CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 21:05

Espagne, Del Bosque : "Je ne veux pas être une gêne"



Le sélectionneur de l'Espagne Vicente del Bosque, dont le contrat court jusqu'en 2016, a déclaré vendredi ne pas vouloir être "une gêne" pour la Roja après l'élimination prématurée des champions en titre au Mondial-2014, soulignant toutefois que rien n'était décidé concernant son avenir.

"Si je suis une gêne pour notre football, je m'en irai", a dit le technicien lors d'une conférence de presse à Curitiba (sud du Brésil). "Mais ce n'est pas le moment de parler de mon avenir, nous sommes encore en compétition."

Battue par les Pays-Bas (5-1) puis par le Chili (2-0) dans le groupe B, la Roja a officiellement perdu mercredi sa couronne planétaire même s'il lui reste un ultime match à disputer pour l'honneur lundi contre l'Australie.

"Je ferai ce qui sera le mieux pour tout le monde", a poursuivi Del Bosque. "Rien n'est décidé. Je ne suis pas un débutant, je sais comment les choses se passent. Et nous prendrons la décision en tenant compte des intérêts de la fédération et de notre football."

Le sélectionneur, qui a pris la relève de Luis Aragones après le triomphe à l'Euro-2008 et a conduit l'Espagne au titre mondial en 2010 puis au sacre à l'Euro-2012, a été très critiqué après la déroute au Mondial-2014 pour ne pas avoir su rajeunir un groupe jugé vieillissant.

"Je ne sais pas si nous sommes face à une fin de cycle et si cela me concerne. Mais je ne crois pas que beaucoup de joueurs doivent s'en aller, il n'y a pas tellement de vieux joueurs. La majorité d'entre eux continueront à jouer avec leurs clubs", a poursuivi Del Bosque.

"Le futur, pour l'instant, c'est l'Australie. Nous n'allons pas abandonner et nous allons faire les choses avec le soin que nous avons toujours eu", a-t-il conclu.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 22:55

Pays-Bas, Van Persie : "Important d'être premier du groupe"



L'attaquant et capitaine des Pays-Bas Robin van Persie juge "important de terminer premier du groupe" B afin d'obtenir les meilleurs chances d'aller loin dans le Mondial, a-t-il déclaré vendredi en conférence de presse.

"Le but c'est de terminer premier du groupe pour faire le plein de confiance avant les huitièmes de finale, a-t-il avancé trois jours avant un duel face au Chili.

"En huitièmes, jouer le Mexique ou le Brésil, c'est un peu chou-vert et vert-chou. Au niveau de la qualité, ce sont deux équipes assez similaires. Je n'ai pas de préférence", a ajouté RVP.

Le Chili, comme les Pays-Bas, possède le maximum de points (6). Les Oranje sont toutefois en tête du groupe B à la faveur d'une meilleure différence de buts.

"Un match nul face au Chili est suffisant. Mais on doit jouer pour gagner", a ajouté Van Persie qui sera suspendu pour cette rencontre.

"C'est regrettable car je suis bien dans le rythme. J'aimerais être le meilleur buteur de ce Mondial. Il faudra pour cela que l'équipe aille loin", a-t-il ajouté, indiquant que sa plus grande fièrté était "d'avoir redonné l'espoir aux supporters néerlandais", deux ans après un Euro catastrophique (trois matches, trois défaites).

"Les gens croient à nouveau en nous. C'est vraiment une belle fierté", a-t-il dit.

Interrogé sur l'élimination précoce de l'Angleterre, l'attaquant de Manchester United n'a pas voulu accabler les joueurs anglais.

"C'était un groupe difficile. Ils n'ont pas été balayés. Entre une victoire et une défaite, la différence est parfois minime", a-t-il expliqué ajoutant que "la qualité des joueurs n'est pas en cause car l'Angleterre est composée d'éléments de valeurs".

"Il y a beaucoup d'équipes qui peuvent ennuyer les habituels ténors. Le Costa Rica, on voit qu'ils n'ont pas dormi ces dernières années. Il y a pas mal d'équipes qui ont énormément progressé ces dernières années. L'Uruguay, c'est solide aussi. Même pour les grandes nations comme l'Angleterre, il n'y a plus aucun match facile", a ajouté Van Persie.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 14:48

Espagne : Les causes d'un échec impensable



Difficile de s'en remettre: depuis mercredi, la sélection espagnole a tenté de comprendre la ou les raisons qui l'ont conduite à être l'une des premières éliminées du Mondial-2014, une désillusion jugée "impensable" par le sélectionneur des champions sortants, Vicente del Bosque.

Manque de "faim" et d'envie?
"On n'a pas su garder la faim, la conviction, la volonté": tel était le diagnostic du milieu de terrain Xabi Alonso mercredi après la défaite face au Chili (2-0), synonyme d'élimination pour l'Espagne, à qui il reste tout de même un match pour l'honneur à jouer lundi contre l'Australie (16h00 GMT).

Sous-entendu, l'appétit des Espagnols, leur engagement et leur sens du sacrifice n'étaient plus aussi fort qu'avant leur fabuleux triplé consécutif Euro-Mondial-Euro entre 2008 et 2012.

Les déclarations d'Alonso ont aussitôt créé un début de polémique en Espagne, où Marca a fait sa "Une" sur l'"indignation" et le "malaise" de ses équipiers qui, selon le quotidien, ne partagent pas son analyse.

Il a bien fallu que le Basque revienne sur ses propos: "Nous avons, non pas la conscience tranquille, mais bien la sensation collective que nous n'y étions pas et qu'il nous a manqué de la tension. Ce n'était pas un manque de faim, nous étions impliqués, nous avions envie, mais c'est le sport", a rectifié Alonso vendredi soir au micro de la radio espagnole Cadena Ser.

Des "erreurs" de l'encadrement?
"Nous avons sans doute pu faire des erreurs dans nos décisions", a admis Del Bosque vendredi.

Mais, malgré les critiques sur le vieillissement de son groupe, il a aussi défendu son choix de reconduire 16 des 23 champions du monde de 2010. "Peut-être que trois ou quatre autres joueurs avaient mérité de venir mais cette liste de 23 ne diffère pas beaucoup de celle que chacun d'entre vous aurait faite", a-t-il répliqué à la presse.

Sous contrat jusqu'à l'Euro-2016, le technicien espagnol se retrouve aujourd'hui fragilisé: selon un vote publié sur le site internet de Marca, plus des deux tiers des 150.000 internautes consultés sont favorables à un changement de sélectionneur.

Del Bosque a assuré n'avoir "rien décidé" concernant son avenir. "Je ferai ce qui sera le mieux pour tout le monde (...) Si je suis une gêne pour notre football, je m'en irai", a-t-il dit.

Reste que son profil de rassembleur est rare en Espagne, où le football est extrêmement polarisé entre Barcelone et Madrid. Et il sera difficile de trouver un entraîneur de l'expérience de Del Bosque, qui a pris avec succès la relève de Luis Aragones juste après le triomphe à l'Euro-2008.

Les adversaires : "plus forts"?
Dans un Mondial où les surprises se multiplient, l'Espagne veut croire qu'elle a fait les frais de deux épouvantails, les Pays-Bas et le Chili.

"Je ne vois pas d'autre explication que footballistique", a assuré Del Bosque. "Si nous avons perdu, c'est parce que nos adversaires ont été plus forts sur les deux matches."

La première période à peu près contrôlée de l'Espagne face aux Pays-Bas (1-1 à la pause, 5-1 au final) laisse également penser que les circonstances défavorables ont pu plomber mentalement la Roja.

"Si vous m'aviez annoncé tout ça, je ne l'aurais jamais cru, a poursuivi Del Bosque. Cela a été quelque chose d'impensable, comme si l'équipe était tombée en dépression juste après avoir encaissé le deuxième but face aux Pays-Bas."

Et les Espagnols de refaire le match: "si David (Silva) met le but du 2-0, nous serions en train de parler d'autre chose", a jugé Cazorla.

"Les choses n'ont pas tourné en notre faveur, a renchéri Koke. Il faut seulement corriger nos erreurs sans douter de cette sélection qui a obtenu de grandes choses (...). Nous sommes toujours l'Espagne."

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 19:01

Espagne, Silva : "bien finir face à l'Australie"



Les Espagnols, champions sortants mais éliminés prématurément du Mondial-2014, feront tout pour "bien finir" face aux Australiens, a expliqué samedi l'attaquant David Silva à deux jours de ce match pour l'honneur entre deux équipes déjà condamnées.

"Nous devons essayer de bien finir. Tout s'est toujours bien passé pour nous, sauf dans ce Mondial", a expliqué le joueur de Manchester City en conférence de presse à Curitiba (sud du Brésil).

"Cela n'a pas été facile. C'est dur, pour changer, de rentrer à la maison parmi les premiers. L'équipe n'a pas bien joué, les Pays-Bas comme le Chili nous ont été supérieurs et il faut savoir perdre sans chercher d'excuses", a-t-il ajouté.

Dominée par les Néerlandais (5-1) puis par les Chiliens (2-0) dans le groupe B, la Roja a officiellement perdu depuis mercredi sa couronne planétaire même s'il lui reste cet ultime match sans enjeu lundi à Curitiba contre l'Australie (16h00 GMT).

Actuellement dernière du groupe B avec zéro point et une moins bonne différence de buts que l'Australie, l'Espagne terminera à la troisième place de la poule si elle s'impose.

"Nous sommes à la Coupe du monde", a rappelé le défenseur Raul Albiol.

"Nous devons gagner et prendre les trois points pour ne pas finir derniers du groupe et parce que nous représentons un pays, un maillot, il faut tout donner et gagner (...) Nous sommes la sélection espagnole. Nous aurions aimé jouer pour la qualification mais nous jouons pour l'honneur. Il nous faut la victoire", a-t-il conclu.

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 13:33

Australie - Espagne : Laver l'affront et affronter l'avenir



L'Espagne, éliminée prématurément du Mondial-2014, espère faire une dernière fois honneur à son statut de championne en titre lundi contre l'Australie à Curitiba (18h00 française) lors d'un ultime match sans enjeu entre deux équipes qui peuvent déjà se tourner vers les échéances futures.

"Bien finir", tel est l'objectif affiché par les Espagnols après la désillusion de deux déroutes rédhibitoires face aux Pays-Bas (5-1) puis contre le Chili (2-0).

A l'Arena da Baixada, la portée du match face à l'Australie est essentiellement symbolique: éviter le camouflet de la dernière place du groupe B, consoler des supporteurs dépités et repartir du Brésil avec un goût légèrement moins amer dans la bouche.

"Nous sommes la sélection espagnole. Nous aurions aimé jouer pour la qualification mais nous jouons pour l'honneur", a souligné le défenseur espagnol Raul Albiol. "Nous devons gagner et prendre les trois points pour ne pas finir derniers du groupe et parce que nous représentons un pays, un maillot."

En temps normal, la sélection N.1 au classement Fifa ne devrait ne faire qu'une bouchée des Australiens, classés au 62e rang. Sauf que les temps ont changé et que le règne de la Roja sur le football mondial, scandé par les sacres à l'Euro-2008, au Mondial-2010 et à l'Euro-2012, a brusquement pris fin.

Après sa défaite mercredi contre le Chili, l'Espagne a essayé de trouver les raisons qui l'ont conduite à cette déchéance. Un début de polémique a même éclaté lorsque le milieu Xabi Alonso a évoqué un possible manque de "faim" et d'envie de la part du groupe espagnol, avant de revenir sur ses propos.

Gagner contre l'Australie, même pour du beurre, serait la meilleure manière de démontrer que l'appétit est toujours là.

Un match monumental
Car de leur côté, les Australiens ne comptent pas laisser filer cette rencontre, qui peut leur permettre de prendre date sur la scène internationale après avoir bousculé tour à tour le Chili (3-1) puis les Pays-Bas (3-2).

"Face à trois des meilleures nations du monde, les gens pensaient que nous n'allions même pas marquer un but", s'est félicité le sélectionneur Ange Postecoglou. "Nous entamons à peine ce processus. L'objectif est de revenir dans quatre ans et qu'on nous craigne avant d'entrer sur la pelouse".

Les "Aussies" seront toutefois privés de leur expérimenté buteur Tim Cahill, suspendu pour deux cartons jaunes. "Ce dernier match est monumental. Si nous battons l'Espagne, ce sera l'un des plus grands moments de l'histoire australienne", a jugé l'attaquant, auteur de deux buts lors de ce Mondial, dont une volée fabuleuse contre les Pays-Bas.

Pour une Espagne blessée, à l'inverse, cette rencontre a tout d'un traquenard.

Mais elle peut aussi permettre à la Roja de terminer sur une note un peu plus positive: c'est l'occasion de donner aux remplaçants du temps de jeu et de rendre hommage à certains cadres dont il n'est pas sûr qu'ils resteront en sélection, comme le Barcelonais Xavi (34 ans) ou le Madrilène Xabi Alonso (32 ans).

Et ce sera aussi l'occasion pour le sélectionneur Vicente del Bosque, qui est sous contrat jusqu'à l'Euro-2016 mais a dit réfléchir à son futur, d'ébaucher dès maintenant un nécessaire rajeunissement au profit de joueurs d'avenir, comme le milieu Koke (22 ans).

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 13:43

Espagne : Cazorla déjà tourné vers l'avenir



Les questions sont aussi nombreuses que les analyses mais au final, on est bien en peine de trouver une explication unanime à l'échec retentissant de l'Espagne à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. La douleur est encore probablement trop vive pour y voir clair. Reste donc à laisser au temps le soin de faire son travail.

Santi Cazorla fait partie du groupe espagnol depuis 2008, lorsque Luis Aragonés l'avait appelé parmi les 23 pour l'UEFA EURO. Son inclusion dans la Roja avait constitué une surprise et coïncidé avec le début d'une période de rêve pour le football ibérique. Seule ombre au tableau pour l'intéressé : il avait manqué Afrique du Sud 2010 en raison d'une blessure.

Moins utilisé ces derniers temps en sélection - il n'a disputé que les 15 dernières minutes du match contre le Chili -, on sent une pointe d'amertume percer dans ses propos : "Nous devons rester unis, dans le bon comme dans le moins bon. Mais nous nous impliquons à fond pour progresser. Cela se voit à l'entraînement. Nous continuons de travailler très dur", affirme-t-il au micro de FIFA. "Ce groupe est très fort. Nous traversons une période très difficile car nous étions motivés et persuadés de pouvoir offrir à notre public un nouveau grand bonheur. Malheureusement, les choses ne se sont pas passées ainsi."

Le sérieux de ses propos n'enlève pas le sourire au milieu de terrain de 29 ans. "Les choses ont commencé à changer il y a deux ans", estime le joueur d'Arsenal. "Nos adversaires ont appris à nous créer plus de difficultés et aujourd'hui, ils connaissent notre style par cœur. Ils n'ont plus peur. Ils sont plus agressifs dans le jeu et nous pressent beaucoup. Nous savons que tout sera beaucoup plus difficile à partir de maintenant et que nous allons devoir être à notre meilleur niveau pour continuer d'obtenir des résultats."

Regarder devant
Les espoirs espagnols de gagner une deuxième Coupe du Monde de la FIFA™ consécutives ont volé en éclats. Pour autant, le travail n'est pas terminé au Brésil. Il reste à l'Espagne un match à jouer dans le Groupe B, contre l'Australie, elle aussi éliminée. Des deux côtés, c'est l'honneur qui est en jeu. "C'est un match très important. Nous allons devoir l'aborder de façon professionnelle, en oubliant ce qui s'est passé dans les deux dernières rencontres", annonce l'ancien meneur de Villarreal. "L'élimination est terrible, mais ça a été et ça reste un honneur de porter le maillot espagnol. Il faut regarder et terminer ce tournoi de la meilleure façon possible, en défendant l'honneur de notre pays. L'Australie est la première étape de la reconstruction. Nous n'avons pas le droit de nous relâcher. L'avenir est prometteur pour l'Espagne."

Quand on lui parle des critiques sévères adressées à la sélection espagnole, il s'insurge : "Mes coéquipiers sont des joueurs uniques, qui ont écrit une page d'histoire pour l'Espagne", martèle-t-il. "Ils ont offert au pays ce qu'il n'avait jamais été capable d'obtenir auparavant. Tous ces joueurs méritent d'être honorés et nous devons leur être très reconnaissants pour l'énorme travail qu'ils ont effectué. Ce sont non seulement de formidables joueurs, mais également des personnes exceptionnelles".

Pas question donc de tirer un trait sur les formidables performances du passé en raison de l'échec du présent. "Notre objectif, c'est d'être de nouveau champions du monde", annonce Cazorla. "Cette fois-ci, nous n'avons pas été à la hauteur, mais cela ne ruine pas tout ce qui a été fait jusqu'ici. Nous sommes la seule équipe à avoir gagné consécutivement deux EUROS et un Mondial. C'est très dur à réaliser, mais j'espère qu'on réussira à le faire une deuxième fois un jour", conclut-il.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 13:46

Pays-Bas - Chili : La première place pour éviter le Brésil



Les Pays-Bas et le Chili se disputent la première place du groupe B lundi (13h00 locales, 16h00 GMT) à Sao Paulo avec la souci de vouloir éviter le Brésil en 8es de finale.

Si comme le buteur néerlandais Robin van Persie "s'y attend", Neymar et ses équipiers terminent en tête de leur groupe, Néerlandais et Chiliens vont tout faire pour éviter la deuxième place de leur poule.

"Je rêve de rencontrer le Brésil au Brésil. Mais pas si tôt dans la compétition. Plus tard, beaucoup plus tard", a déclaré Van Persie vendredi en conférence de presse.

"Ce n'est pas que je trouve le Brésil plus dangereux que le Mexique (autre adveraire potentiel en 8e, ndlr). Brésil et Mexique, c'est chou-vert et vert-chou. Mais prendre le Brésil maintenant, c'est trop tôt", a-t-il ajouté.

Grâce à leur meilleure différence de buts, les Oranje (qui évolueront pour la première fois en orange durant ce Mondial lundi) peuvent se contenter d'un partage.

Van Persie suspendu
"Mais ce serait une erreur de spéculer sur un match nul, c'est le meilleur moyen de perdre", prévient le défenseur central Ron Vlaar.

Les Néerlandais, qui avaient évolué en 5-3-2 lors de leurs deux première rencontres face à l'Espagne (5-1) et l'Australie (3-2), devraient revenir à un plus traditionnel 4-3-3.

"J'ai l'impression que mes joueurs se trouvent plus facilement dans ce système qu'ils connaissent depuis leur plus jeune âge", justifie Louis van Gaal, confronté à l'absence pour suspension de Van Persie.

L'attaque néerlandaise devrait être emmenée par Arjen Robben, déjà auteur de trois buts comme Van Persie, de Jeremain Lens et Memphis Depay ou Klaas-Jan Huntelaar.

Van Gaal, qui doit aussi se passer de Bruno Martins Indi (commotion) en défense, n'est pas le seul à être confronté à des problèmes d'effectif.

Son alter ego chilien Jorge San Paoli ne sait pas encore s'il pourra compter sur les services de ses milieux de terrain Arturo Vidal et Charles Aránguiz, tous deux sortis sur blessure lors de la victoire face à l'Espagne (2-0).

Vidal a reçu un coup sur un tendon d'Achille et Aranguiz s'est fait une légère entorse à un genou. Ils se sont entraînés à l'écart de leurs coéquipiers vendredi.

Avec Gutierrez et Valdivia ?
Comme Aranguiz et Vidal sont également sous le coup d'un carton jaune et menacés de manquer le huitième de finale s'ils en prenaient un second face aux Néerlandais, le sélectionneur Jorge Sampaoli pourrait décider de les laisser au repos.

Felipe Gutierrez, le milieu de terrain du FC Twente au Pays-Bas, et Jorge Valdivia seraient alors appelés à jouer les roues de secours.

Ces petits tracas ne sont pas parvenus à éroder l'optimisme ambiant dans le camp chilien, où l'on parle ouvertement d'une victoire finale.

"Battre l'Espagne ce n'était pas notre objectif principal. Notre objectif principal, comme les autres sélections, c'est d'arriver en finale et gagner", a ainsi souligné Jorge Valdivia.

Jamais le Chili n'a paru aussi fort sur le papier.

Aujourd'hui la formation sud-américaine a en Vidal (Juventus) et Alexis Sanchez (Barcelone) deux joueurs de très haut niveau mondial, mais elle compte aussi sur un groupe de grognards mercenaires évoluant en Italie, Angleterre, Espagne, Suède ou au Brésil.

Les Néerlandais doivent donc s'attendre à souffrir.

"Le Chili est impressionnant depuis le début du tournoi. Méfiance", disait vendredi Ron Vlaar.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 20:56

Pays-Bas, Van Gaal : "Je ne vais pas parler des cas individuels"



Le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, furieux contre des médias néerlandais indiscrets après un entraînement à huis clos, n'a pas voulu "parler des cas individuels", dimanche à la veille d'un match crucial face au Chili.

Avez-vous des joueurs blessés ? Pouvez-vous en dire plus sur l'équipe de demain (lundi) ?
Je ne vais pas parler des cas individuels. Je ne veux pas que l'adversaire en sache plus. Quand nous avons une séance d'entraînement à huis clos, d'une façon ou d'une autre, les médias néerlandais trouvent des infos et je n'aime pas ça car cela ne nous aide pas, ça joue même contre nous. Je ne comprends pas cela car je pense qu'on devrait tous pousser dans le même sens, mais apparemment ça ne semble pas possible.

Quelle équipe voulez-vous rencontrer au prochain tour ?
Je suis très content qu'on se soit qualifié de cette façon, mais si je dois donner un commentaire je pourrais peut-être encourager l'adversaire, ce que je ne veux pas faire. Nous avons besoin de tout pour battre n'importe quel adversaire. Je ne peux pas répondre à cette question, je pourrais provoquer l'adversaire et je ne le souhaite pas.

Est-il important d'éviter le Brésil en 8e de finale ?
Nous voulons simplement finir premiers du groupe car le reste de la compétition sera plus favorable pour celui qui a la place de N.1. Mais il n'y a pas que le Brésil, tout cela influence aussi la suite.

Comment jugez-vous le niveau du tournoi ?
J'ai vu quelques matches à la télé, je dois dire que tous ont été spectaculaires. Tout le monde est au sommet de sa forme et aucune équipe n'abandonne avant le coup de sifflet final. Les attaquants montrent leur valeur, surtout ceux qui jouent en Europe, tous ont marqué et plus d'une fois. Klose a marqué son 15e but (égalant le record de Ronaldo), je dois le féliciter, c'est énorme.

A quel match vous attendez-vous contre le Chili ?
Ce sera l'adversaire le plus difficile. Je les ai vus contre l'Angleterre et l'Allemagne en matches de préparation. Ils ont perdu un match, mais c'est une équipe qu'on aime regarder, ils ont un merveilleux coach (Jorge Sampaoli, ndlr), qui permet aux joueurs de jouer un football très offensif. Ce sera du 50/50.

Vous rêviez de diriger les Pays-Bas au Mondial, votre sentiment ?
L'atmosphère est incroyable, fantastique. On voit à Rio à quel point les gens sont chaleureux. Nos résultats sont très bons, on a été le premier pays à se qualifier pour les 8e, mais nous voulons plus, nous ferons notre maximum pour aller jusqu'à la finale.

Comment gérer l'absence de Van Persie, qui est suspendu pour deux cartons jaunes ?
Il est très important pour nous car non seulement c'est un grand buteur mais aussi notre capitaine. Son remplaçant ne peut pas le remplacer, mais il pourra donner tout son possible. Ce ne sera pas facile mais il peut faire le job.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 22:21

Espagne : Xavi et Casillas absents contre l'Australie



Les Espagnols Xavi Hernandez et Iker Casillas ne joueront pas contre l'Australie lors d'un ultime match sans enjeu lundi au Mondial-2014, a annoncé dimanche le sélectionneur Vicente del Bosque, ce qui laisse entendre que le milieu pourrait avoir disputé son dernier match avec l'Espagne.

"Il ne jouera sûrement pas, il a un petit problème à une jambe, d'ordre musculaire", a dit le technicien espagnol au sujet de Xavi, 34 ans, qui pourrait annoncer bientôt la fin de sa carrière internationale selon les médias espagnols.

L'autre grand absent sera le capitaine et gardien emblématique Iker Casillas, 33 ans, qui laissera sa place dans les cages des champions en titre à Pepe Reina, 31 ans.

"(Reina) jouera sûrement", a déclaré Del Bosque lors de la conférence de presse de veille de match à Curitiba (sud du Brésil).

Battue par les Pays-Bas (5-1) puis par le Chili (2-0) dans le groupe B, la Roja a officiellement perdu mercredi sa couronne planétaire même s'il lui reste ce dernier match à disputer pour l'honneur lundi (16h00 GMT).

Xavi était titulaire lors de la débâcle face aux Pays-Bas, soit sa 133e sélection avec l'Espagne, dont il a été le chef d'orchestre lors des triomphes à l'Euro-2008, au Mondial-2010 et à l'Euro-2012.

Le meneur du FC Barcelone a néanmoins été relégué sur le banc la semaine dernière lors de la défaite face au Chili et il pourrait avoir joué face aux Néerlandais son ultime match sous le maillot espagnol.

"Je ne crois pas qu'un match de plus ou de moins lui offre plus de reconnaissance qu'il n'en a déjà", a commenté Del Bosque. "On parle de rénovation, on marginalise les vétérans, on les proscrit, comme si l'échec était de leur faute. Mais nous avons perdu tous ensemble. Notre reconnaissance envers Xavi est énorme."

La désillusion de cette élimination au premier tour du Mondial brésilien a ouvert le débat en Espagne sur le nécessaire rajeunissement de la Roja, ce qui pourrait conduire certains cadres comme Xavi, Xabi Alonso ou David Villa à envisager la fin de leur aventure en équipe nationale.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 22:27

Chili, Sampaoli : "la priorité, c'est de terminer premier"



"Pour nous la priorité est de terminer premier du groupe" (Gr.B), a déclaré dimanche à Sao Paulo le sélectionneur chilien Jorge Sampaoli, à la veille de rencontrer les Pays-Bas, avec l'espoir d'éviter le Brésil en 8e de finale.

Vous ne vous êtes pas entraînés à l'Arena Corinthians ce jour (dimanche), pour quelle raison?
Habituellement, nous ne nous entraînons pas dans le stade où nous jouons notre match, nous préférons rester proches de notre camp de base. Et la pelouse est en très mauvais état donc nous ne voulons pas la détruire davantage. Nous ne voulons pas qu'elle soit dans un état encore pire car demain (lundi) nous jouons un match décisif dans ce stade qui ne dispose pas d'une pelouse à la hauteur des attentes.

Vous vous présentez dans quel état d'esprit face aux Pays-Bas?
Pour nous, la priorité est de terminer premier du groupe, le match de demain sera comme une finale. Celui qui rencontrera le Brésil aura un match très compliqué, car jouer contre le Brésil, qui évolue devant son public, durant une Coupe du monde dont ils sont les favoris, ça va être très dur.

Quelles sont les grandes forces de cette équipe néerlandaise?
Les Pays-Bas sont une équipe qui est capable de jouer de différentes façons, de s'adapter. Louis van Gaal va essayer de contrôler nos forces, nos combinaisons, avec des joueurs de grande qualité qui étaient finalistes de la dernière Coupe du monde en Afrique du Sud en 2010. Avoir disputé trois finales de Coupe du monde, c'est un exploit que peu de pays ont réussi. Les Pays-Bas ont démontré leur place dans la hiérarchie face à différents pays, dans chaque Mondial. Ils ont maintenu un système qui a généré beaucoup de respect depuis tant d'années.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 23:27

Chili, Vidal : "Nous pouvons aller en finale"



Le milieu de terrain du Chili, Arturo Vidal, remis d'une blessure et qui pourrait affronter lundi les Pays-Bas, également qualifié pour les 8e, a estimé dimanche que le Chili, en continuant à jouer de la sorte, pouvait "aller en finale".

"Si nous continuons à jouer comme nous l'avons fait contre l'Espagne (victoire 2-0, ndlr), je pense que nous pouvons aller en finale", a déclaré Vidal en conférence de presse.

"Mais nous devons continuer à nous améliorer et à montrer que nous sommes une équipe qui veut réaliser de grandes choses", a ajouté le milieu de terrain de la Juventus Turin.

Vainqueurs de leurs deux premiers matches du groupe B et d'ores et déjà qualifiés, les Pays-Bas et le Chili s'affrontent avec pour enjeu la première place de la poule, dans un match qui devrait déterminer l'adversaire du Brésil (groupe A) en 8e de finale.

Très utile lors des deux premiers matches du Chili contre l'Espagne et l'Australie (victoire 3-1), Vidal estime faire partie de "la meilleure génération de toute l'histoire du football chilien, par son talent et ce qu'elle représente à l'étranger. Et quand ces talents s'unissent, cela peut donner une équipe très forte, comme on n'en a encore jamais vue au Chili".

Vidal, qui a reçu un coup à un tendon d'Achille contre l'Espagne, a assuré dimanche qu'il voulait jouer contre les Pays-Bas, mais son entraîneur Jorge Sampaoli n'a pas confirmé que son milieu de terrain serait aligné.

"Je me sens bien. Je me sens mieux cette semaine et notre coach décidera si je joue ou pas, mais j'ai très envie de jouer demain (lundi)", a ajouté Vidal.

L'autre milieu de terrain, Charles Aranguiz, qui s'est donné une légère entorse à un genou contre l'Espagne, est de son côté apte à jouer, a précisé l'entraîneur chilien.

Vidal et Aranguiz, qui ont chacun reçu un carton jaune, sont menacés d'être suspendus pour les 8e de finale s'ils étaient de nouveau avertis contre les Pays-Bas.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 14:31

Chili : Carmona attend les Pays-Bas avant de viser haut



Les deux sélections favorites dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale, dans le Groupe B de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, étaient les Pays-Bas et l'Espagne. Il y aura bien une Roja en huitièmes de finale, à ceci près que ce n'est pas la Roja championne du monde en titre qui a décroché son billet pour le tour suivant, mais celle dirigée par Jorge Sampaoli et composée de joueurs chiliens.

"Éliminer le champion du monde en titre est une performance qu'il ne faut pas sous-estimer. Nous avons démontré que nous pouvions jouer au plus haut niveau contre n'importe quel adversaire. Nous l'avions déjà prouvé avant dans des matches amicaux, mais ce n'est pas pareil", explique à FIFA Carlos Carmona. "Nous avons pris conscience que nous pouvions lutter au plus haut niveau. Nous avons fait un grand match, dans tous les sens du terme. Nous avons su profiter des points faibles de l'Espagne. Ces trois points ont été gagnés dans un match qui restera dans l'histoire de notre pays. Nous avons très bien entamé la partie et nous l'avons finie encore mieux. Nous sommes heureux et fiers. Ce fut une émotion indescriptible", poursuit le milieu de terrain de 27 ans.

Le joueur de l'Atalanta Bergame est entré dans les dernières minutes de cette rencontre historique disputée au Maracanã. Mais le rôle de remplaçant ne le dérange pas. Au contraire, il souligne l'importance de ses coéquipiers de banc. "Nous espérons que cette Coupe du Monde durera le plus longtemps possible pour nous. C'est pour ça que tout le monde est prêt", assure-t-il. "Nous avons un onze de départ avec des joueurs très importants, mais tous les remplaçants s'entraînent très dur également, avec beaucoup d'intensité, pour pouvoir répartir la pression à chaque match. De cette façon, tout joueur qui entre en cours de jeu est capable de maintenir le niveau", explique-t-il.

Un niveau très élevé et qui exige beaucoup, sur le plan physique, de joueurs que Sampaoli force à exercer une pression dans toutes les lignes et à être particulièrement rapides en attaque. En d'autres termes, 90 minutes de pur sacrifice. "Cela fait pas mal de temps que nous jouons comme ça et il ne faut rien changer. C'est la philosophie de l'entraîneur. C'est à cela que nous nous entraînons tous les jours", confie Carmona, déjà présent dans le groupe chilien pour Afrique du Sud 2010.

Éviter le Brésil ?
Lors de ses deux dernières participations à la Coupe du Monde, celle d'il y a quatre ans et à France 1998, le Chili s'est fait éliminer en huitième de finale par le Brésil. Il n'est pas impossible que les deux nations se retrouvent opposées une troisième fois au même stade de l'épreuve. "Ce qui nous attend sera fonction de notre rendement", juge Carmona. "Le Brésil sera un adversaire très difficile, mais l'Espagne l'était également, les Pays-Bas aussi. Ce sont des équipes historiques, avec des joueurs incroyables. Cela dit, je ne dirais pas que nous souhaitons éviter le Brésil. Ce que nous souhaitons, c'est d'abord battre les Pays-Bas, notre prochain adversaire. Ensuite, nous penserons aux huitièmes de finale", affirme le milieu de terrain.

Après avoir fait tomber le champion du monde en titre, le Chili a rendez-vous avec le vice-champion. L'enjeu de cette confrontation avec les Pays-Bas est la première place du groupe, qui permettrait d'éviter un rendez-vous en huitième de finale avec le vainqueur du Groupe A, dont le leader est actuellement le Brésil. "C'est une grande équipe, avec beaucoup de bons joueurs dans toutes les zones. Nous allons devoir bien nous préparer. J'espère que ce sera un grand match et que nous obtiendrons les trois points, pour terminer en tête du groupe", affirme Carmona au sujet des Pays-Bas.

La Roja a faim et elle est particulièrement friande de géants du football mondial.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 14:33

Pays-Bas, Van Gaal : "Éviter le Brésil"



Alors qu'on craignait de les voir sortir dès le premier tour de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, les Pays-Bas ont été les premiers à se qualifier pour les huitièmes. De quoi ravir Louis van Gaal, d'autant que ses hommes ont réussi cette performance dans une poule composée de l'Espagne, championne du monde en titre, du Chili et de l'Australie, qu'ils n'avaient jamais vaincue par le passé.

Le stratège a cependant confié à la FIFA que le match de groupe le plus dur restait à venir : il opposera les Oranje à une Roja chilienne très en verve. Or van Gaal préfèrerait éviter le BRéil, pays hôte, en huitième de finale...


Vous vous êtes qualifiés pour le deuxième tour au terme de deux victoires et avec un match d'avance. Êtes-vous satisfait de votre début de parcours ?
Je suis plus que satisfait. Dans ce type de compétition, l'objectif principal est de franchir la phase de groupes. Nous sommes dans une poule très compliquée et nous avons été les premiers à nous qualifier. Je n'en reviens pas. Maintenant, bien sûr, on veut prendre la tête, ce qui ne va pas être facile face au Chili. Je m'attendais à ce que ce soit notre adversaire le plus coriace. C'est une équipe impressionnante.

Comme contre l'Espagne, vous avez dû revenir au score face à l'Australie. Est-ce le résultat d'une bonne prestation de vos adversaires ou d'erreurs de votre équipe ?
D'après moi, c'est notre manque de réalisme qui a profité à l'Australie. Nous avons eu du mal à conserver le ballon. L'Australie ne s'est pas créé beaucoup d'occasions par rapport à nous. Nous aurions facilement pu gagner 4:2 ou 5:2. On a tendance à oublier qu'un match dure 90 minutes. Messi a marqué contre l'Iran à la dernière minute. Cela fait partie du football.

Ce manque de réalisme est-il lié à l'inexpérience de certains de vos joueurs ?
Non, c'est un problème de qualité. Les Australiens ont joué avec passion et de manière très resserrée. Mes hommes disposaient donc de moins de temps et d'espace. Dans ces conditions, il faut une grande qualité technique pour passer. Nous n'en avons pas vraiment fait preuve jusqu'ici, mais qui sait, ça viendra peut-être devant le Chili.

Est-ce un avantage de pouvoir signaler ces problèmes à vos joueurs à ce stade ?
Bien sûr. Si on continue à gagner malgré tout, ce sera un avantage parce que les joueurs accepteront plus facilement les critiques et les conseils. On sème sur un terrain fertile, comme on dit aux Pays-Bas.

Votre prochain match aura pour enjeu la première place du groupe. Comment décririez-vous la formation chilienne ?
C'est une équipe offensive, bouillante et très bien organisée. Elle est dirigée par un excellent technicien, qui a convaincu ses joueurs de pratiquer un beau jeu. Ils suivent les consignes avec ardeur et conviction. C'est un régal de la voir évoluer.

Considérez-vous le jeu offensif du Chili comme une menace ou comme une opportunité ?
Je le vois comme une opportunité. Comme l'Espagne, sa vocation offensive et sa confiance en elle pourraient nous offrir des occasions de but.

Est-ce important pour vous d'éviter le Brésil ?
Absolument. Si j'avais le choix, je préfèrerais ne pas l'affronter. La Croatie et le Mexique sont, eux aussi, coriaces, mais dans une Coupe du Monde, le pays hôte a toujours l'avantage.

Comme vous l'avez mentionné, Messi a marqué dans le temps additionnel. Votre équipe compte également des talents offensifs, tel Robin van Persie ou Arjen Robben. Leur présence fait-elle la différence dans une Coupe du Monde ?
Jusqu'ici, les attaquants vedettes en Europe, comme Luis Suarez, Messi, Thomas Müller et Karim Benzema ou Robben et Van Persie chez nous, ont tous fait valoir leur talent. Cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé dans une Coupe du Monde. C'est un vrai tour de force de leur part d'avoir réussi à donner toute leur mesure malgré les attentes et les pressions qui pèsent sur eux.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:33

Pays-Bas : Le patron, c'est Nigel de Jong



Le milieu de terrain néerlandais Nigel de Jong s'est imposé comme le patron des Oranje depuis le début d'un tournoi convaincant pour le joueur du Milan AC, à l'image de son match, solide, face au Chili, lundi à Sao Paulo.

Les Pays-Bas, qui se sont imposés 2-0 et terminent du coup en tête du groupe B, peuvent compter sur un joueur en totale confiance et qui abat dans l'ombre un travail peu spectaculaire mais d'une importance folle.

A 29 ans, le "pitbull" néerlandais est au sommet de sa forme, après une fin de saison impeccable à Milan. Blessé (tendon d'Achille) durant de long mois, il est revenu progressivement après l'hiver et profite aujourd'hui de sa fraîcheur quand d'autres tirent la langue.

Louis van Gaal en a fait l'un de ses cadres pour cette Coupe du monde, courroie de transmission entre la défense et les attaquants Robben, Sneijder, Van Persie, Lens et autre Kuyt.

Si les Pays-Bas s'étaient imposés face à l'Espagne (5-1) et l'Australie (3-2), c'est bien sûr grâce à l'efficacité de Robin van Persie et Arjen Robben. Mais Van Gaal estime que l'élément clé de ces succès, c'est de Jong. Rebelote face au Chili !

L'entraîneur batave n'a pas l'habitude de mettre en évidence ses individualités. Ces derniers jours, il a fait une exception pour son "gladiateur".

"Le meilleur N.6 de ce tournoi"
"Nigel a été exceptionnel, a lancé Van Gaal après le succès face aux Socceroos. Il était partout. Il est au sommet de son art. C'est le meilleur N.6 de ce tournoi", a dit le sélectionneur.

Il pourrait répéter les mêmes propos après la match face au Chili tant son joueur a réalisé un sans-faute dans son rôle de récupérateur.

Nigel de Jong souffre de son image de joueur rude, surtout depuis la finale du Mondial 2010.

Il y a quatre ans, la photo de son tacle-karaté sur la poitrine de Xabi Alonso avait fait le tour du monde.

"C'est le tacle qui m'a fait le plus mal de toute ma vie", avait commenté le Basque juste après la rencontre.

Et même si de Jong n'avait reçu qu'un carton jaune pour ce geste, la vraie sanction était arrivée dans les semaines suivantes: sa réputation déjà bien établie de "sale joueur", ou de "Hollandais violent" comme il avait été surnommé par certains médias à l'époque, n'a cessé de lui coller à la peau, au point que le milieu s'est fermé vis-à-vis des médias.

"Je veux qu'ils aient peur"
"Depuis, le silence est mon meilleur allié. Je me tais. Je sais quelle est ma réputation auprès d'une certaine partie du public. Mais que l'on m'apprécie ou pas, je ne peux rien y faire. Et cela ne me fait plus rien", racontait-il dans la presse néerlandaise.

Cette image, n'a pourtant pas changé la façon de jouer de l'ancien joueur de l'Ajax, Hambourg et Manchester City.

"Je veux que mes adversaires se disent: mince, je vais jouer de Jong, ça ne va pas être facile. Je veux qu'ils aient peur", a déclaré le milieu de la sélection néerlandaise au magazine Voetbal International quelques jours avant la Coupe du monde.

De Jong d'ajouter: "Je suis le footballeur et l'homme que je voulais devenir".

Van Gaal voulait en faire un joueur clé de son onze. Il a été bien inspiré. Face au Chili, de Jong a brisé les offensives adverses en dégoûtant ses opposants directs Aranguiz et Diaz.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:35

Espagne :  Del Bosque salue la prestation de ses joueurs



Le sélectionneur de l'Espagne Vicente del Bosque, dont l'équipe a été éliminée prématurément au Mondial-2014, a salué lundi la prestation "très digne" de ses joueurs, victorieux 3-0 de l'Australie dans une rencontre sans enjeu à Curitiba.

"Nous avons achevé notre participation d'une manière très digne, les joueurs se sont donnés à fond", a dit le technicien juste après la rencontre. "Dans les premières minutes, ils nous ont un peu étouffés mais ensuite nous avons pris progressivement le contrôle du match et nous avons été supérieurs."

Cette victoire et la troisième place symbolique du groupe B mettront un peu de baume sur les plaies espagnoles après le traumatisme des déroutes contre les Pays-Bas (5-1) et le Chili (2-0), synonymes d'élimination au premier tour.

"Nous avons été un peu en-deçà dans ce tournoi et nos deux premiers adversaires, les Pays-Bas et le Chili, ont joué franchement bien. Tout le mérite leur appartient. Nous avons eu des ratés mais aussi des adversaires très forts", a poursuivi Del Bosque.

Avec les buts de David Villa (32 ans) et Fernando Torres (30 ans) lundi contre l'Australie, le sélectionneur a appelé à ne pas enterrer trop vite la génération victorieuse de l'Euro 2008, du Mondial 2010 et de l'Euro 2012, pourtant jugée vieillissante.

"Il y a encore des gens qui peuvent beaucoup aider la sélection. Il faudra bien sûr être attentif à ceux qui arriveront, les jeunes, mais nous ne pouvons éliminer personne", a dit le technicien, qui est pour sa part sous contrat jusqu'en 2016 et a annoncé qu'il pourrait se prononcer sur son avenir dans les jours à venir.

"Nous avons le temps. J'imagine que ce sera dans les prochains jours, peut-être la semaine prochaine. Mais il n'y a pas d'urgence", a-t-il conclu.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:37

Australie 0 - Espagne 3
Les rois déchus s'offrent un tour d'honneur




Le temps des dernières journées de la phase de groupes et des doubles confrontations est venu. Pendant que Chili et Pays-Bas se disputent la première place à São Paulo, l'Australie et l'Espagne s'affrontaient pour sauver l'honneur à Curitiba. Prendre ses premiers points dans le Groupe B après deux défaites : l'enjeu était le même sur le papier. Dans les faits, les rois espagnols se devaient de redorer un peu leur blason avant de quitter l'échiquier mondial.

Visiblement encore marqués de leurs déroutes contre les Pays-Bas et le Chili, les hommes de Vicente del Bosque ont mis un peu de temps à faire respecter leur rang face aux modestes Socceroos. La Madjer de David Villa après un beau mouvement à trois a enfin redonné un peu d'éclat à la Roja (0:1, 36'). L'action est partie d'une ouverture lumineuse d'Andrés Iniesta, qui fêtait sa 100ème cape. Le Barcelonais a tout aussi royalement servi Fernando Torres après la pause (0:2, 69'), puis Juan Mata s'invitait au bal sur une ouverture de Cesc Fabregas (0:3, 82').

Echec et mat pour l'Australie, qui n'a jamais vraiment inquiété Pepe Reina, aligné pour la première fois dans l'épreuve reine. Quant à l'Espagne, elle sauve les apparences en quittant définitivement son trône et découvrira l'identité de son successeur le 13 juillet prochain, à la télévision.

Homme du Match : David Villa (ESP)

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:38

Pays-Bas 2 - Chili 0
Les Oranjes remportent le match de la peur




Comment imaginer une rencontre la peur au ventre entre deux adversaires déjà qualifiés pour les huitièmes de finale ? Tout simplement en imaginant l’identité du futur adversaire pour le perdant.

Celui qui finira deuxième du Groupe B affrontera selon toute vraisemblance la Seleçao. De quoi trembler à l’avance… sauf si on est Brésilien. Car ce qu’ont montré les Pays-Bas et le Chili n’est pas vraiment effrayant. Les cinq buts et les vagues oranjes qui se sont abattues sur l’Espagne ? Oubliés. La puissance chilienne aperçue face à l’Australie ? Lointain souvenir.

Les hommes de Louis van Gaal ont besoin d’un nul pour assurer la première place et éviter l’ogre brésilien et le timide coup franc de Wesley Sneijder (26’), ou les raids tête baissée d’Arjen Robben (40’, 66’) ne donnent pas l’impression qu’ils en veulent plus. La Roja, elle, n'offre comme preuve de son envie de finir en tête que celle de Felipe Gutierrez hors cadre (44’) et un numéro d’Alexis Sanchez maîtrisé par Jasper Cillessen (65’).

Heureusement, les jeunes remplaçants néerlandais animent les débats. Leroy Fer est décisif de la tête sur son premier ballon (1:0, 77’), et Memphis Depay conlut l'ultime contre-attaque (2:0, 90'+2). Néerlandais vainqueurs et Chiliens battus, tous peuvent trembler quel que soit leur adversaire en huitièmes de finale s’ils répètent la même performance…

Homme du Match :
Arjen Robben (NED)

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 15:05

Pays-Bas : La reconnaissance par la performance



Quand on est vice-champion du monde en titre et qu’on a réussi un parcours qualificati aussi solide, marqué par neuf victoires et un nul, avec 34 buts inscrits contre seulement cinq encaissés, est-on candidat au titre ? Assurément ! Et pourtant, les Pays-Bas n’étaient pas rangés dans cette catégorie au début de l’épreuve…

À présent que le Groupe B de Brésil 2014 a livré son verdict, la question semble encore plus insolite. En dépit de leurs résultats, les Oranje n’avaient pas hérité de l’étiquette de favoris, ni bénéficié d’un quelconque engouement chez eux, mais la situation évolue rapidement depuis quelques jours. Arjen Robben fait des miracles et Robin van Persie semble intenable. Les deux fers de lance ont permis à leur équipe de boucler une première phase très convaincante, avec trois victoires en trois journées. Mais les succès néerlandais ne reposent pas uniquement sur les épaules de ces deux étoiles.

Derrière eux, une nouvelle génération ne demande qu’à exister, comme en attestent les bons résultats récoltés ces derniers jours. "Beaucoup de personnes s’arrêtent aux noms des joueurs et ne pensent pas à ce qui fait la force d’une équipe. Certains pays ont des joueurs plus connus que nous, voire meilleurs, mais le football est un sport collectif. Il ne faut l’oublier", affirme à FIFA.com le milieu de terrain Georgino Wijnaldum, 23 ans, titularisé par Louis van Gaal lors de la victoire 2:0 sur le Chili à São Paulo.

La nouvelle génération n’a pas encore la réputation de sa devancière. Dans le groupe convoqué pour Brésil 2014, ils sont encore dix à évoluer en Eredivisie, à commencer par Memphis Depay, auteur de deux buts lors des deux dernières journées. Âgé de 24 ans, le milieu de terrain Leroy Fer a déjà franchi les frontières nationales pour s’installer à Norwich City, en Angleterre, mais il ne fait évidemment pas partie des premiers choix de Van Gaal. Lancé à la place de Wesley Snejder, il sera probablement surveillé de plus près la prochaine fois qu’il réclamera le ballon dans la surface.

Rien de surprenant
"C’était un joli but et le centre de Janmaat était merveilleux. Je n’ai eu qu’à mettre la tête. Ça m’a permis de démontrer que je peux apporter le danger dans le jeu aérien", affirme-t-il à la FIFA. "Le point du match nul nous suffisait, donc on pouvait se contenter de bien défendre. Mais on a réussi à ouvrir le score puis à doubler la mise. C’était vraiment super !" Le moral est désormais au beau fixe dans le camp néerlandais. "Après ces trois victoires, ça ne peut que bien aller. On se sent plus costauds qu’au début de l’épreuve", souligne Wijnaldum.

Au-delà des résultats, le milieu de terrain du PSV Eindhoven revient sur le soutien apporté par les plus expérimentés aux novices. "Nous essayons tous de démontrer notre valeur, mais nous avons besoin de leur aide", estime-t-il. "Ils savent nous mettre à l’aise. Ils ont déjà vécu une Coupe du Monde en 2010 et ils savent ce qui nous attend et ce qu’il faut faire pour aller plus loin. Ce sont ces choses-là qui nous aident à progresser. Pour l’instant, tout se passe très bien."

C’est peu de le dire ! D’autant que cette équipe critiquée pour sa frilosité offensive a tout de même inscrit dix buts en trois journées, se qualifiant pour les huitièmes de finale avec une différence de buts de +7. "Il n’y a rien de surprenant dans notre parcours", lance Fer. "Nous avons abordé cette épreuve en pleine confiance. Nous savions que nous pouvions aller en huitièmes et nous y sommes. Maintenant, nous sommes prêts pour les matches à élimination directe. C’est une autre compétition. Nous avons envie d’aller au bout", ajoute-t-il. Les Pays-Bas de Robben et de Van Persie sont également ceux de ces jeunes talents. Quant à la réputation, elle devrait suivre sous peu…

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:35

Pays-Bas : Robben, des jambes de vingt ans



L'attaquant Arjen Robben, qui semble n'avoir jamais été aussi fort, a offert un nouveau récital face au Chili (2-0) et permet aux Pays-Bas de rêver à un parcours semblable à celui d'il y a quatre ans quand ils avaient atteint la finale.

"Arjen Robben est le meilleur joueur de la phase des poules. Il a été totalement exceptionnel", a indiqué lundi sur Twitter le commentateur et ex-joueur anglais Gary Lineker. "Robben est inarrêtable", titrait mardi le site internet du magazine Voetbal International. "Robben est plus fort que Messi et Neymar réunis", estimait lui l'entraîneur néerlandais Aad de Mos. Que de compliments pour l'ailier du Bayern Munich ! Plus que mérité.

Déjà trois fois buteurs (deux buts face à l'Espagne, un face à l'Australie), Robben n'a pas marqué cette fois face au Chili mais il s'est mué en passeur décisif pour Memphis Depay sur le deuxième but, assommant les Chiliens. Et sa chevauchée en première mi-temps, une course incroyable de 60 mètres aurait mérité un meilleur sort. Robben, 30 ans, a des jambes de vingt ans. Du feu dans les cuisses. Des réacteurs dans les mollets. Pour rappel, face à l'Espagne il avait été chronométré à 37 km/h, record du monde pour un footballeur !

Le Néerlandais attribue sa réussite actuelle à deux paramètres: sa condition physique et la tactique "réactive" de Louis van Gaal. "Je me sens dans la forme de ma vie, expliquait-il lundi soir. Quand je n'ai pas de problème physique, je joue libéré et je crois que cela se voit". Entre les matches, Robben se contente de récupérer. Hormis les veille des rencontres, il ne participe pas aux entraînements collectifs, se contentant de séances de footing (souvent en compagnie de Wesley Sneijder et Nigel de Jong) ou d'exercices de fitness. Le joueur a le feu vert médical pour gérer son corps comme il l'entend.

"La victoire de Van Gaal"
Peu épargné par les blessures durant sa carrière, celui qui a souvent été surnommé l'homme de cristal, connaît sans doute mieux son corps que les médecins. Et sa condition exceptionnelle du moment se marie donc fort bien à la tactique mise en place par Van Gaal. "On a critiqué notre soi-disant attentisme et cette tactique plus réactive qu'entreprenante mais le résultat est là: neuf points, dix buts marqués et seulement trois concédés dont deux sur des pénaltys douteux", affirme Robben.

"Cette victoire face au Chili, c'est celle de Louis van Gaal, poursuit-il. Nos adveraires ont eu la possession de balle mais qui a eu les occasions ? Nous ! Nous avons défendu comme des lions et nos contre-attaques étaient souvent dangereuses", constate-t-il encore. L'ailier gaucher met aussi en exergue la prestation de Nigel de Jong au milieu du terrain: "ce que Nigel réussit depuis le début de ce tournoi est absolument fantastique. S'il continue de la sorte, nous pourrons aller très loin".

Il faudra pour cela passer l'obstacle du Mexique, adversaire en 8es de finale dimanche à Fortaleza. Les deux équipes se sont rencontrée à une seule reprise en Coupe du monde, en 1998 (2-2). "Ce sera bien sûr un match difficile mais je ne regarde pas les autres équipes. Seul notre jeu m'intéresse", assure Robben.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum