titre à la clef. Après un Mondial décevant (élimination au premier tour malgré un 2-2 méritoire face à l'Allemagne), l'équipe des frères Ayew et du capitaine Asamoah Gyan, à la lourde histoire personnelle avec la CAN, décrochera-t-elle un 5e titre continental ?

Le sélectionneur Avram Grant a conservé des cadres (Asamoah Gyan, Agyemang Badu, André Ayew, John Boye, Jonathan Mensah, Mubarak Wakaso), alors que Kadwo Asamoah est forfait sur blessure, et a insufflé de la jeunesse dans le groupe. Le technicien israélien, qui a succédé début décembre à James Kwesi Appiah, a aussi écarté le milieu Sulley Muntari et l'attaquant Kevin-Prince Boateng, qui s'étaient fait exclure lors du Mondial pour indiscipline.

Sénégal revanchard
Le Sénégal, lui, se doit une revanche après ses deux dernières CAN (2008 et 2012) achevées en fiasco (élimination dès le premier tour). Alain Giresse, en poste depuis début 2013, a la tâche de rendre aux Lions de la Téranga la place dans le foot africain que leur réservoir suppose, alors qu'ils n'ont jamais remporté le trophée continental. Sous son égide, le Sénégal a renforcé sa défense: il n'a encaissé qu'un seul but dans son parcours de qualifications. Le groupe possède de nombreux joueurs aguerris en France, notamment dans le secteur défensif, les Lamine Sané (Bordeaux), Papy Djilobodji (Nantes), Cheikh Mbengue (Rennes) et autres Idrissa Gueye et Pape Souaré (Lille).

Et en attaque, Giresse, qui n'a pas convoqué Demba Ba, peut compter sur des attaquants comme Moussa Sow (Fenerbahçe) et Papiss Cissé (Newcastle). La principale interrogation porte sur Sadio Mané, qui faisait figure d'homme en forme avant de connaître un pépin au mollet avec Southampton. Incertain, le meneur de jeu est finalement bien présent dans la liste des 23.

Et l'Afrique du Sud ? Elle s'est qualifiée pour une CAN pour la première fois depuis 2008 (elle était qualifiée d'office en 2013 en tant que pays organisateur) et connaît un regain au moral avec sa belle campagne éliminatoire (aucune défaite). Le drame qui l'a touchée, le meurtre de son gardien et capitaine Senzo Meyiwa en octobre, a aussi contribué à une forme d'union sacrée. Le sélectionneur Ephraim "Shakes" Mashaba s'appuie sur un groupe largement puisé dans le championnat domestique, mais sans Thulani Serero (Ajax Amsterdam), pourtant un habitué de la sélection.

Fifa.com (14/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 14 Jan - 16:44

Algérie, vingt-cinq ans, ça suffit !



Un quart de siècle qu'elle attend cela: l'Algérie, portée par l'euphorie de sa présence historique en 8e de finale du Mondial l'été dernier au Brésil, rêve plus que jamais d'ajouter une deuxième Coupe d'Afrique des nations à son palmarès en Guinée Equatoriale.

Même si son équipe est considérée comme une des grandes favorites, le président de la Fédération nationale Mohamed Raouraoua a cru bon de fixer un objectif plus raisonnable, à savoir atteindre les demi-finales du tournoi, compte tenu des "conditions spéciales" de cette édition déplacée en Guinée Equatoriale après le refus du Maroc de l'organiser. L'autre raison, certainement non avouée par les dirigeants algériens tient au fait que le hasard du tirage au sort a placé les Fennecs dans le groupe C, dit de la mort, où ils seront opposés au Ghana, au Sénégal et à l'Afrique du Sud. C'est d'ailleurs face aux Bafana-Bafana qu'ils entreront en lice le 19 janvier.

"Rassurez-vous, nous serons prêts", a affirmé à leur adresse la coqueluche des supporteurs, Yacine Brahimi, cité par le journal Chourouk. Il faut dire que l'attente est longue. La dernière, et unique, victoire finale à la CAN remonte à 1990 et une victoire étriquée (1-0) à domicile, à Alger, devant leur public, aux dépens du Nigeria.

Gourcuff a conquis les supporteurs
Juste après, le football a cessé de faire vibrer un peuple brutalement enfoncé dans une décennie de guerre civile, les islamistes considérant le jeu comme un moyen d'éloigner les fidèles des sentiers de la foi. La terreur a fait des victimes jusque dans les stades: un président de la fédération nationale, deux présidents de clubs et le supporteur le plus connu du pays furent assassinés.

La renaissance entamée avec la qualification au Mondial sud-africain en 2010 a été couronnée au Brésil avec une qualification historique au second tour et une défaite héroïque (2-1 a.p.) face à l'Allemagne future championne du monde. Le chemin, pavé avec Vahid Halilhodzic, se poursuit depuis quatre mois sous la conduite de Christian Gourcuff, avec à la clé une qualification pour cette CAN, avec un bilan de cinq victoires et une défaite.

Fraîchement accueilli, le discret Breton a fini par conquérir les supporteurs des Verts heureux de voir l'Algérie gagner mais séduire aussi. "J'ai toujours insisté sur la nécessité d'imposer notre jeu dans chaque rencontre. Nous n'allons pas déroger à la règle en Guinée équatoriale", a d'ailleurs promis l'ancien coach lorientais. Le nul (1-1) ramené de Tunisie dimanche en match amical a cependant démontré qu'il restait du travail à accomplir, même si son équipe a joué à dix durant la seconde période après l'exclusion du défenseur Cadamuro à la 41e minute. "On a perdu beaucoup de ballons devant nos buts. Ce n'est pas possible et c'est irresponsable", a-t-il pesté.

Du côté des supporteurs la confiance est grande. Anis Aloui, 22 ans, relevant que l'Algérie a marqué 11 buts contre 4 seulement encaissés lors des qualifications, fait entièrement confiance au gardien Raïs M'Bolhi et à l'attaque d'une équipe où il croit déceler un "excellent état d'esprit". Pour lui, "tout autre résultat que la victoire finale sera une déception".

Fifa.com (14/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 14 Jan - 20:39

Afrique du Sud 3 - Mali 0
L'Afrique du Sud facile contre le Mali




L'Afrique du Sud a dominé le Mali 3 à 0 en match de préparation à la CAN-2015 à Libreville au Gabon, pays voisin de la Guinée équatoriale devant un millier de spectateurs, essentiellement des immigrés maliens.

L'Afrique du Sud, qui avait obtenu un nul face au Cameroun (1-1) samedi, a ouvert le score a la 37e minute sur un coup de pied arrêté. Sur un coup franc excentré de la gauche, Masango a déposé le ballon sur la tête de Hlatshwayo, qui a trompé Berthe de près au sein d'une défense passive.

Le sélectionneur Ephraim Shakes Mashaba, qui avait regretté la première période poussive contre le Cameroun, peut se féliciter d'avoir opéré cinq changements par rapport au match contre les Lions indomptables.

Remplaçant contre le Cameroun et titulaire en verve contre le Mali, Vilakazi, qui sera un des hommes à suivre pendant la CAN, a doublé la mise en concluant une belle action collective à la 82e minute avant que Furman ne termine le travail face à des Maliens démobilisés.

Si les Maliens, avec un Seydou Keita toujours à la baguette, ont monopolisé le ballon, surtout en deuxième période, leur domination s'est avérée stérile. Keita (58) et Maiga (61) ont vainement tenté leur chance alors que Yatabaré a trouvé la barre transversale à la 64e minute.

Mohamed Traoré a lui manqué l'immanquable, ratant le cadre à la 68e. Le Mali de Kasperczak, qui avait gardé Maiga sur le banc (entré à la 56e), a de grandes lacunes défensives qu'il faudra régler avant la CAN dans un groupe où il doit affronter la Côte d'Ivoire, le Cameroun et la Guinée (Conakry).

Le Mali a en effet concédé de nombreuses occasions, Konaté, un des meilleurs Maliens sur le terrain, sauvant notamment un ballon sur sa ligne (63).

L'Afrique du Sud, qui s'envole vendredi pour la Guinée équatoriale, abordera un groupe difficile (Algérie, Ghana, Sénégal) avec un surplus de confiance.

Fifa.com (14/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Mer 14 Jan - 20:40

Algérie : Zemmamouche forfait, Si Mohamed appelé



Le deuxième gardien de l'équipe d'Algérie Mohamed Zemmamouche est forfait pour la Coupe d'Afrique des nations qui débute samedi en Guinée Equatoriale et sera remplacé par Cédric Si Mohamed, a annoncé mercredi la Fédération algérienne.

Zemmamouche (USM Alger) a été libéré mercredi par le staff technique, après s'être blessé à un tibia jeudi lors d'un entraînement des Fennecs.

Si Mohamed (CS Constantine) compte une sélection avec les Fennecs. L'équipe doit s'envoler jeudi vers la Guinée Equatoriale.

Liste

Gardiens : Doukha Izzedine (JS Kabylie), Mbolhi Rais (Philadelphie), Cédric Si Mohamed (CS Constantine)

Défenseurs : Essaid Belkalem (Trabzonspor), Madjid Bouguerra (Fujaira), Faouzi Ghoulam (Naples), Rafik Haliche (SC Qatar), Aïssa Mandi Aissa (Reims), Carl Medjani (Trabzonspor), Mesbah Djamel Eddine (Sampdoria Gênes), Mehdi Zeffane (Lyon).

Milieux :
Mehdi Abeid Mehdi (Newcastle), Nabil Bentaleb (Tottenham), Yacine Brahimi (FC Porto), Abdelmoumen Djabou (CA Tunis), Sofiane Feghouli (FC Valence), Foued Kadir (Betis Seville), Mehdi Lacen (Getafe), Saphir Taïder (Sassuolo)

Attaquants :
Ishak Belfodil (Parme), Riyad Mahrez (Leicester), Islam Slimani (Sporting Portugal), Hilal Al Arabi Soudani (Dinamo Zagreb).

Fifa.com (14/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 15 Jan - 18:27

Afrique du Sud : Furman, capitaine Dean et digne



La première fois que Dean Furman a vu ses compatriotes chanter et danser dans les vestiaires, il a su qu'il était chez lui. Que sa "maison" n'était pas l'endroit où il résidait alors, mais bel et bien l'Afrique du Sud, où le capitaine bafana a vécu jusqu'à l'âge de cinq ans.

"Mes premiers souvenirs remontent à mon enfance au Cap et ça reste de très belles images. Quand j'ai été appelé en sélection pour la première fois en vue d'un match amical contre l'Australie, je me suis senti extrêmement honoré" raconte-t-il au micro de FIFA.com."En Afrique du Sud, le football est très différent de celui auquel je suis habitué en Angleterre, mais j'ai adoré l'ambiance des vestiaires."

Désigné capitaine des Bafana suite à la mort du gardien de but international Senzo Meyiwa, tué dans des circonstances tragiques, Furman est devenu l'un des chouchous des supporters. Ces derniers le gratifient de sonores "Mluuuuungu" (mlungu désignant une personne blanche de peau) dès qu'il a le ballon. Le joueur de 26 ans confie n'avoir jamais imaginé qu'il aurait un jour l'honneur de porter le brassard. "Quand Senzo est décédé, le football était évidemment la dernière chose qui préoccupait ceux qui le connaissaient. Toutes mes pensées étaient pour lui et sa famille."

Furman se souvient en revanche avoir ressenti une grande fierté quand, peu avant la rencontre qualificative pour la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF face au Soudan, son sélectionneur Ephraim "Shakes" Mashaba a annoncé qu'il serait capitaine. "Malgré les événements terribles qui m'ont permis d'hériter du brassard, ce fut un moment d'immense fierté aussi bien pour moi que pour ma famille", explique l'intéressé.

Il ne tarde d'ailleurs pas à dissiper tous les doutes quant à son nouveau rôle, liés au fait qu'il est l'un des deux seuls joueurs blancs de l'équipe. "Je n'y ai pas pensé. Ce genre de discrimination n'existe pas dans le groupe. Nous sommes très soudés. Nous partageons les mêmes envies et les mêmes objectifs. Il y a un excellent état d'esprit. Pour nous, seul le football compte. C'est ça qui nous a réunis ; c'est le seul langage que nous connaissons et comprenons."

Pour le natif du Cap, emmener l'équipe au stade Moses Mabhida de Durban pour le choc face au Soudan reste un souvenir inoubliable. "C'était sans aucun doute l'un des temps forts et l'une des plus grandes fiertés de ma carrière. C'était incroyable d'ouvrir la marche et d'aller décrocher une victoire aussi importante."

Les trois points récoltés à l'occasion de ce succès 2:1 ont assuré à la Nation Arc-en-ciel une place en phase finale du tournoi qui débutera ce 17 janvier en Guinée Équatoriale. L'Afrique du Sud s'est ainsi qualifiée pour la première fois depuis 2008 pour le grand rendez-vous continental, auquel elle avait également participé en 2013 en tant que pays hôte. Furman est désormais impatient disputer les matches qui opposeront les Bafana à l'Algérie, au Ghana et au Sénégal dans le Groupe C, considéré par beaucoup comme l'un des plus relevés.

"Ça s'annonce très serré. Nous savons que nous allons affronter de grandes équipes et de grands joueurs qui évoluent dans les meilleurs championnats du monde, mais nous allons là-bas pour lutter" lance l'intéressé. "Nous ferons la fierté de notre pays et de nos familles. Nous sommes extrêmement confiants car nous possédons de très bons joueurs. Nous avons hâte d'y être et de prouver tout ça sur le terrain."

De la sélection à la troisième division
En club, le milieu défensif évolue en troisième division anglaise, aux Doncaster Rovers. Passé par Chelsea, il a ensuite fait escale chez les Glasgow Rangers. "Mes étapes dans ces deux clubs ont été cruciales pour la suite de ma carrière. À Chelsea, j'ai eu la chance d'être entraîné par Brendan Rodgers, grâce auquel j'ai énormément appris en deux saisons avec les jeunes. J'ai eu l'occasion d'observer les meilleurs footballeurs comme John Terry, Frank Lampard, ou Barry Ferguson et j'ai essayé de m'inspirer d'eux autant que possible."

De son propre aveu, Furman ne serait pas contre le fait de jouer dans une division supérieure. "La League One est très relevée. C'est un championnat compétitif et exigeant, mais comme tout joueur, j'aimerais évidemment évoluer au plus haut niveau. Pour l'instant j'en suis à ma deuxième saison avec Doncaster. Je m'y plais et mon objectif, après la relégation l'an passé, est d'aider le club à remonter directement."

Les recruteurs ne manqueront pas à la Coupe d'Afrique et rares sont ceux qui lui en voudraient de voir la compétition comme un tremplin. Mais Furman à d'autres préoccupations en tête. "De nombreuses personnes issues des quatre coins du monde vont suivre ce tournoi. C'est logique, puisque beaucoup de joueurs de haut niveau y participent. Mais à ce moment-là et jusqu'au coup de sifflet final, mon objectif sera d'emmener les Bafana le plus loin possible. Le reste est secondaire."

Fifa.com (15/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 15 Jan - 18:29

Du lourd dans le groupe D



La Côte d'Ivoire, le Cameroun et le Mali vont livrer une belle lutte dans le groupe D de la CAN-2015 (17 janvier-8 février en Guinée Equatoriale) qui laissera forcément au tapis l'une des grandes puissances du continent. La Guinée complète le tableau de cette poule dont les rencontres sont prévues dans la capitale Malabo.

Tous les regards seront principalement tournés vers les Eléphants ivoiriens, orphelins du légendaire Didier Drogba mais toujours aussi attendus en Coupe d'Afrique.

Le buteur de Chelsea a quitté la sélection après le Mondial-2014 (élimination au 1er tour) et la fameuse "génération dorée" commence petit à petit à laisser la place mais il reste encore du beau monde avec notamment Yaya Touré, sacré pour la 4e fois joueur de l'année par la CAF (Confédération africaine de football), le dribbleur de la Roma Gervinho et les attaquants Salomon Kalou, Wilfried Bony, tout juste transféré à Manchester City, et Max-Alain Gradel, l'atout offensif N.1 de Saint-Etienne.

En enrôlant Hervé Renard pour remplacer Sabri Lamouchi après une CAN-2013 (quart de finale) et une Coupe du monde décevantes, les Ivoiriens ont clairement affiché leurs ambitions. Vainqueur en 2012 à la surprise générale à la tête de la Zambie, le technicien français au sourire et à la chemise blanche toujours impeccables devra prouver que ce succès ne devait rien au hasard et démontrer sa capacité à faire face à la pression.

Toujours placé ces dernières années (finale en 2006 et 2012, demi-finales en 2008) mais à la recherche d'un sacre depuis 1992, la Côte d'Ivoire ne peut pas viser autre chose qu'une victoire.

Le Cameroun dans l'inconnue

Le Mali, demi-finaliste des deux dernières éditions, pourra de son côté faire valoir son expérience et sa permanence au plus haut niveau africain. Toujours emmenés par leur guide Seydou Keita, désormais à l'AS Rome, les Aigles, dirigés par le Franco-Polonais Henri Kasperczak, devront en revanche se passer de leur attaquant Cheick Diabaté, touché au genou.

Le Cameroun a lui tourné la page des années Eto'o et arrivera en Guinée Equatoriale dans une certaine inconnue. Quadruples champions d'Afrique mais absents en 2012 et 2013, les Lions Indomptables ont beaucoup à se faire pardonner, surtout après un Mondial qui a tourné au ridicule avec des déculottées subies face à la Croatie (4-0) et le Brésil (4-1), agrémentées de fortes dissensions en interne symbolisées par le coup de tête asséné par Benoît Assou-Ekotto à son coéquipier Benjamin Moukandjo en plein match contre les Croates.

Face à ces trois places-fortes continentales, la Guinée ne peut pas espérer grand chose et sa présence en quart de finale serait une énorme sensation. L'équipe de Michel Dussuyer compte tout de même ramener un peu de joie à un pays touché de plein fouet par le virus Ebola. La CAF a d'ailleurs délocalisé ses dernières rencontres de qualification au Maroc où le Syli National a également effectué sa préparation.

Fifa.com (15/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Jeu 15 Jan - 18:41

Côte d'Ivoire : Keita-Gervinho, l'art romain à la conquête de l'Afrique



Piliers de l'AS Rome, Seydou Keita, le capitaine du Mali, et Gervinho, le dribbleur de la Côte d'Ivoire, vont s'affronter à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2015). Les tifosi "giallorossi" sont des ardents supporters du Cameroun et de la Guinée dans le groupe D, pour récupérer au plus vite leurs Africains, qui se croisent le 24 janvier à Malabo.

. Keita donne le rythme
A 34 ans et après un passage loin du très haut niveau en Chine, à Dalian (2012-2014), Seydou Keita s'est tout de suite imposé à la Roma, où il a d'emblée pris un rôle capital d'organisateur du jeu. Déjà troisième dans la hiérarchie des capitaines, derrière les historiques Francesco Totti et Daniele De Rossi, le Malien compte plus de temps de jeu que "DDR", qui traverse une saison un peu moyenne. Rudi Garcia, qui a fait des pieds et des mains pour avoir l'ancien du grand Barcelone, vainqueurs de deux Ligues des champions (2009, 2011), parle "d'un grand Keita, qui a le jeu de passe d'antan dans son ADN", et qui peut aussi "jouer dans le dos du milieu de terrain adverse et être dévastateur".

Troisième avec les "Aigles" lors des deux derniers tournois, Keita dispute sa septième CAN en Guinée Equatoriale. "Preuve du sérieux que je mets dans mon métier", dit-il au site Malifootball.com. Mais il présente son équipe comme un outsider. Il est également avec 24 buts le meilleur buteur de l'histoire de sa sélection. "J'en suis très fier, vraiment. Cela prouve que j'ai tout donné pour mon pays et que même en étant milieu de terrain, j'ai souvent été décisif pour aider le Mali."

. Gervinho danse
Gervais Yao Kouassi joue le même rôle avec les Eléphants qu'avec les Loups: l'électron libre de la meute ou du troupeau, chargé de créer des brèches dans la défense adverse. "Nous sommes trop dépendants des dribbles de Gervinho, il faut créer des espaces autrement", regrette Garcia, rendant ainsi hommage à son joueur fétiche, qu'il a porté du Mans à Lille, puis réclamé à l'AS Rome. La "Gazelle" ou la "Panthère" qui fait vrombir le stade Olympique à chaque accélération a acquis un statut encore plus important en sélection.

Mais l'équipe nationale lui a surtout réservé des frustrations jusque-là, l'élimination à la dernière minute contre la Grèce au Mondial, ou la finale perdue aux tirs au but contre la Zambie voilà trois ans. Dans une série à rallonge, lui qui n'aime pas tirer les penalties avait dû aller frappe le sien et l'avait complètement raté. Meilleur Ivoirien au Brésil, où Yaya Touré, l'étoile des Orange, était un peu diminué physiquement, Gervinho a marqué deux buts et commencé à assumer un rôle de leader, à 27 ans, pour sa quatrième CAN. Sans Didier Drogba ni "Maestro" Zokora, il prend de plus en plus d'importance dans le groupe, et assure que son équipe va en Guinée Equatoriale pour "remporter la Coupe", car "en Côte d'Ivoire, on ne va pas à une CAN pour faire de la figuration", dit-il au site afrik-foot.com.

Pour la première fois depuis une dizaine d'année, la génération dorée Sol-Béni-Drogba, qui n'a pas réussi à soulever la CAN, avec deux échecs en finale au tirs au but, ne débarque pas en immense favorite. "On est plus tranquilles, lorsqu'on ne compte pas sur nous. On ne part pas favoris, mais on va essayer de donner tort à tous ceux qui ne croient pas en nous", promet Gervinho.

Fifa.com (15/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Ven 16 Jan - 12:43

Suèdé 2 - Côte d'Ivoire 0
La Côte d'Ivoire battue par la Suède




La Suède a battu la Côte d'Ivoire 2 à 0 (mi-temps: 0-0) en match de préparation pour la CAN-2015, jeudi à Abu Dhabi.

Les Ivoiriens, mal inspirés dans l'ensemble, se sont fait surprendre en deuxième période par une jeune équipe de Suède qui a trouvé la faille par Johan Maartensson (64e). Les Eléphants ont raté une grosse occasion d'égaliser à la 73e minute. Servi par Max-Alain Gradel, Seydou Doumbia profitait d'un loupé de la défense adverse, mais enlevait trop son tir.

Marcus Rohden corsait ensuite l'addition en faveur des Suédois en fin de match (86e).

Fifa.com (15/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Ven 16 Jan - 20:00

Ghana : Appiah apparaît où on ne l'attendait pas



Prêté à Cambridge United, en quatrième division anglaise, l’attaquant de Crystal Palace Kwesi Appiah  ne s’attendait à aucun cadeau pour Noël ou le Boxing Day. Le 24 décembre, il a pourtant reçu un coup de fil qui l’a comblé. "C’était quelqu’un de la fédération ghanéenne", se rappelle Appiah pour FIFA.com. "J’étais en route pour l’entraînement et cette personne m’a dit : 'Nous aimerions vous inviter à jouer pour l’équipe nationale'. Le simple fait d’y repenser me donne la chair de poule. 'Je rêve ou quoi ?'. J’étais à la fois ravi et très fier. Ça m’a fait un choc."

Appiah a été appelé dans le groupe élargi de 31 joueurs pour la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF. Après un stage en Espagne, Grant a réduit son groupe à 26 unités et Appiah a encore passé cet écrémage. Quelques jours plus tard, la liste définitive pour la phase finale a été envoyée à la CAF et publiée sur le site officiel de la fédération ghanéenne. Là encore, Appiah apparaissait dans le listing.

Né d’un père ghanéen et d’une mère anglaise dans le quartier londonien de Camberwell, Appiah supportait Arsenal dans son enfance. Il s’est révélé dans ce que les Anglais appellent le non-League football, à savoir les championnats situés au-dessous des trois niveaux de la Football League, par le biais d’un éducateur. "L’un des professeurs m’a recommandé au club de Gravesend and Northfleet, qui s’appelle aujourd’hui Ebbsfleet United", raconte Appiah. "J’y suis allé et après deux ans avec l’équipe junior, je suis passé en première."

Du covoiturage à la première classe
Il a ensuite signé à Peterborough United, en troisième division. Après plusieurs prêts, il a réalisé une belle saison à Margate, où son efficacité devant le but a attiré l’attention de Crystal Palace, qu’il a rejoint en 2012. Les Eagles évoluaient alors dans l’antichambre de la Premier League. "J’aime créer le danger en partant de loin", se décrit Appiah. "J’aime arriver lancé, prendre la balle, dribbler, donner des passes et apporter de la créativité. Quand j’étais enfant, mes idoles étaient Thierry Henry, Ian Wright et Dennis Bergkamp. Depuis le début de ma carrière, je pioche certaines choses dans leur jeu en essayant d’apporter ma touche personnelle. Mais par-dessus tout, j’aime marquer des buts, comme tous les attaquants."

Âgé de 24 ans, Appiah a été prêté à différents clubs depuis son arrivée à Selhurst Park. C’est à Cambridge, son dernier point de chute, qu’il a éveillé l’intérêt d’Avram Grant. "Tous les jours, je fais du covoiturage quatre autres personnes, je vais à l’entraînement à pied et je reviens de la même manière. Et là, du jour au lendemain, je me retrouve dans des avions, je pars en stage et je me fais assaillir par les supporters ghanéens partout où je passe", raconte l’intéressé, que l’on devine excité au son de sa voix. "J’en profite à fond mais je ne me laisse pas perturber, j’essaie juste de jouer mon jeu quand on me sollicité."

Même s’il apprécie son quotidien à Cambridge, Appiah reconnaît que les stars ghanéennes sont à des années-lumière de la quatrième division anglaise. "Le fait de m’entraîner avec eux et de voir ce qu’ils font au quotidien ne fait qu’alimenter ma confiance en moi, mon envie de progresser et ma volonté d’apprendre à leur contact", assure-t-il. "Je savoure cette opportunité et je vais en profiter au maximum. Tout le monde a fait en sorte que je me sente à l’aise. Petit à petit, on s’habitue les uns aux autres."

Une dose de fraîcheur
La présence d’Appiah apporte une dose de fraîcheur au groupe ghanéen en vue de la compétition organisée en Guinée équatoriale. À la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, les Black Stars ont terminé à la dernière place d’un Groupe G il est vrai difficile. De plus, la compétition a été marquée par le renvoi de Kevin-Prince Boateng et Sulley Muntari par la fédération ghanéenne pour raisons disciplinaires. Le nouveau sélectionneur, Avram Grant, a convoqué cinq joueurs pour leur première CAN, parmi lesquels Appiah.

À l’inverse, Muntari, Boateng et l’expérimenté Michael Essien n’ont pas été retenus. "Grant a une idée très précise du jeu qu’il veut mettre en place et du style qu’il veut nous voir pratiquer", explique le nouveau venu. "Tous les joueurs adhèrent à son discours et font leur maximum pour appliquer les consignes sur le terrain. C’est ça qui compte : les joueurs croient à ce qu’il essaie de mettre en place."

Le Ghana a été versé dans le Groupe C avec l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Sénégal. "Vu de l’extérieur, ça ressemble à un 'groupe de la mort'", souligne le néo-Black Star. "Mais sans faire de bruit, on croit en nos chances de faire une belle compétition et d’aller loin." De la quatrième division à l'équipe nationale, Appiah a lui déjà parcouru un long chemin...

Fifa.com (16/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Ven 16 Jan - 20:27

Premiers matches, premières surprises ?



La Coupe d'Afrique des nations 2015 démarre samedi avec les affrontements ouverts entre outsiders du groupe A, la Guinée équatoriale organisatrice contre le Congo de Claude Le Roy, et ses favoris, le Burkina Faso vice-champion sortant face au Gabon d'Aubameyang.

La Guinée équatoriale, qui a repris au pied levé l'organisation de la 30 édition du tournoi continental après la défection du Maroc, ouvre le bal samedi à Bata (17h00, 16H00 GMT)). Lors de son unique participation, en 2012, déjà sur son sol et dans sa capitale économique, elle avait débuté par un succès (2-1 contre la Libye) qui l'avait mise sur la voie d'une qualification historique pour les quarts de finale.

Face à l'autre outsider du groupe, le Nzalang nacional refera-t-il le coup ? Comme il y a trois ans, c'est une sélection qui assemble des joueurs parfois naturalisés et évoluant dans des championnats de divisions inférieures ou méconnus (Estonie, Malte, Hong Kong, Andorre...).

Et comme il y a trois ans, son sélectionneur a pris ses fonctions quelques jours à peine avant la compétition. L'Argentin Esteban Becker connaît cependant bien le pays puisqu'il a été champion d'Afrique en 2012 à la tête de l'équipe nationale féminine.

"Nous sommes optimistes, nous avons le soutien du public, a-t-il déclaré jeudi. Nous avons deux ou trois joueurs avec des douleurs mais allons faire en sorte d'avoir tous les joueurs à disposition". Ce premier match, avec la cérémonie d'ouverture, devrait être l'un des plus attirants pour les supporteurs locaux.

Problèmes d'hôtels

Le Congo de Claude Le Roy, qui s'est plaint de ne pas avoir assez de chambres dans son hôtel pour sa délégation, a créé la surprise des qualifications au détriment du Nigeria champion en titre.

L'entraîneur français dispose d'une équipe très jeune, incluant Oniangue (Reims) et Ndinga (Olympiakos, ancien d'Auxerre et Monaco). C'est le seul groupe sans aucune expérience en CAN, puisque la dernière pour le Congo était en 2000.

Le deuxième match (20h00, 19h00 GMT) met aux prises les deux favoris du groupe: il s'agit donc pour eux de prendre une option. Le Burkina de Paul Put, qui a dû changer d'hôtel pour gagner en tranquillité, rêve d'atteindre de nouveau la finale.

Mais ses meilleurs joueurs seront-ils à la hauteur, alors qu'Alain Traoré a passé plus de temps à l'infirmerie que sur les terrains en 2014 et que Pitroipa, élu meilleur joueur de la CAN-2013, évolue désormais aux Emirats arabes unis ?

Le Gabon, lui, comptera surtout sur Aubameyang, présent sur le podium du meilleur joueur africain 2014 et qui s'est adapté à Dortmund.

Fifa.com (16/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Ven 16 Jan - 20:50

Burkina Faso, Put : "La finale en 2013 était un miracle"



La finale de Coupe d'Afrique disputée par le Burkina Faso en 2013 relevait du "miracle", a estimé vendredi son sélectionneur belge Paul Put à la veille de l'entrée en lice dans la CAN-2015 contre le Gabon à Bata.

Quel est l'état de forme de votre équipe ?
On a fait une très bonne préparation. Ce qui est dommage, c'est qu'on ait eu des difficultés pour entrer à Bata et au niveau du logement, mais demain on n'a pas d'excuse. On affronte le Gabon qui jouera à domicile, soutenu par beaucoup de supporters. Pour nous, c'est un match en déplacement. Le Gabon est une très bonne équipe, ça a toujours été serré contre nous.

Comptez-vous faire mieux qu'à la dernière CAN lorsque vous avez perdu la finale (1-0 face au Nigeria), avec la pression que ce statut de vice-champion suppose ?
Le rêve, c'est de faire mieux, mais en 2013 on a fait des miracles. Il faut déjà passer le premier tour, c'est toujours compliqué, il faut être réaliste. Une fois qu'on l'a passé, avec un peu de chance au tirage... Il y a toujours de la pression au Burkina, mais le foot est comme ça. On a joué la finale, mais c'était un miracle et j'avais plus de joueurs en compétition que cette fois.

Comment vont Jonathan Pitroipa et Alain Traoré ?
Pitroipa peut faire la différence à tout moment. Il a été le meilleur buteur en qualifications, il était motivé, je l'ai constaté aux entraînements. Il est beaucoup plus motivé qu'avant mon arrivée. Traoré, j'étais en contact avec son préparateur physique à Lorient. Il n'a pas beaucoup joué en équipe première, mais il a joué avec la réserve. Ce qu'il a montré aux entraînements me donne espoir.

Fifa.com (16/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Sam 17 Jan - 16:30

Favorite, la Tunisie entre en scène



La Tunisie effectue ses grands débuts dans le groupe B de la Coupe d'Afrique des nations en affrontant le Cap Vert, alors que la Zambie, vainqueur surprise en 2012, devra se méfier de la RD Congo, dimanche à Ebebiyin.

Les Aigles de Carthage, qui attendent impatiemment leur 2e sacre depuis 2004, ont été particulièrement gâtés par le tirage au sort et ne doivent pas laisser passer cette occasion en or dans une poule à leur portée après leurs déconvenues de ces dernières années (éliminations au 1er tour en 2010 et 2013, quart de finale en 2012).

Avec le modeste Cap Vert comme premier adversaire, les Tunisiens ont aussi l'opportunité de regonfler un moral en berne après les mésaventures de ces derniers jours.

Juste avant de débarquer en Guinée Equatoriale, ils ont en effet enregistré les forfaits de deux attaquants, l'éphémère Marseillais Saber Khalifa et le néo-Messin Fakhreddine Ben Youssef. Pour ne rien arranger, les troupes de Georges Leekens, le 10e sélectionneur en sept ans, ont découvert des conditions d'hébergement médiocres à Ebebiyin, l'une des deux villes de Guinée Equatoriale, avec Mongomo, ne disposant pas d'infrastructures adéquates pour l'organisation d'une compétition telle que la CAN.

"Nous avons vécu des choses très étranges et inattendues depuis notre arrivée à l'hôtel, comme des coupures de courant et d'eau et nous avons été obligé de dîner sous la lumière des bougies, a révélé le technicien belge. C'est une situation très triste et qui perturbe la concentration du groupe".

Invaincus lors des qualifications, les Tunisiens ne pourront toutefois pas se cacher derrière ce genre d'excuses en cas de nouvelles contre-performances, même s'il ne faudra pas non plus sous-estimer les Cap Verdiens.

Quart de finalistes en 2013 pour la première fois de leur histoire, les Tubarões Azuis (les Requins Bleus) l'avaient emporté 2-0 en Tunisie en septembre 2013 sur la route du Mondial-2014, avant d'être disqualifiés sur tapis vert pour avoir aligné un joueur suspendu.

L'autre rencontre de la journée semble beaucoup plus indécise. La Zambie, sensation de l'édition 2012, rêve de refaire le même coup mais sa tâche paraît cette fois plus ardue. Hervé Renard a quitté le banc des Chipolopolos et son capitaine emblématique Chris Katongo, élu meilleur joueur du tournoi il y a trois ans, a rendu son tablier.

Les Zambiens ont également connu leur lot de contrariétés puisqu'ils ne sont arrivés que vendredi à Ebebiyin en provenance d'Afrique du Sud, avec une escale en Ethiopie, et n'auront eu qu'une séance d'entraînement sur place avant d'entrer en scène.

La République démocratique du Congo peut elle compter sur ses deux grands clubs, le TP Mazembe et l'AS Vita Club, pour aligner une équipe compétitive.

Fifa.com (17/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 20:16

Côte d'Ivoire, Renard : "Passer à des choses moins bling bling"



Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d'Ivoire, a estimé samedi que son équipe devait "passer à des choses moins bling bling" après la retraite de la légende Didier Drogba et de plusieurs membres de la génération dorée, à trois jours de son entrée en lice à la CAN-2015, mardi contre la Guinée.

Vous êtes arrivés vendredi en Guinée Équatoriale. Comment se passe votre acclimatation?
Pour nous, tout va bien. Le staff technique et les joueurs connaissent cet endroit, puisque la Côte d'Ivoire était déjà là il y a 3 ans. Maintenant, il faut s'adapter aux conditions d'une Coupe d'Afrique. Il faut s'acclimater à tout. Quand on vient d'Abou Dhabi (lieu du stage de préparation, ndlr) où les terrains ressemblent à des greens de golf, c'est plus difficile mais on savait à quoi s'en tenir. Il faut remettre les têtes dans le droit chemin mais nous, on n'a pas de problèmes particuliers pour l'instant.

Yaya Touré ne s'est pas entraîné samedi. Y a t-il un souci?
Non. Comme il a beaucoup joué entre Noël et le Jour de l'An avec Manchester City, il voulait couper un peu aujourd'hui, à 72 heures du 1er match. Sinon, il n'y a aucun blessé, pas de soucis.

Comment se sentent vos joueurs?
On a passé un super stage, où les joueurs ont été très réceptifs et les entraînements de qualité. Donc pour l'instant tout est beau mais le plus important c'est la compétition et il n'y a pas beaucoup de temps. Dès mardi, il va falloir être très concentré contre la Guinée.

Vous faîtes partie des grands favoris. Sentez-vous la pression monter petit à petit?
Non. On est à chaque fois attendu, mais il y a quelques variantes depuis les années précédentes. Le groupe a été très rajeuni et si on se réfère aux qualifications, on ne peut pas faire partie des favoris. Mais quand un adversaire affronte la Côte d'Ivoire, il y a tout ce que cela comporte: trois Coupes du monde consécutives, des joueurs qui jouent dans les plus grands clubs. Mais il faut retrouver plus de cohésion collective pour pouvoir prétendre à quelque chose.

Didier Drogba n'est plus là. Comment on gère une telle absence?
S'il n'est pas là, c'est parce qu'il n'a pas voulu venir. Sinon, il aurait été certainement là.

Vous auriez souhaité sa présence?
Bien sûr. On ne peut pas se passer des meilleurs joueurs dans une grande compétition. Maintenant la page est tournée. Il ne s'est pas prononcé en septembre, mais en août. Il faut faire avec. Comme je le disais, l'effectif n'est plus le même par rapport à la Côte d'Ivoire, finaliste en 2010 et 2012. Il faut passer à des choses moins bling bling mais plus efficaces.

Il y a quand même encore de grands noms, Yaya Touré, Wilfried Bony...
Wilfried, c'est un buteur mais il faut le mettre dans de bonnes conditions. Yaya, ce n'est même pas la peine d'en parler. Depuis 4 ans, c'est le meilleur joueur africain, ce n'est pas par hasard. Maintenant, il faut construire une équipe autour de lui capable d'avoir une bonne homogénéité et un équilibre. C'est le plus difficile en football. Il ne suffit pas d'associer des noms. Si on met Messi avec Ronaldo et Ibrahimovic, je ne sais pas si cela peut marcher. Pourtant ce sont les 3 meilleurs attaquants. Il faut avoir la volonté de bien faire ensemble.

Quel est votre état d'esprit d'un point de vue personnel après votre expérience en Ligue 1 à Sochaux?
Je suis heureux d'être ici, fier d'être à la tête de la Côte d'Ivoire. Vous connaissez mon caractère, je ne suis pas venu ici pour faire de la figuration. J'ai eu une expérience fantastique dans un club merveilleux qui m'a donné ma chance en Ligue 1. On a fini 6e dans les matches retours, cela n'a pas suffi. Mais c'était exceptionnel. Cela aurait pu mieux se terminer mais je suis persuadé que Sochaux va réussir à remonter cette année.

Fifa.com (17/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 20:19

Guinée équatoriale 1 - Congo 1
Le Congo arrache le nul contre la Guinée équatoriale




Le Congo de Claude Le Roy a arraché le nul dans le match d'ouverture de la CAN-2015 entre les deux outsiders du groupe A, face à la Guinée équatoriale (1-1) soutenue par son public, samedi à Bata.

Bifouma, ancien joueur de l'équipe de France Espoirs, a sauvé les Diables rouges en égalisant à la 87e minute, même si ce score de parité, qui reflète les débats, n'arrange pas vraiment les deux équipes avant l'affiche entre Burkina Faso et Gabon.

Effet local oblige, le Nzalang nacional (éclair national) a d'emblée mis plus de fougue dans la partie, alors que les Congolais semblaient dépassés, comme anesthésiés par l'ambiance, et largement battus dans l'agressivité.

Cet écart s'est du coup vite traduit au tableau d'affichage avec l'ouverture du score signée Nsue Lopez, après une transmission plein axe d'Edu Salvador (16e).

Les deux joueurs étaient d'ailleurs les principaux poisons pour les adversaires, entre un capitaine multipliant les appels, avec encore une frappe excentrée dangereuse (70e), et son très vif passeur décisif.

Siège récompensé
Balboa, l'autre attaquant, qui avait inscrit le but de la victoire lors du premier match du Nzalang dans une CAN (en 2012, déjà à Bata), se tenait en soutien, dans un rôle précieux. Mais il perdait son duel avec le gardien (61e).

Les Congolais, eux, s'efforçaient de poser le jeu, autour des organisateurs Oniangue et Ndinga, et ont contrôlé la seconde période en montant progressivement en puissance, jusqu'à faire le siège des cages adverses dans le dernier quart d'heure, siège finalement récompensé.

Leur première période timide est-elle due aux ennuis d'intendance et logistiques qui ont perturbé le début de leur séjour dans le pays ?

Il fallut en tout cas attendre la 67e minute pour voir une occasion franche des Diables rouges, avec cette frappe vicieuse de Douniama détournée par le gardien (67e), puis le poteau trouvé par Nganga sur coup franc (82e).

Bifouma libérait les siens sur la fin et douchait les 35.000 supporters locaux. Mais la CAN-2015, à la préparation mouvementée avec le désistement du Maroc en novembre, était bel et bien lancée.

Fifa.com (17/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 20:29

Burkina Faso 0 - Gabon 2
Le Gabon plus réaliste que le Burkina Faso




La Gabon a pris la tête du groupe A de la CAN-2015 voire une petite option sur la qualification en se montrant beaucoup plus efficace que le Burkina Faso 2-0, vice-champion dans la panade, samedi à Bata.

Les Panthères de Jorge Costa devancent au classement la Guinée équatoriale organisatrice et le Congo de Claude Le Roy, qui s'étaient séparés sur un nul (1-1) plus tôt lors du match d'ouverture. Le Burkina de Paul Put ferme la marche, déjà en danger, la faute à une finition déficiente dans cette affiche du groupe A.

C'est Aubameyang qui a lancé les hostilités: le capitaine du Gabon perdait d'abord son duel avec le gardien puis récupérait le ballon et, plein de sang froid, le logeait au fond des filets d'une frappe puissante (19e).

Orpheline des superstars Drogba et Eto'o pour la première fois depuis des lustres, la Coupe d'Afrique consacrera-t-elle un autre buteur en la personne d'"Aubam'" ? L'attaquant de Dortmund a en tout cas un coup à jouer. Pour marquer les esprits, il faudrait sans doute que sa sélection aille pour la première fois de son histoire en demi-finale.

Il a marqué sur une contre-attaque, car telle était la physionomie du match, avec une mainmise des Etalons sur le jeu, dans l'ensemble, avant un relâchement en fin de partie qui leur fut fatal.

Ce contrôle du jeu, avec le capitaine Kaboré en plaque tournante, a donné lieu à plusieurs occasions franches, vendangées en première période par un Pitroipa titularisé en pointe (30e, 37e), puis signées des frères Traoré: Alain par ses coups francs rasant les montants ou repoussé par le gardien, et le cadet Bertrand au moyen d'un déboulé côté gauche conclu d'une frappe au premier poteau sortie par le gardien... du pied: un arrêt sensationnel (64e).

Or dans le foot, vendanger n'est pas récolter, et les Etalons plongeaient physiquement, à l'image d'Alain Traoré ou Pitroipa, leurs talismans sans jus. Et les Panthères, offensivement plus tranchantes, parvenaient à tuer le match d'un centre de Bulot repris de la tête par Evouna (72e).

Fifa.com (17/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 20:31

Gabon, Aubameyang : "Devenir un grand comme Drogba et Eto'o"



"J'essaie de faire le max pour devenir un grand comme Drogba et Eto'o", a déclaré Pierre-Emerick Aubameyang, capitaine du Gabon auteur d'un but contre le Burkina Faso (2-0) pour le premier jour de la CAN-2015, samedi à Bata.

Qu'est-ce qui a fait la différence ?
On a su mettre les ingrédients nécessaires, on a bien construit nos actions. On aurait pu faire plus, mais on a bien joué nos coups, notamment dans nos dernières passes.

Avez-vous une revanche personnelle à prendre et après votre tir au but raté en quart de finale contre le Mali lors de la CAN-2012 coorganisée par la Guinée équatoriale ?
Ce penalty raté contre Mali en quart, même s'il a été raté, reste un bon souvenir pour moi parce qu'il m'a fait grandir. Aujourd'hui on recommence à zéro, c'est un nouveau tournoi, et ça commence bien, avec ce but. J'espère que cette fois on passera en quart et s'il y a encore un penalty, je le marquerai.

Ressentez-vous la pression d'être considéré comme un successeur possible à Drogba et Eto'o?
Je n'ai pas la pression. Peut-être qu'il y a une attente, j'ai vu à l'échauffement que les gens m'ont applaudi particulièrement. Ca fait plaisir, ça donne de la motivation et envie de briller. Quand on attend de vous de grandes choses, on essaie de faire de grandes choses. J'essaie de faire le max pour devenir un grand comme Drogba et Eto'o.

Fifa.com (17/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 20:41

Mbia : "Le Cameroun est en reconstruction"



Suspendu pour le 1er match de la CAN-2015 contre le Mali, mardi, et arrivé blessé en stage, Stéphane Mbia, le capitaine des Lions Indomptables, est revenu dimanche sur la retraite de Samuel Eto'o, expliquant que "l'Afrique et le Cameroun" avaient "perdu un très très grand joueur."

Comment se sent le groupe à deux jours de son entrée en lice?
On aborde la dernière ligne droite pour bien récupérer et penser au match contre le Mali, qui est très important.

Certaines sélections se plaignent des conditions d'accueil. Comment ça se passe pour vous?
On va juste se concentrer sur nous et le plus important c'est l'état d'esprit. Tout ce qu'il y a autour, ce n'est pas important. Il faut se focaliser sur l'objectif.

Quelles sont vos ambitions dans cette Coupe d'Afrique?
On a les mêmes ambitions que lors des qualifications. Tout ce qui nous arrive, ce n'est que du bonus. Il faut savoir que l'équipe du Cameroun est en reconstruction, mais il faut bien se préparer pour cette phase finale qui est très importante pour notre pays et pour nous les joueurs. On est là aussi pour préparer la CAN-2019 qui sera à domicile.

Comment vous sentez-vous à titre personnel?
Très très bien. Je suis juste un peu déçu de ne pas jouer le premier match. Je ne veux pas faire de polémique, mais je pense aussi que le boulot n'a pas été fait. Le plus important maintenant, c'est que je puisse récupérer et soutenir mes coéquipiers pendant le premier match. Je suis déçu par ce carton rouge (lors du dernier match des qualifications contre la Côte d'Ivoire, ndlr). Il n'y avait pas faute. J'en ai parlé avec l'arbitre après le match et je ne suis pas heureux.

Qui n'a pas bien fait son boulot?
C'est compliqué. Je suis censé reprendre 15 jours après ma blessure (à la cuisse droite subie en Liga avec le FC Séville, le 3 janvier, ndlr). Le staff médical et le préparateur physique m'ont fait revenir plus tôt. Donc le travail n'a pas été fait. Vous pouvez vous-mêmes en tirer les conclusions.

Avec la retraite de Samuel Eto'o, vous considérez-vous comme le nouveau guide des Lions Indomptables?
Le plus important c'est le travail effectué par le manager (Volker Finke, ndlr). Je suis juste un relais entre le manager et mes coéquipiers. Le plus important c'est l'état d'esprit qui règne actuellement au sein de la sélection. L'entraîneur a su imposer ses choix et sa discipline, ce qui fera notre force dans les années à venir. Maintenant, on regarde tous dans la même direction. Si tu as un coéquipier qui est capable de courir pour l'autre, je pense que cela détermine l'état d'esprit du groupe.

Ce n'était pas le cas avant?
C'était un peu compliqué.

Comment on gère l'absence d'un joueur comme Eto'o?
C'est un très très grand joueur qui va beaucoup nous manquer humainement. Certains n'ont pas accepté sa façon de vivre et d'être mais c'est un bon gars.

Vous pensez qu'il aurait pu continuer en sélection?
Je pense qu'il aurait pu continuer, mais il a pris la décision d'arrêter et c'est une grande déception pour l'Afrique et le Cameroun, qui ont perdu un très très grand joueur.

Fifa.com (18/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 20:54

Choc Ghana-Sénégal, entrée de l'Algérie



Le premier grand choc de la CAN-2015 se profile lundi à Mongomo avec Ghana-Sénégal (16h00 GMT), suivi de l'entrée en lice de l'Algérie, un des grands favoris, face à l'Afrique du Sud (19h00 GMT).

Le vice-champion d'Afrique, le Burkina Faso, a chuté d'emblée (2-0 face au Gabon samedi). Le Ghana des frères Ayew, une des valeurs sûres du foot continental, doit éviter pareille mésaventure pour ses débuts en Guinée équatoriale dans le "groupe de la mort".

Les "Black Stars" veulent se racheter d'une Coupe du monde ratée, entre élimination dès le premier tour et problèmes disciplinaires. Mais ils ont surtout une revanche à prendre dans une CAN où ils ont été souvent bien placés, présents dans le dernier carré des quatre dernières éditions, mais jamais gagnants depuis 1982.

L'équipe désormais dirigée par l'Israélien Avram Grant a été rajeunie. "En 2010, 80 à 85% de l'équipe était constituée de joueurs de l'équipe des moins de 20 ans et il n'y avait pas d'espoir, mais nous avions réussi à atteindre la finale", se souvient l'attaquant Gyan.

Le capitaine ghanéen, à la lourde histoire personnelle avec la CAN, a "toujours en tête de faire quelque chose avant la prochaine génération", et veut "en finir avec la malédiction". Mais il est très incertain pour lundi: il a passé la nuit de samedi à dimanche à l'hôpital après un accès de paludisme, et ne s'est pas entraîné dimanche.

Le Sénégal pour sa première
Le Sénégal, lui, n'a jamais remporté le tournoi, et reste sur deux piteuses éliminations au premier tour. Son dernier séjour en Guinée équatoriale s'était soldé par trois défaites 2-1 dans un groupe pourtant à sa portée, et malgré un secteur offensif composé de noms rutilants.

Le sélectionneur Alain Giresse, en poste depuis début 2013, a fait des choix en écartant Demba Ba tout en s'appuyant sur des Moussa Sow ou Papiss Cissé. Le meneur Sadio Mané, qui relève de blessure, a participé aux derniers entraînements collectifs mais pourrait être trop juste pour débuter lundi.

Les "Lions de la Téranga" sont parvenus à verrouiller leur défense, qui n'a encaissé qu'un seul but en parcours de qualifications.

Face à l'Afrique du Sud, l'Algérie sera très attendue, après une Coupe du monde réussie avec sa première participation à un 8e de finale, où elle a bousculé l'Allemagne (1-2 a.p.), et un parcours de qualifications rondement mené.

Christian Gourcuff a remplacé Vahid Halilhodzic à la tête des "Fennecs", et le meneur Brahimi (FC Porto) est la révélation algérienne du second semestre 2014, s'affirmant comme un leader technique aux côtés de Feghouli (Valence).

Bref, l'équipe a gagné en maturité, après une CAN-2013 où son beau jeu ne l'avait pas empêchée d'être sortie dès le premier tour. Mais saura-t-elle gérer la pression que son statut de première nation africaine au classement Fifa suppose, et alors que tout un pays se prend à rêver d'un second titre continental, après 1990?

L'Algérie affronte l'Afrique du Sud, aux noms moins ronflants mais qui a connu une belle campagne qualificative (aucune défaite). Le drame qui l'a touchée, le meurtre de son gardien et capitaine Senzo Meyiwa en octobre, a aussi contribué à une forme d'union sacrée.

Fifa.com (18/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 21:00

Ghana : Andre Ayew évite d'évoquer le titre



"Je ne dirais pas qu'on est là pour gagner la coupe", a avancé dimanche l'attaquant Andre Ayew à la veille de l'entrée en lice du Ghana dans la CAN contre le Sénégal, malgré les quatre demi-finales de suite des Black Stars dans le tournoi.

Les Ghanéens ont remporté quatre Coupes d'Afrique des nations, la dernière en 1982, et ont atteint le dernier carré des quatre dernières éditions.

"On a beaucoup de jeunes joueurs, et je ne dirais pas qu'on est là pour gagner la coupe, on va jouer match après match, a-t-il déclaré en conférence de presse à Mongomo. En 2010 on était arrivé en finale peu après avoir gagné le Mondial des moins de 20 ans, on arrivait plein de confiance".

Interrogé sur la gestion de l'après-Coupe du monde au Brésil, le joueur du club français de l'Olympique de Marseille a répondu: "Sur le terrain, on avait montré de belles choses dans le jeu, on a posé des problèmes au futur champion du monde (l'Allemagne, 2-2 en phase de groupes, ndlr). Bien sûr, il y a eu des choses extra-sportives (exclusion de deux joueurs pour indiscipline, ndlr), mais c'est derrière nous. Depuis, nous avons joué des qualifications, je félicite d'ailleurs tous les joueurs pour leur implication".

"La situation est différente par rapport au Brésil, on a changé plusieurs fois d'entraîneur en six mois, mais on est des professionnels, on doit savoir s'adapter à la situation, a-t-il poursuivi. Aujourd'hui, nous avons un grand coach, qui a entraîné de grands clubs, qui a beaucoup d'expérience, et je suis très content parce qu'Avram Grant peut nous apporter beaucoup".

"On a la poule la plus difficile, il y a de très bonnes équipes, toutes capables d'aller le plus loin possible, a-t-il relevé à propos du groupe C comprenant également l'Algérie et l'Afrique du Sud. Contre le Sénégal, il y aura beaucoup de détermination des deux côtés. Ca fait longtemps que le Sénégal n'est pas allé loin dans la compétition, mais on aura à coeur de bien faire, à nous d'être vigilants et de bien débuter".

Fifa.com (18/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 21:02

Zambie 1 - RD Congo 1
La RDC concède le nul à la Zambie




La République Démocratique du Congo, dominatrice mais trop imprécise, a concédé le nul 1-1 face à la Zambie, dans le match entre deux outsiders du Groupe B de la CAN-2015, dimanche à Ebebiyin.

Avec ce nul face à un concurrent direct, les Congolais manquent l'occasion de mettre la pression sur la Tunisie, opposée plus tard en soirée au Cap-Vert (19h00 GMT) et qui entend justifier son statut de favori.

Dans cette rencontre aux allures de derby de l'Afrique subtropicale --les pays partagent une longue frontière commune-- ce sont pourtant les "Congolais" de la Zambie qui ont failli faire pencher la balance en leur faveur. En seulement une minute.

Sur la première action du match, Singuluma, attaquant du prestigieux club congolais du TP Mazembe, profite avec son "double coéquipier" Kalaba de la surprenante passivité de la défense adverse, totalement spectatrice, pour inscrire le but le plus rapide de la compétition (1re).

Trop friables en défense et imprécis en attaque, les "Léopards" de la RDC, en lice pour leur deuxième CAN d'affilée, manquent leur entrée. Et pourtant ils ont eu des occasions.

Maladresse
Dieumerci Mbokani d'abord a vu le ciel le fuir au moment d'égaliser (Cool. A l'affût sur une grosse faute de main du gardien zambien Mweene, héros de la séance de tirs au but victorieuse lors de la finale de 2012 contre la Côte d'Ivoire, l'ancien attaquant de l'AS Monaco a manqué l'immanquable l'offrande en tirant au-dessus.

C'est Bolasie qui a finalement sauvé les siens de l'affront, récompensé de ses efforts après deux occasions manquées en première période (32, 42).

Bien servi en retrait, l'ailier de Crystal Palace n'a pas manqué la troisième, en concluant le mouvement d'un plat du pied imparable (66).

Sevrés du titre suprême du continent depuis 1968 et 1974, les Congolais vont devoir régler la mire dans le dernier geste pour espérer aller loin.

Avec seulement 9 des 23 héros de l'édition victorieuse en 2012, la Zambie, prématurément éliminée dès le premier tour de la CAN 2013, a montré de son côté ses limites physiques pour répéter l'exploit de la bande à Hervé Renard.

Fifa.com (18/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Dim 18 Jan - 21:03

Giresse : "Le Sénégal a de l'ambition"



Le Sénégal se lance dans l'édition 2015 de la Coupe d'Afrique, qu'il n'a jamais remportée, avec "ambition" mais sachant que "le terrain décidera", a estimé son sélectionneur Alain Giresse avant d'entrer en lice contre le Ghana, lundi à Mongomo.

"On part pour avoir de l'ambition et faire des performances, a dit l'entraîneur français. C'est le terrain qui décidera jusqu'où ça peut nous mener".

Interrogé sur le groupe C (qui comprend aussi l'Algérie et l'Afrique du Sud) et le Ghana, Giresse a répondu: "Il a été qualifé de groupe le plus difficile: il y a trois équipes qui ont fini première de leur groupe, et deux qui ont fait la Coupe du monde. Le Ghana fait partie des très bonnes équipes du continent, c'est comme ça à chaque CAN".

"A la dernière Coupe du monde, les Ghanéens ont été à la hauteur, et ont failli se qualifier pour les demi-finales en 2010, a-t-il rappelé. Cette équipe-là n'échappe pas à la règle de la réputation du Ghana. Elle fait partie des favoris mais pour les dernières CAN ce n'était pas les favoris qui étaient au rendez-vous. La CAN est particulière, à la différence de la Coupe du monde où on retrouve souvent les favoris au bout".

Concernant les conditions logistiques trouvée à Mongomo, "on s'adapte aux conditions tout à fait correctes, entre l'hébergement et les entraînements. La visite nous inquiétait, mais on était rassurés une fois sur place", a-t-il conclu.

"Le sélectionneur a construit l'équipe en vue de la CAN, a souligné de son côté son gardien et capitaine, Bouna Coundoul. On voit clairement ce qu'il veut faire avec notre équipe. On ne dit pas qu'on ira au bout, on va prendre match après match, mais nous sommes prêts".

A propos du fiasco des "Lions de la Teranga" lors de la CAN coorganisée par la Guinée équatoriale et le Gabon en 2012 (trois défaites au premier tour), Coundoul a répondu: "Le passé n'existe plus, mais on peut apprendre des choses. On est dans une dynamique positive, on est venu ici avec une autre mentalité, un autre staff. En tant que capitaine, je vais aider mes jeunes coéquipiers en leur montrant comment faire les choses, comment on doit gagner match après match".

Fifa.com (18/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 19 Jan - 18:10

Tunsie 1 - Cap Vert 1
La Tunisie se prend les crampons dans le tapis




La Tunisie, favorite de sa poule, qui menait au score, a concédé un nul embarrassant contre le modeste Cap-Vert (1-1), dimanche à Ebebiyin (Guinée-Équatoriale), lors de la 1re journée d'un groupe B devenu passionnant.

Après l'autre nul, un peu plus tôt dans l'après-midi, entre la RD Congo et la Zambie (1-1), le groupe B prend un relief inattendu et s'annonce beaucoup plus serré que prévu, avec ses quatre équipes à parfaite égalité, toutes avec un point.

Les "Aigles de Carthage" ont cru avoir fait le plus dur quand le duo du "Sfax" Maaloul-Moncer a fait parler ses automatismes, le premier, lancé en profondeur, servant le deuxième, oublié au second poteau (1-0, 70e).

Mais la joie de Georges Leekens fut de courte durée. Une poignée de minutes plus tard, le coach belge des Tunisiens, élégant avec costume gris et cravate mauve, voyait Ben Youssef faucher Heldon. Le joueur du Sporting Portugal s'est chargé lui même de se faire justice et de convertir son penalty (1-1, 78e).

Les "Aigles de Carthage", en quête d'un 2e sacre depuis 2004, savent maintenant que rien ne sera facile. Certes les Tunisiens ont pâti des problèmes logistiques, mais toutes les équipes sont logées à la même enseigne. Et les partenaires de Khazri ont surtout payé leur errements en première période, incapables d'imprimer ni maîtrise ni rythme à la rencontre. C'est même le Cap-Vert qui avait fait la meilleure impression dès l'entame de match, avec cette tête de Varela (Steaua Bucarest) qui trouvait un poteau dès la 2e minute.

Voilà au final un bon résultat pour le Cap-Vert et une grosse désillusion pour les Tunisiens.

Fifa.com (18/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par rachid_as le Lun 19 Jan - 18:20

Côte d'Ivoire, Kalou : "Le meilleur grigri, c'est le travail"



Salomon Kalou est un professionnel, un vrai. Quel que soit le maillot qu’il porte, il fait tous les efforts pour faire ce qu’on attend de lui : marquer des buts. Et il le fait bien ! Au Feyenoord, où il est arrivé très jeune en provenance de l’ASEC Abidjan, à Chelsea ou à Lille, il a d’ailleurs marqué au moins un hat-trick pour laisser une trace de son passage… et à chaque fois gardé le ballon en souvenir !

Car derrière le professionnel consciencieux se cache un passionné qui, à 29 ans, est nostalgique des Coupes d’Afrique des Nations suivies entre amis au pays, qui se pointe appareil photo autour du cou lors de son arrivée à Chelsea, qui collectionne les maillots des adversaires qu’il a affrontés, et qui parle avec humour ou gravité, mais toujours avec sincérité, des marabouts dans le football africain ou de la guerre civile en Côte d’Ivoire.

Au micro de FIFA.com, l’attaquant du Hertha Berlin et des Éléphants évoque aussi, entre tous ces sujets, la CAN 2015 et l’héritage de Drogba et Eto’o.


Salomon, la Côte d’Ivoire est sur le point de faire son entrée dans la CAN 2015. Quelle est généralement l’ambiance dans un quartier ivoirien avant cet événement ?
C’est toute une préparation. Tout le monde ne parle que de ça, on se réunit et on vérifie la télévision. On décore les maisons. Et tout le monde porte des capes orange, des maillots orange. A chaque fois, on fait tout ce qu’on peut pour, de chez nous, pousser notre pays vers la victoire. C’est une grande fête, on voit tout le monde dans la rue en orange-blanc-vert, des soirées s’organisent pour regarder les matches ensemble, il y a des fêtes, de la musique… C’est un peu comme un grand carnaval dans tout le pays chaque fois que la compétition approche.

Maintenant que vous êtes du côté des joueurs, cet enthousiasme a-t-il un peu disparu ?
Oui, ça me manque beaucoup. Quand on devient joueur professionnel, on perd un peu cette passion, on voit le tournoi autrement, on est concentré et on a des objectifs. On perd le côté jovial et festif de la CAN, on a juste envie d’en découdre et on attend que la compétition commence. Quand on est supporter, on vit cette passion, cette montée en température petit à petit jusqu’au coup d’envoi du premier match, et après on vit passionnément chaque seconde de la compétition. J’adorais cette ambiance.

Dans le Groupe D, vous allez affronter la Guinée, le Mali, et le Cameroun. Ce troisième match sera sans Didier Drogba ni Samuel Eto’o, qui ont tous deux pris leur retraite internationale. C’est un peu comme un Real Madrid - Barcelone sans Messi et Ronaldo…
(rires) Oui, c’est sûr qu’on peut le décrire comme ça, c’est difficile à imaginer ! Mais c’est comme si on imaginait il y a quelques années un Barça sans Ronaldinho, et un Real sans Zidane. Pourtant aujourd’hui, il y a Messi et Ronaldo. Dans les grandes équipes, il y aura toujours des joueurs pour prendre la relève. Même si Didier et Samuel manqueront énormément aux deux équipes, un Côte d’Ivoire - Cameroun est toujours un gros match, et ça ne date pas d’hier. Il y a une grosse rivalité et elle continue même après les départs de ces deux grands joueurs.

Drogba et Eto’o ont-ils été les modèles de toute une génération d’enfants africains ?
Ces deux joueurs ont poussé le football africain au-delà de ses limites. Aujourd’hui, Eto’o et Drogba ne représentent pas seulement la Côte d’Ivoire ou le Cameroun, ils représentent la réussite de tout un continent et ont servi d’exemple à des jeunes de toute l’Afrique, et pas uniquement dans le football. Le fait qu’ils aient réussi avec leur pays, mais aussi dans les grands clubs où ils sont passé, ça ouvre des portes pour nous. Grâce à eux, quand un joueur africain arrive dans un club, on le respecte davantage. Ils ont montré le meilleur exemple de ce qu’on peut attendre d’un joueur africain.

A la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014, la Côte d’Ivoire avait Drogba, le Cameroun avait Eto’o, l’Argentine avait Messi, le Brésil avait Neymar, le Portugal avait Ronaldo, mais c’est l’Allemagne - qui avait une équipe - qui s’est imposée. Est-ce la meilleure preuve que le succès est collectif ?
Avoir les meilleurs joueurs, ça ne suffit plus pour gagner. Il faut toute une organisation et une cohérence pour gagner une compétition. Quand on prend le palmarès de toutes les grandes équipes dans l’histoire, l’Allemagne et l’Italie sont deux équipes qui arrivent toujours très loin, voire au bout, parce qu’elles ont toujours eu une bonne organisation et une mentalité de gagnant. Pourtant, aucun de ces deux pays n’a jamais eu d’immenses joueurs, comme l’Argentine ou le Brésil. Avoir un grand joueur dans une équipe, ça aide, mais ce n’est pas une garantie de remporter des tournois automatiquement.

Du coup, les Eléphants peuvent-ils être plus forts et gagner le tournoi sans Didier Drogba ?
C’est sûr qu’on perd un atout, on est peut-être moins favoris parce que les gens se disent qu’on est moins forts sans Didier. Mais nous restons une équipe soudée, et on peut être encore meilleurs collectivement et gagner le tournoi. A un moment donné, on s’est peut-être trop reposés sur nos individualités au détriment de notre collectif. Sur certains matches plutôt faciles, ça nous a suffi pour gagner. Mais à chaque fois qu’on est tombés sur des équipes mieux organisées que nous, comme l’Egypte ou la Zambie, on a eu du mal à passer. Ils avaient une organisation et un collectif très fort, et nous n’avons répondu que par nos individualités. Ça nous a causé beaucoup de problèmes.

Hervé Renard a réussi justement à gagner la CAN avec la Zambie sans star. Voyez-vous en lui un homme capable de rapporter le trophée en Côte d’Ivoire ?
Oui, j’en suis persuadé. Il a l’expérience de l’avoir déjà gagnée, et c’est plus facile de réécrire l’histoire quand on l’a déjà écrite par le passé. Rien n’arrive au hasard. S’il a réussi à gagner une CAN avec une équipe moins forte, il peut le répéter avec la Côte d’Ivoire.

Vous avez évolué six saisons à Chelsea, sans jamais être titulaire indiscutable. Auriez-vous eu une meilleure carrière en étant titulaire dans un plus petit club, plutôt que remplaçant dans un grand ?
Je suis arrivé à Chelsea très jeune, j’avais 20 ans, et il y avait de grands joueurs de qualité et d’expérience qui étaient là depuis longtemps. J’ai appris à leurs côtés au quotidien, ils m’ont aidé à progresser. Mais j’ai gagné des titres là-bas, et pas en restant sur le banc ! J’ai mis 60 buts en six ans. Pour quelqu’un qui était jeune et pas titulaire, j’estime que ce sont de bons chiffres... Rester six ans dans un tel club, qui avait des moyens et qui pouvait acheter chaque année deux grands attaquants, et réussir à toujours y avoir ma place, c’est quelque chose dont je suis fier et qui m’a fait mûrir.

Une rumeur prétend que vous êtes arrivé avec un appareil photo à votre premier entrainement à Chelsea…
(rires) Ah non ! Ça ne s’est pas passé comme ça ! Je suis arrivé et on partait en stage aux Etats-Unis. Moi je n’y étais jamais allé, c’était ma première fois, on allait à Los Angeles, alors j’ai ramené mon appareil avec moi. Donc les gens ont déformé, on a dit que jétais arrivé avec un appareil pour prendre des photos avec les grands joueurs et on m’a chambré. Mais un joueur comme Didier, ou d’autres, je les connaissais bien avant de signer à Chelsea ! Donc c’était uniquement pour prendre des photos et garder des souvenirs des Etats-Unis. Il faut rétablir la vérité ! (rires)

Depuis aôut 2014, vous jouez au Hertha Berlin. Quel bilan tirez-vous de votre première partie de saison dans le "championnat des champions du monde" ?
C’est un championnat de haut niveau, je pense du même niveau que l’Espagne. Mais je place l’Angleterre un cran au-dessus, car il y a plusieurs équipes qui se battent en haut du classement, tandis qu’en Allemagne, le Bayern Munich, avec les joueurs et les moyens qu’il a, domine largement. Mais derrière, le niveau général est relevé, les stades sont remplis, les pelouses sont belles, c’est du haut niveau. Le jeu est ouvert, donc un attaquant qui arrive à bien se placer devant le but peut marquer beaucoup. Je suis arrivé fin août, quand la saison était déjà bien entamée, et je n’ai passé que trois mois pleins au club. Je n’ai pas beaucoup joué, seulement sept matches en tant que titulaire, mais j’ai marqué cinq buts. Et avec les qualifications et maintenant la CAN, j’ai l’impression que j’ai passé plus de temps en sélection qu’avec mon club ! Donc je n’ai pas vraiment eu le temps de m’installer. Mais chaque année de CAN, quand un joueur change de club, c’est souvent comme ça.

Le maintien est-il un objectif qui vous convient alors que vous avez toujours joué le haut du tableau?
C’est l’objectif du club, donc c’est le mien, à 100 %. Je suis là pour aider le club à l'atteindre. Ça ne me dérange pas d’aider le club à se maintenir. Après, c’est sûr que quand on a touché le haut, on veut toujours rester à ce niveau-là. Mais ça se fera petit à petit. C’est une saison de transition, et la saison prochaine, moi-même et le club, nous aurons d’autres objectifs.

Quels souvenirs matériels gardez-vous de votre carrière ?
Je collectionne les maillots que j’échange avec mes adversaires, et je garde certains ballons. J’ai celui de la finale de la Ligue des champions, celui avec lequel j’ai mis trois buts en Hollande, celui avec lequel j’ai mis trois buts en Angleterre, et trois buts en France. Maintenant j’attends celui du match où je mettrai trois buts en Allemagne ! (rires) Mais de tous mes objets, le plus précieux, c’est le maillot que j’ai échangé avec Messi aux Jeux Olympiques de 2008, lorsqu’on a joué contre l’Argentine. C’est celui qui a le plus de valeur, parce qu’à l’époque, il portait le numéro 15. Maintenant, il joue avec le 10, mais ça fait bizarre de voir un maillot avec le nom de Messi, et un autre numéro dessus. C’est un collector !

Vu d’Europe, on ne prend pas vraiment au sérieux les sorts, les grigris ou les marabouts. Cela fait-il partie du quotidien en Afrique, et en particulier dans le football ?
Ah oui, bien sûr, ça existe, c’est une part importante de notre culture, et ça prend évidemment beaucoup de place dans le football. Bien sûr, certains y croient plus que d’autres. Mais tout le monde a sa petite croyance. Quand on joue en Europe, avec toute l’organisation et la professionnalisation et aucun détail qui n’est laissé au hasard, cela perd un peu de son importance. Car malgré toutes les croyances et les superstitions, quand on parvient à faire une carrière entière à un haut niveau, le seul critère qui compte, c’est le travail. Il n’y a que le travail qui peut t’emmener là. Quand on travaille, on progresse. Si on s’arrête de travailler, aucun grigri ne pourra nous faire progresser. Alors oui, les sorts et les croyances sont très importants, mais le meilleur grigri, c’est le travail…

De nombreux joueurs africains évoluent en Europe pendant que leur pays est ou a été en guerre. Comment vit-on au quotidien cette situation, que vous avez connue en Côte d’Ivoire ?
C’est sûr que c’est compliqué de se concentrer quand on sait que sa famille est là-bas, et qu’on est coupé d’eux, sans nouvelles. En 2011, mes sœurs et ma mère avaient pu se réfugier au Togo, mais je suis resté plusieurs jours sans nouvelles de mon père. On est tout le temps collé à son téléphone pour essayer d’avoir des nouvelles. Ça fait peur, et même si tout se passe bien au club, on ne peut pas être heureux quand sa famille et son pays sont dans la souffrance.  Quand on porte le maillot des Eléphants, c’est une responsabilité parce qu’on sait que le football a un grand pouvoir dans la paix et la réconciliation. Il y a beaucoup de choses qui nous partagent, et le football est l’une des rares qui rassemblent tous les Ivoiriens. Donc porter ce maillot, c’est un honneur et une responsabilité. Le football, c’est beaucoup plus qu’un sport, c’est une représentation du pays. Alors on sera aimé et respecté si on le fait bien. Mais c’est à double tranchant, si ça ne se passe pas bien…

Fifa.com (19/01/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CAN 2015 : GUINEE EQUATORIALE (17/01/2015 ==> 08/02/2015)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum